Air intérieur : comment dépolluer notre logement ?

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
Un air intérieur plus pollué qu'en extérieur, improbable nous direz-vous. Et pourtant notre logement peut nous empoisonner progressivement. La pollution intérieure est aujourd'hui considérée et reconnue comme la 8ème cause de mortalité dans le monde. Oui, notre maison ou notre appartement peut devenir mortel si l'on n'y prête pas attention. On vous donne nos conseils et astuces pour dépolluer un logement et pour retrouver un air intérieur sain et respirable.

La pollution de l'air intérieur, 8ème cause de mortalité dans le monde


C'est un sombre positionnement qu'il faut rappeler pour que les consciences s'animent. Alors que les émissions de CO² causées par les pots d'échappement et les usines attirent tous les regards et amènent à une prise de conscience environnementale majeure afin de réduire la pollution extérieure, la pollution intérieure est trop fréquemment réduite au silence. Et pourtant, elle est bien présente dans notre maison, notre appartement ou encore au bureau, autant de lieux clos dans lesquels nous passons beaucoup de temps. C'est pour ces raisons que l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail) tire la sonnette d’alarme depuis plusieurs années. Pour l'Agence, nous sommes face à un enjeu sanitaire majeur.

Le 17 avril 2018, l'Institut américain Health Effect Institute publiait un rapport qui révélait des chiffres incroyables : 2,6 millions de personnes sont mortes en 2016 à cause d'un air intérieur trop pollué. Parmi ces décès, de nombreux sont les conséquences directes des combustibles solides comme le bois ou le charbon, utilisés principalement pour se chauffer et/ou pour faire la cuisine.

C'est le moment de prendre les choses en main et de dépolluer votre air intérieur. Comment ? En appliquant des astuces toutes plus simples les unes que les autres.

Un diagnostic maison de l'air intérieur


Avant de commencer les opérations de dépollution, un petit checkup de votre logement s'impose. Des VMC au taux d'humidité, mieux vaut tout contrôler.

Un air intérieur aéré et ventilé


Connaissez-vous la différence entre aération et ventilation ? Dans les deux cas, vous en avez besoin pour dépolluer votre air intérieur. Pour faire simple, la ventilation est une manière efficace et indispensable de renouveler l'air en permanence. Les VMC ou Ventilations Mécaniques Contrôlées présentes dans les logements ont la lourde tâche d'extraire l'air vicié et de faire rentrer l'air renouvelé. Vous l'aurez compris, n'arrêtez jamais les VMC qui tournent dans votre intérieur. Plus encore, veillez à les entretenir régulièrement en les dépoussiérant au moins une fois par mois.

L'aération consiste quant à elle à ouvrir portes et fenêtres de manière temporaire et régulière pour, là encore, renouveler l'air intérieur.

Une température ambiante optimale


Deuxième contrôle, celui de la température de votre intérieur. Elle doit idéalement être comprise entre 18 et 20°C toute l'année. On vous l'accorde, il est bien difficile de respecter ces préconisations en période de canicule. Mais le reste du temps, en hiver surtout, veillez à ne pas surchauffer votre logement.

Pour contrôler la température de votre air intérieur, vous possédez très certainement un thermostat à l'entrée. Si ce n'est pas le cas, choisissez un appareil qui vous donne la température mais également le taux d'humidité (un hygromètre). Pour éviter le développement des acariens ou des moisissures, le taux d'humidité d'un logement devrait idéalement osciller entre 40 et 55%.

Les bons réflexes pour dépolluer l'air intérieur


Constats et diagnostics faits, le moment est venu de retrousser vos manches et de mettre tout en œuvre pour dépolluer votre intérieur. Un travail simple mais quotidien.

Aérer pour un air intérieur sain


Si vous ne deviez faire qu'une seule tâche par jour pour dépolluer votre air intérieur, il s'agirait d'ouvrir les portes et les fenêtres en grand, très grand même, au moins une fois par jour. 15 minutes quotidiennes suffisent à renouveler l'air intérieur et à en chasser la pollution. Pratique non ?

Dans l'idéal, aérez votre logement plusieurs fois par jour. Sachez que ce bon réflexe matinal entraîne une diminution du niveau de dioxyde de carbone dans toutes les pièces et, surtout, dans la chambre à coucher. Lors de notre sommeil, nous remplissons en effet notre chambre de CO², celui-ci étant produit par la respiration.

Astuce : lorsque vous aérez votre chambre, pensez à secouer les couettes, draps et oreillers et à laisser votre lit ouvert aussi longtemps que possible.

L'aspirateur, un allié d'un air intérieur dépollué


Vous êtes un/e adepte de l'aspirateur ? C'est une bonne chose. Passer l'aspirateur au moins deux fois par semaine permet de chasser la poussière mais également les acariens qui aiment se nicher dans les endroits chauds et humides, deux facteurs d'allergies en intérieur.

Astuce : passez l'aspirateur sur les tapis, le canapé, les rideaux ou encore le matelas et autres surfaces en tissus au moins une fois par semaine.

Un entretien régulier pour un air intérieur agréable


C'est ici que vous allez peut-être revoir vos usages ménagers. Il est totalement inutile d'asperger votre intérieur de javel pour le nettoyer. Autre pratique à reléguer aux oubliettes : l'utilisation de spray désinfectant et autres bombes désodorisantes. Si elles sont censées purifier et éliminer les bactéries, elles ne font pas du bien à notre air intérieur en diffusant des composés organiques semi-volatils ou volatils. Elles renforcent donc encore davantage la pollution de notre air intérieur.

Et ces petites particules invisibles entrainent, à long terme, des allergies mais également des maladies graves comme des cancers ou des pathologies cardiovasculaires.

Évitez également à tout prix l'utilisation de bougies parfumées, d'encens et d'huiles essentielles dans votre logement pour les raisons précitées.

Mais que doit-on utiliser pour nettoyer notre intérieur ? On revient aux produits basiques pour un ménage vert et une maison écologique comme le savon noir ou le savon de Marseille pour les sols, au vinaigre blanc pour désinfecter ou encore au bicarbonate de soude pour dissoudre le tartre et faire partir les taches. Des gestes écolos, dépolluants mais également économiques. 

Attention au niveau d'humidité


Il est important de surveiller le niveau d'humidité dans notre logement. Et à votre avis, quels sont les principaux facteurs d'humidité au quotidien ? Sans surprise, le premier est le séchage du linge. Si vous l'étendez dans une pièce fermée et non aérée, vous constaterez rapidement que l'humidité ambiante grimpe à vitesse grand V, entraînant même de désagréables odeurs voire des moisissures.

Dans la mesure du possible, n'étendez jamais votre linge dans la chambre à coucher et préférez un emplacement extérieur. Si ce n'est pas possible, aérez régulièrement la pièce et/ou équipez-vous d'un déshumidificateur. Un appareil particulièrement adapté pour les petits appartements. 

La belle saison pour les travaux


Exit les travaux en plein hiver si vous voulez conserver un air intérieur sain. Attendez le retour du printemps, l'extinction du chauffage et la remontée des températures extérieures. À cette période, vous pourrez aérer toute la journée afin d'éviter la stagnation de la pollution intérieure.

Profitez-en pour faire vos peintures, changer vos sols ou encore troquer vos meubles en contreplaqué ou aggloméré contre du mobilier en bois naturel.

Et oui, même vos meubles contiennent très souvent des composés organiques volatils ou semi-volatils. On pense notamment aux phtalates ou au bisphénol A, deux substances pointées du doigt pour être des perturbateurs endocriniens.

Vous vous lancez dans des travaux de peinture ? Préférez des peintures à l'eau. Certains solvants peuvent en effet impacter négativement le sang, le foie, les reins voire causer des problèmes de fertilité… Pas très réjouissant !

Et le maître-mot : aérer. Vous n'avez aucune envie que toute cette pollution intérieure stagne dans votre logement.

Le tabac, c'est tabou, notre air intérieur en viendra à bout


Un air intérieur sain est un air intérieur sans tabac. Et soyez prévenu/e : fumer à la fenêtre pollue votre intérieur. La cigarette renferme à elle seule un nombre incroyable de substances toxiques qui viennent se déposer dans les vêtements, les draps, les rideaux, les canapés... Les fumeurs ne sont donc pas les bienvenus, d'autant plus s'ils font subir un tabagisme passif en intérieur à leur entourage.

Le cas du purificateur d'air pour dépolluer un logement


Il est vrai que les purificateurs d'air les plus évoluer ont prouvé leur efficacité pour éliminer jusqu'à 99,95% des polluants et des allergènes présents dans l'air intérieur. Cependant, pour que la démarche soit vraiment complète, il faudrait installer un appareil par pièce ce qui, au vu du prix, est quasiment impossible.

Si vous investissez dans un purificateur d'air intérieur, faites-le fonctionner dans la pièce qui est occupée le plus souvent. Vous pouvez également le déplacer dans la chambre une fois par jour. 

Chasser les allergies de votre air intérieur


Handicapantes, les allergies sont un vrai problème pour celles et ceux qui les subissent. Un air intérieur sain et dépollué peut aider à en venir à bout ou, au moins, à les limiter. Voici quelques mesures de prévention vraiment efficaces.

Un air intérieur sans acarien


Les acariens sont de microscopiques arachnides qui causent 45% des allergies respiratoires. Et ils sont partout ! Alors que les moquettes sont accusées d'être le nid de ces petites bêtes, elles ne sont pourtant pas les seules. Il y a en effet 10 fois plus d'acariens dans la literie que dans la moquette selon l'ancien directeur du laboratoire d'hygiène de Paris, le Docteur Fabien Squinasi.

Alors que les produits acaricides sont fortement déconseillés au regard de leurs composantes irritantes (source : Magasine 60 Millions de Consommateurs mars 2017), il existe quelques solutions simples pour s'en débarrasser et/ou pour les limiter :

• Aspirer les tissus (draps, sommier, canapé, matelas, rideaux, moquette, tapis…) plusieurs fois par semaine.
• Choisir un sommier à lattes à la place d'un sommer en tissu.
• Opter pour des couettes et oreillers synthétiques.
• Laver les couettes, draps et oreillers à 60°C régulièrement pour supprimer les allergènes.

Dépolluer votre air intérieur avec les plantes, mais pas trop


En avançant dans la lecture de cet article, vous découvrirez comment les plantes peuvent vous aider à dépolluer votre air intérieur. Mais si vous souffrez d'allergies, attention à les utiliser avec parcimonie. Car oui elles apportent de l'oxygène dans notre air intérieur, mais elles peuvent aussi être allergisantes comme le lierre ou le yucca par exemple. Le ficus et le caoutchouc sont eux-aussi déconseillés pour les personnes allergiques. 

On oublie les sprays assainissants pour notre air intérieur


Définitivement, ce produit n'a pas la cote. Non seulement il charge notre intérieur en pollution mais en plus il provoque des allergies. En cause là encore la présence de composés organiques volatils qui polluent l'air intérieur rapporte le Syndicat français des allergologues.

D'une manière générale, oubliez les produits sous forme de sprays qui peuvent contenir du limonène, un allergisant notoire qui provoque des crises d'asthme. 

Renouveler l'air intérieur au bon moment


Pour chasser les allergènes, préférez aérer votre logement très tôt le matin et tard le soir. Ces deux moments sont ceux où les pollens sont les moins nombreux. Ouvrir les fenêtres après une forte pluie est également une bonne idée.

Si vous êtes allergique aux pollens, prenez une bonne douche en rentrant d'une promenade ou tout simplement d'une session jardinage pour vous en débarrasser efficacement.

Dépolluer notre logement grâce aux plantes dépolluantes


Si aucune étude scientifique sur le long terme ne vient corroborer ces dires, l'efficacité des plantes dépolluantes n'est plus à prouver. Il en existe un grand nombre, capables d'absorber les composés chimiques.

Qu'est-ce que la dépollution par les plantes ?


La dépollution par les plantes a pour la première fois été étudiée par Bill Wolverton, un ingénieur de la Nasa. C'est en 1989 que cette faculté dépolluante des végétaux a donc commencé à intéresser les scientifiques. Ils ont ainsi prouvé que certains végétaux avaient la capacité d'absorber les composés chimiques présents dans l'air environnant. Plus de cinquante plantes ont ainsi été testées lors de recherches sur la phytoépuration ; ces mêmes recherches qui ont permis d'établir en partie la notion de qualité d'air intérieur. Il est donc aujourd'hui prouvé que certaines plantes ont le fabuleux pouvoir de dépolluer un logement. 

Quelles sont les plantes dépolluantes à avoir chez soi ?


Parmi ces plantes dépolluantes, vous trouverez certainement celle(s) que vous avez envie d'avoir chez vous ! On vous en propose une petite liste avec leurs principales caractéristiques :

• L'Aglaonéma (Aglaonema commutatum) est très efficace pour absorber le formaldéhyde et le benzène.
• L'Anthurium (Anthurium andraeanum) est très efficace pour chasser l'ammoniac d'un intérieur. Cette plante est à installer dans la cuisine ou dans la salle de bains pour lutter contre les produits utilisés contenant de l'ammoniac.
• L'Aréca (Chrysalidocarpus lutescens) est très efficace pour venir à bout du xylène et du toluène.
• L'Azalée (Rhododendron indicum) absorbe elle aussi l'ammoniac et peut être entreposée dans un lieu enfumé.
• Le Caoutchouc (Ficus elastica) lutte contre le formaldéhyde. Mais attention, dans une pièce sans soleil direct il se développe à vitesse grand V.
• Le Chlorophytum comosum absorbe très efficacement le formaldéhyde et le monoxyde de carbone. Laissez-lui 24h pour dépolluer une pièce en profondeur.
• Les racines de la Dieffenbachia absorbe le formaldéhyde et son feuillage lutte contre le toluène et le xylène. 
• Le Dracæna odorant de Massange (D. fragans ‘Massangeana’) absorbe le formaldéhyde, souvent présent dans les meubles en aggloméré ou en contreplaqué.
• Le Dragonnier (Dracæna deremensis) est parfait pour absorber le benzène, le xylène ou encore le trichloréthylène.
• Le Figuier à feuilles de sabre (Ficus ahlii) est efficace contre de nombreux polluants. Il peut donc être placé dans toutes les pièces de la maison.
• Le Figuier pleureur (Ficus benjamina) est celui qui est le plus plébiscité dans nos intérieurs. Il absorbe l'ammoniac, le xylène et le formaldéhyde.
 
Avez-vous des astuces pour dépolluer votre intérieur et lutter contre la pollution dans votre logement ? On attend vos conseils en commentaires !
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers