Offres spéciales sur une sélection de programmes neufs jusqu'au 31 août 2024 !!! Profiter des Promos du moment !
Menu

Qu'est-ce que la prime de risque climatique ?

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

La prime de risque climatique est un concept clé pour comprendre les défis posés par le changement climatique. Elle met en lumière les impacts économiques et financiers des variations climatiques sur les entreprises mais aussi sur le marché de l'immobilier. Un élément crucial dans le contexte de la transition vers une économie plus durable. En France, par exemple, de nombreux événements naturels dommageables sont liés aux conditions climatiques impactant l'immobilier résidentiel. De la gestion des risques à l'adaptation, découvrez ce qu'implique cette prime pour le secteur de l'immobilier.

Zoom sur la notion de risque climatique et ses enjeux en France - Définition

Le risque climatique est un concept essentiel pour comprendre les actuels enjeux environnementaux. Pour en donner une définition, il s'agit de l'ensemble des risques liés aux variations du climat, intégrant les aléas météorologiques tels que les tempêtes, cyclones, inondations ou sécheresses, mais aussi les changements plus lents et graduels de l'environnement, comme l'élévation du niveau de la mer ou la hausse des températures.

Ces risques sont qualifiés d'aigus lorsqu'ils découlent d’événements extrêmes et de chroniques lorsqu'ils sont la conséquence de changements graduels. Leur origine est soit naturelle, soit exacerbée par les activités humaines, réchauffement climatique en tête.

Les impacts liés au risque climatique sont multiples : ils concernent la biodiversité, les écosystèmes, mais aussi nos sociétés et nos économies. La gestion de ces risques est donc une préoccupation majeure pour le futur.

Quels sont concrètement les différents risques climatiques ? Des exemples 

Les risques climatiques peuvent être catégorisés en plusieurs types en fonction de leur nature et de leur impact. On peut ainsi distinguer :

  • Les risques météorologiques : ils sont causés par des événements climatiques extrêmes tels que les cyclones, les tempêtes, les inondations ou les sécheresses.

  • Les risques liés à des changements graduels : ils résultent de modifications plus lentes de l'environnement, comme l'élévation du niveau de la mer ou la hausse des températures.

  • Les risques sanitaires : ils sont liés aux conséquences des changements climatiques sur la santé humaine. Exemple : l'augmentation des vagues de chaleur peut provoquer des problèmes de santé.

  • Les risques écologiques : ils concernent l'impact des changements climatiques sur les écosystèmes et la biodiversité. Exemple : la perturbation des grands équilibres écologiques.

  • Les risques financiers : ils sont liés aux conséquences économiques des changements climatiques. Exemple : la dégradation de biens immobiliers suite à des événements climatiques extrêmes.

 

Comment identifier et évaluer le risque climatique ?

Pour identifier et évaluer le risque climatique, plusieurs étapes sont nécessaires.

1. Définir le cadre d'analyse. Quel est le périmètre de l'étude ? Quelles sont les échelles de temps et d'espace considérées  ? Quels sont les scénarios climatiques envisagés ? 

2. Collecter les informations pertinentes. Elles peuvent inclure des données climatiques, des informations sur les expositions et les vulnérabilités, ou des renseignements sur les activités et les ressources de l'entité analysée.

3. Analyser les risques. L'analyse peut se baser sur des outils comme la norme ISO 14091 qui fournit des lignes directrices pour comprendre la vulnérabilité d’une organisation face au changement climatique et élaborer une évaluation des risques solide.

4. Enfin, l'évaluation des risques doit être intégrée dans la prise de décisions. Cela peut impliquer la mise en place de stratégies d'adaptation, l'ajustement des opérations ou la modification des investissements.

Bon à savoir : il existe également des outils permettant de quantifier les risques climatiques qui synthétisent les données climatiques en un score de risque ou qui permettent d’évaluer la vulnérabilité de sites face à différents aléas climatiques.

Les aléas météorologiques liés au réchauffement et changement climatique global

Le réchauffement climatique global influence directement la fréquence et l'intensité des aléas météorologiques. Ainsi, les phénomènes extrêmes tels que les tempêtes, les cyclones, les inondations ou les sécheresses deviennent plus courants et plus dévastateurs. Des anomalies climatiques peuvent également survenir, comme des épisodes de froid intense dans un contexte de réchauffement global.

La fréquence et l'ampleur des événements météorologiques extrêmes varient selon les régions et leur vulnérabilité. Par exemple, une augmentation de 0,5° C de réchauffement supplémentaire pourrait avoir des conséquences dévastatrices, selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

  • Les aléas liés à l'eau sont particulièrement préoccupants. Le changement climatique se manifeste principalement par le biais de l'eau, avec une occurrence accrue d'inondations et de sécheresses.
  • La hausse des températures entraîne également une augmentation des canicules, avec des impacts sanitaires importants, notamment pour les populations vulnérables.
  • Le réchauffement climatique influence le cycle de l'eau, avec une atmosphère plus chaude retenant davantage d'eau. Cela se traduit par des précipitations plus intenses et plus fréquentes.
  • Les changements climatiques ont des conséquences sur la biodiversité et les écosystèmes, avec une perturbation des grands équilibres écologiques.

 

Ces aléas météorologiques liés au réchauffement et au changement climatique global représentent donc un enjeu majeur pour nos sociétés, nos économies et notre environnement.

Quel est l'impact des changements climatiques sur l'immobilier résidentiel ?

L'impact des changements climatiques sur l'immobilier résidentiel est multiple et complexe.

Dans un premier temps, il faut noter l'augmentation des risques météorologiques tels que les inondations, les incendies majeurs ou les mouvements de terrain, qui peuvent causer des dommages directs aux biens immobiliers nécessitant des réparations coûteuses.

En second plan mais non moins important, le changement climatique a un impact direct sur la valeur des biens immobiliers. En effet, des conditions climatiques défavorables peuvent rendre certaines zones moins attractives, ce qui peut logiquement se répercuter sur les prix de l'immobilier. 

Enfin, les réglementations visant à lutter contre le changement climatique, comme la loi sur l'énergie et le climat de 2019 et la loi climat et résilience de 2021, influencent le marché de l'immobilier résidentiel en stigmatisant les logements trop énergivores.

Qu'est-ce que la prime de risque climatique ? 

La prime de risque climatique est un concept financier qui traduit l'augmentation du coût des assurances ou des investissements en raison des risques liés au changement climatique. Avec l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des aléas climatiques, les assureurs et les investisseurs ont besoin de couvrir les risques potentiels liés aux effets du changement climatique sur les personnes et les biens.

Cette prime est calculée en fonction de différentes variables, dont la vulnérabilité du bien ou de l'activité assurée face aux changements climatiques, et l'ampleur des dommages potentiels. Par exemple, les biens immobiliers situés dans des zones à risque d'inondation ou de sécheresse peuvent se voir appliquer une prime de risque climatique plus élevée.

Il est essentiel de noter que cette prime ne vise pas seulement à couvrir les dommages physiques, mais aussi les risques financiers indirects liés au changement climatique. Par exemple, une entreprise pourrait voir sa productivité diminuer à cause des effets des changements climatiques sur ses opérations, ou pourrait avoir besoin d'investir dans de nouvelles technologies pour s'adapter à ces changements.

Qu'est-ce que le PDB, Point de Base de la prime de risque climatique ?

Le PDB, ou Point de Base, est une unité de mesure fréquemment utilisée en finance pour décrire la variation d'un pourcentage ou le taux d'un produit financier. Dans le contexte de la prime de risque climatique, le PDB sert à quantifier les variations de cette prime.

Pour clarifier, si la prime de risque climatique passe de 2 à 2,1%, elle a augmenté de 10 points de base. Il est donc un outil précis et efficace pour suivre l'évolution des coûts financiers liés aux risques climatiques.

Cependant, il est important de préciser que le PDB est une mesure relative, et non absolue. Il ne permet pas de mesurer l'impact réel du risque climatique sur le bien ou l'activité assurée, mais offre une indication de l'ampleur des variations de la prime de risque.

Lille et Lyon, les 2 villes européennes à la prime de risque climatique la plus élevée selon AEW

Selon AEW, une des sociétés leader en investissement immobilier, les villes de Lille et Lyon en France sont celles qui affichent la plus haute prime de risque climatique en Europe. Les données indiquent que cette prime atteint respectivement 47 et 41 points de base (PDB) dans ces villes.

En comparaison, Londres, considérée parmi les principaux marchés d'investissement européens, présente la prime de risque climatique la plus faible, estimée à 8 PDB. 

Il est à noter que cette prime de risque représente le coût supplémentaire que les investisseurs et les assureurs sont prêts à payer pour couvrir les risques liés au changement climatique. Elle est donc un indicateur de la vulnérabilité des villes face à ce phénomène global.

L'augmentation de la prime de risque climatique à Lille et Lyon peut être attribuée à divers facteurs, tels que l'augmentation des températures et le risque d'inondations, qui sont des conséquences directes du changement climatique.

Comment l'immobilier neuf intègre la notion de risque climatique dans sa conception ? Zoom sur la RE 2020 

Dans le contexte de la transition énergétique, l'immobilier neuf est concerné par les défis du risque climatique. Le secteur doit s'adapter et anticiper ces risques dans sa conception. C'est dans cette optique que la Réglementation Environnementale 2020 (RE 2020) a été mise en place.

La RE 2020, qui succède à la RT 2012, vise une amélioration de la performance énergétique tout en réduisant l'impact carbone des bâtiments neufs. Le but est d'encourager les constructions « bas carbone » et l'intégration des énergies vertes dès la conception des projets.

Elle prévoit notamment des seuils de consommation énergétique et d'émission de gaz à effet de serre pour les bâtiments neufs. Elle interdit aussi la construction de maisons chauffées au gaz, favorisant ainsi l'utilisation d'énergies moins carbonées.

De plus, elle met l'accent sur le confort d'été des constructions neuves, anticipant ainsi les épisodes de canicules de plus en plus fréquents dû au changement climatique.

Pourquoi l'immobilier neuf est plus confortable à vivre en période de canicule ?

La conception bioclimatique des bâtiments neufs, encouragée par la RE 2020, offre une meilleure résistance aux températures extrêmes, notamment lors des épisodes de canicule. L'immobilier neuf prend ainsi en compte des éléments tels que :

  • L'orientation du bâtiment pour maximiser l'utilisation de la lumière naturelle et minimiser les besoins en chauffage et climatisation.
  • L'isolation thermique de qualité pour réduire les échanges de chaleur entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiment.
  • L'utilisation de matériaux à faible empreinte carbone qui favorisent le confort thermique.

 

La RE 2020 introduit également un nouvel indicateur : les degrés-heures d'inconfort (DH) exprimés en °C.h, qui prend en compte une période caniculaire.

De plus, l'immobilier neuf est souvent équipé d'installations modernes comme des systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC) qui permettent un renouvellement constant de l'air, réduisant ainsi la sensation de chaleur.

Pour résumer, l'immobilier neuf répond au plus près des défis posés par les canicules grâce aux nouvelles normes environnementales et à l'évolution des techniques de construction. 

Pour aller plus loin : Les avantages de l'achat neuf pour vous protéger des fortes chaleurs

Vous souhaitez en profiter ? Consultez notre catalogue de programmes immobiliers neufs en France respectueux des dernières normes environnementales. Votre expert Médicis Immobilier Neuf dédié vous accompagne dans toutes vos démarches pour habiter ou investir. 

 

 

 

 

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
890 avis clients