Offres spéciales sur une sélection de programmes neufs jusqu'au 31 août 2024 !!! Profiter des Promos du moment !
Menu

Immobilier neuf : l'ACV, une carte d'identité vertueuse des bâtiments

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

L'Analyse du Cycle de Vie (ACV) est une méthode scientifique qui permet d'évaluer l'impact environnemental des bâtiments neufs. Cette étude, appliquée à la construction, prend en compte plusieurs étapes, de l'extraction des matières premières à la fin de vie du bâtiment. Dans le secteur immobilier, l'ACV est un outil indispensable pour choisir des méthodes de construction moins énergivores et plus respectueuses de l'environnement. À la clé, des bâtiments vertueux, agréables à vivre et économiques pour leurs habitants. Zoom détaillé sur l'ACV. 

Comprendre l'ACV dans le secteur du bâtiment - Définition

L’Analyse du Cycle de Vie (ACV) dans le secteur du bâtiment est une méthode permettant d'évaluer les impacts environnementaux d'un bâtiment sur l'ensemble de son cycle de vie, de l'extraction des matières premières jusqu'à sa déconstruction. L'ACV prend en compte différents critères tels que les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d'énergie, l'utilisation des ressources naturelles, la production de déchets, etc. Nous reviendrons plus largement sur les critères évalués par l'ACV dans les lignes qui vont suivre.

Elle se base sur un protocole normalisé (norme ISO 14040) et se réalise généralement à l'aide d'un logiciel spécifique d'ACV. En France, l'ACV est devenue un outil clé pour booster la transition environnementale du secteur du bâtiment, notamment avec l'introduction de la RE2020 qui impose une ACV pour toutes nouvelles constructions.

L'importance de l'ACV dans la RE2020 - Quel est son but ?

L'ACV est un élément central de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020). Pour rappel , cette réglementation en vigueur depuis le 1er janvier 2022, vise entre autres à réduire l'impact environnemental des bâtiments neufs en fixant des seuils maximaux d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour vérifier le respect de ces seuils, il est obligatoire de réaliser une ACV.

Pour aller plus loin, c'est une véritable révolution qui se joue pour les acteurs de la construction. L'ACV devient le baromètre de l'impact climatique d'un bâtiment, prenant en compte chaque phase de la vie de l'édifice, de la construction jusqu'à sa déconstruction. Elle intègre également l'ensemble des produits, équipements et infrastructures utilisés.

Dans le cadre de la RE2020, deux types d'ACV sont utilisés : l'ACV statique et l'ACV dynamique. Cette dernière prend en compte les émissions sur le long terme des bâtiments neufs et est essentielle pour atteindre les objectifs de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC), visant une réduction significative des émissions de GES dans le secteur du bâtiment d'ici 2030.

La RE2020 introduit également de nouveaux indicateurs, comme l'ICconstruction (kgCO2e/m2), qui mesure l'impact sur le changement climatique des composants et du chantier du bâtiment. Nous y reviendrons.

Ainsi, l'ACV est un outil indispensable pour évaluer et minimiser l'empreinte environnementale des programmes immobiliers neufs en France, conformément aux exigences de la RE2020.

Quelle est la méthode de calcul de l'ACV pour un bâtiment ? Comment faire ?

La méthode de calcul de l'ACV pour un bâtiment est une procédure standardisée, basée sur les normes ISO 14040 et 14044. Cette méthode comprend plusieurs étapes clés :

  • La définition des objectifs et du périmètre de l'ACV : cette étape permet de spécifier l'usage prévu de l'ACV et les frontières du système à analyser.

  • L'inventaire : cette phase consiste à quantifier les entrées (matières premières, énergie) et les sorties (émissions, déchets) du système pour chaque étape du cycle de vie.

  • L'évaluation des impacts : elle vise à associer les données d'inventaire à des impacts environnementaux spécifiques.

 

Notons que dans le cadre de la RE2020, la méthode de l'ACV dynamique est privilégiée. Elle permet d'intégrer la temporalité des émissions de gaz à effet de serre et leur cinétique de dégradation dans l'atmosphère.

Quelle est la différence entre ACV statique et ACV dynamique ?

L'ACV classique, aussi appelée statique, est une méthode d'évaluation qui considère les impacts environnementaux d'un produit ou d'un service de manière instantanée et cumulative sans prendre en compte le facteur temps. Elle se base sur une quantité fixe d'émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du produit.

L'ACV dynamique, en revanche, intègre le facteur temps dans l'évaluation. Elle prend en considération la cinétique de dégradation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère et l'impact de ces émissions sur le long terme. Cette méthode est privilégiée dans le cadre de la RE2020 pour évaluer la performance environnementale des bâtiments neufs.

  • L'ACV classique est donc basée sur une évaluation instantanée tandis que l'ACV dynamique se focalise sur une évaluation temporelle.

 

  • L'ACV classique offre une vue d'ensemble des impacts environnementaux tandis que l'ACV dynamique permet une analyse plus précise en fonction de l'évolution des émissions de gaz à effet de serre.

 

Quels sont les indicateurs clés de l'ACV ?

Dans le cadre de la RE2020, plusieurs indicateurs clés sont utilisés pour évaluer l'impact environnemental d'un bâtiment. Ils doivent être inférieurs à un seuil maximal défini pour chaque indicateur. Parmi eux, nous avons :

  • ICconstruction : mesure l'impact sur le changement climatique des composants du bâtiment et du chantier. Il est exprimé en kgCO2e/m2.

  • ICénergie : utilisé pour calculer l'impact sur le changement climatique des consommations d'énergie primaire pendant la durée de vie du bâtiment.

  • Eges et Eges PCE : caractérisent les émissions de CO2 d’une opération (parcelle + bâtiment(s)) en kg CO2/m² SDP sur 50 ans.

  • Ic construction_max : seuil maximal auquel l'indicateur ICconstruction doit être inférieur.

 

Rappelons qu'il existe des logiciels spécifiques permettant de réaliser ces calculs et d'obtenir ces indicateurs.

Sur le terrain - un exemple d'application du calcul de l'ACV sur un produit

Pour illustrer concrètement le calcul d'une ACV, prenons l'exemple d'un produit couramment utilisé dans la construction : une brique.

1. Extraction des matières premières : on considère l'énergie nécessaire pour extraire l'argile, la transformer en briques, ainsi que les émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par cette phase.

2. Fabrication : on prend en compte l'énergie utilisée dans le processus de cuisson des briques et les émissions de GES liées.

3. Transport : on inclut l'énergie consommée pour le transport des briques de l'usine jusqu'au chantier de construction, et les émissions de GES associées.

4. Utilisation : dans le cas de la brique, cette phase correspond à la durée de vie du bâtiment. On estime l'impact environnemental en fonction de la durabilité de la brique et de sa capacité d'isolation thermique.

5. Fin de vie : on estime l'énergie nécessaire pour démolir le bâtiment et recycler ou éliminer les briques, ainsi que les émissions de GES correspondantes.

Pour chaque étape, des indicateurs spécifiques tels que l'énergie consommée en kWh ou les émissions de GES en kgCO2e sont utilisés. L'addition de ces valeurs donne l'ACV du produit.

Les enjeux énergétiques et environnementaux liés à l'ACV des bâtiments

L'impact environnemental des bâtiments est une question cruciale qui dépasse la simple consommation énergétique. L'Analyse du Cycle de Vie (ACV) permet d'aller plus loin en quantifiant et évaluant l'impact global d'un bâtiment sur son environnement. Les indicateurs utilisés pour cette évaluation comprennent les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d'énergie, l'utilisation des ressources naturelles et la production de déchets.

L'ACV est donc un instrument essentiel pour mesurer l'impact environnemental des bâtiments, depuis l'extraction des matières premières jusqu'à leur fin de vie. Cette approche intégrale permet de prendre en compte tous les aspects de la vie d'un bâtiment, y compris sa déconstruction et la gestion des déchets résultants.

Rappelons que l'ACV est devenue un outil réglementaire dans le cadre de la RE2020, réglementation en vigueur pour le secteur de l'immobilier neuf qui vise à réduire l'impact environnemental du bâtiment. Ainsi, l'ACV joue un rôle clé dans l'évaluation de la performance environnementale des bâtiments neufs.

La rénovation énergétique et l'ACV des bâtiments

La rénovation énergétique, visant à diminuer la consommation d'énergie d'un bâtiment, est un enjeu majeur en termes de développement durable. Elle est soutenue par l'État à travers divers dispositifs pour lutter contre le changement climatique, améliorer la qualité de vie des habitants et soutenir l'économie. L'intégration de l'Analyse de Cycle de Vie (ACV) dans ce processus contribue à une approche plus holistique de la performance environnementale des bâtiments rénovés.

L'ACV dans le contexte de la rénovation énergétique permet d'évaluer si un bâtiment doit être réhabilité, laissé tel quel, ou déconstruit pour être reconstruit. Cette évaluation nécessite une connaissance précise de ses consommations actuelles d'énergie et d'eau. Elle se base sur une méthodologie spécifique, adaptée à la complexité des opérations de rénovation.

Les travaux de rénovation énergétique peuvent englober diverses actions, allant de l'isolation des murs, toits ou planchers, à l'installation de systèmes de ventilation plus efficaces. Chacune de ces actions a un impact spécifique sur les émissions de gaz à effet de serre du bâtiment, qui peut être évalué grâce à l'ACV.

Ces informations sont cruciales pour les acteurs du bâtiment afin de prendre des décisions éclairées et de respecter les seuils d'émissions de GES fixés par la réglementation. En outre, elles permettent aux habitants de mieux comprendre l'impact environnemental de leur logement et d'identifier les opportunités de réduction de leur consommation énergétique.

Est-ce que l'ACV est obligatoire ?

Depuis l'introduction de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020), réaliser une ACV pour les bâtiments neufs est devenu obligatoire en France.

Cette obligation résulte d'une volonté de réduire l'impact environnemental des constructions neuves sur leur cycle de vie complet. Depuis le 1er janvier 2023, cette obligation s'étend également aux bâtiments tertiaires.

Ainsi, tout projet de bâtiment neuf devra prouver, par la réalisation d'une ACV, que le choix des matériaux de construction et des équipements du bâtiment respectent le seuil maximal d'émissions de gaz à effet de serre (GES) fixé. 

Pour ce faire, les acteurs de la construction devront se baser sur des méthodes d'ACV selon le référentiel « Energie Carbone » ou la RE2020 en vigueur.

Il est crucial de noter que la non-réalisation d'une ACV peut entraîner des sanctions et compromettre l'obtention d'un permis de construire.

Quelles sont les normes et régulations autour de l'ACV des bâtiments ?

L'ACV des bâtiments est encadrée par plusieurs normes et régulations. Les normes clés sont la NF EN ISO 14044 et la NF EN 15978 qui définissent la méthodologie de l'ACV. La RE2020 a instauré l'obligation de réaliser une ACV pour les constructions neuves comme précédemment évoqué. Ajoutons que la loi Elan de 2018 prévoit un niveau d'empreinte carbone à respecter pour chaque typologie de bâtiment. 

Il existe également des normes spécifiques pour les produits de construction et équipements (PCE), telles que l'ISO 14040 et 14044. Ces normes régissent la quantification des impacts environnementaux durant le cycle de vie du bâtiment, incluant la consommation d'eau et d'énergie sur 50 ans. 

Quels sont les logiciels, ressources et autres outils technologiques qui permettent de réaliser une ACV ?

Une variété de logiciels et d'outils technologiques sont disponibles pour faciliter la réalisation d'une ACV. Ces outils se distinguent par leur facilité d'utilisation, leur précision et leur compatibilité avec différentes bases de données environnementales.

1. Parmi eux, on retrouve AGLO, un logiciel complet pour l'Analyse du Cycle de Vie de Bâtiment (ACV) permettant d’obtenir une attestation RE2020.

2. Un autre outil couramment utilisé est Revit, qui permet de réaliser rapidement des ACV grâce à ses intégrations BIM.

3. Il existe aussi des solutions web, comme le logiciel web (SaaS) qui permet de piloter l’empreinte carbone d’un projet de construction.

4. D'autres solutions comme Vizcab Eval offrent des outils rapides et collaboratifs pour produire des études ACV bâtiment fiables.

5. Enfin, des logiciels comme One Click LCA proposent des fonctionnalités d'import à partir de logiciels BIM et Excel, l'analyse comparative et le téléchargement des EPD.

Chaque outil a ses spécificités et il est essentiel de choisir celui qui correspond le mieux aux besoins de l'utilisateur et au projet de construction.

Comment lire un rapport d'ACV ?

Lire un rapport d'ACV requiert une compréhension claire de quelques éléments clés. Premièrement, il est nécessaire de comprendre l'objectif de l'ACV, qui est généralement expliqué en début de rapport. Cela peut être, par exemple, évaluer l'impact environnemental d'un produit ou d'un processus spécifique.

Deuxièmement, il est essentiel de vérifier la méthodologie utilisée pour l'ACV. Ceci inclut le périmètre de l'étude (quels sont les impacts environnementaux considérés) et les hypothèses prises en compte. Ces éléments sont généralement présentés dans une section dédiée du rapport.

Troisièmement, un rapport d'ACV inclut quasi systématiquement un inventaire des données utilisées, détaillant toutes les entrées et sorties du système étudié. Cela peut inclure l'énergie privilégiée, les émissions de gaz à effet de serre, les déchets générés, etc.

Enfin, un rapport d'ACV détaille les résultats de l'analyse. Ces résultats peuvent être présentés sous forme de tableaux, de graphiques ou de textes explicatifs. Il est important de comprendre comment ces résultats sont interprétés en lien avec l'objectif de l'ACV.

Bon à savoir : la lecture d'un rapport d'ACV nécessite une certaine familiarité avec les concepts environnementaux et scientifiques. Si vous n'êtes pas familier avec ces concepts, il peut être utile de demander l'aide d'un expert.

L'ACV est-elle toujours fiable ?

L'ACV est considérée comme une méthode fiable pour évaluer l'impact environnemental des bâtiments. Cependant, comme souvent, sa fiabilité dépend de plusieurs facteurs. 

Premièrement, la qualité des données entrées dans le calcul de l'ACV est primordiale. Des données incorrectes ou incomplètes peuvent fausser les résultats et donc compromettre la fiabilité de l'ACV.

Deuxièmement, la méthodologie utilisée pour l'ACV peut influencer les résultats. Par exemple, la manière dont les impacts sont attribués aux différentes étapes du cycle de vie du bâtiment peut varier selon les méthodes.

Troisièmement, l'ACV ne prend pas toujours en compte tous les impacts environnementaux. Par exemple, certains impacts comme la biodiversité ou l'occupation des sols peuvent être difficilement quantifiables et donc omis.

Enfin, l'interprétation des résultats de l'ACV peut également influencer sa fiabilité. Il est important de comprendre les limites de cette méthode et d'utiliser ses résultats avec précaution et esprit critique.

Pour vivre ou investir, vous souhaitez profiter d'un logement respectueux des dernières normes environnementales ? Contactez votre expert Médicis Immobilier Neuf dédié. Après analyse de votre projet, il vous accompagnera pas à pas dans toutes les étapes de votre achat immobilier neuf. Devenez propriétaire l'esprit léger en profitant de l'expertise pointue de votre interlocuteur. 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
890 avis clients