Offres spéciales sur une sélection de programmes neufs jusqu'au 2 juin !!! Profiter des Promos du moment !
Menu

Qu’est-ce qui a changé sur le marché de l’immobilier au 1er février ?

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Le mois de janvier et plus encore le mois de février ont amené de grandes actualités immobilières, des informations à connaître pour mieux cerner le secteur et baliser vos projets. Voici les changements importants à retenir pour le marché de l’immobilier depuis le 1er février. Zoom sur les principales mesures.

Où en est le taux d’usure sur le marché de l’immobilier ?

Depuis le 1er février, un nouveau taux d’usure mensualisé est entré en vigueur. Pour rappel, qu’est-ce que le taux d’usure ? Il s’agit du taux maximal appliqué par les banques lorsqu’elles accordent un financement aux particuliers, pour une acquisition immobilière dans le cas qui nous intéresse.
Comment est calculé le taux d’usure ? En intégrant le taux nominal de l’emprunt, les frais de dossier et le taux de l’assurance emprunteur.

Il y a encore quelques semaines, le taux d’usure était donné une seule fois par trimestre, indexé sur les taux moyens des trois derniers mois, lesquels étaient augmentés d’un tiers. Mais ce mode de calcul a rapidement montré ses limites avec des taux d’emprunt qui sont remontés et remontent encore à vitesse grand V. Avec un parallèle taux d’usure/taux d’emprunt défavorable, les banques ont ces derniers mois préféré restreindre l’accès au crédit en lieu et place de perdre de l’argent. Un nouveau mode de calcul était donc indispensable pour faciliter l’accès à l’emprunt et par répercussion à la propriété.

C’est ainsi que la Banque de France et Bercy ont lancé l’actualisation mensuelle du taux d’usure, pour une durée de 6 mois dans un premier temps. Pour vous donner un ordre d’idée, le taux d’usure est aujourd’hui fixé à 3,79% pour les emprunts de 20 ans ou plus, à 3,53% pour moins de 10 ans et à 3,71% pour moins de 20 ans.

Qui a le droit à MaPrimeRénov’ 2023 ?

Cette année 2023 devrait voir l’accélération de la rénovation énergétique du marché de l’immobilier résidentiel. Le gouvernement vise un bâti plus performant depuis plusieurs années, depuis le 1er février dernier plus encore. Pourquoi ? « Trop peu de particuliers se tournent vers la rénovation globale », explique Hellio, expert dans l’accompagnement des foyers pour les travaux de rénovation énergétique. « Les chiffres en témoignent. De janvier 2020 à juin 2021, 86% des travaux financés par MaPrimeRénov' correspondent à des mono gestes, dont 72% concernent le chauffage ou l'eau chaude sanitaire: pompe à chaleur air/eau, poêle à granulés ou à bûches… ».

Pour inciter les particuliers à lancer une rénovation globale de leur bien, l’État a renforcé le dispositif MaPrimeRénov’ Sérénité, venu remplacer Habiter Mieux Sérénité 2022. L’objectif est de réduire les mono travaux au profit de la rénovation énergétique complète, celle qui fait vraiment diminuer les consommations des ménages et réduit l’impact énergétique du parc ancien sur l’environnement.

C’est ainsi que depuis le 1er février 2023, les travaux pris en charge par MaPrimeRénov’ Sérénité sont valorisés à hauteur de 35 000€ en lieu et place des 30 000€ antérieurs. Les foyers les plus modestes sont largement encouragés à réaliser leur rénovation énergétique globale grâce à cette augmentation. Quant aux forfaits de « rénovations globales », ils passent de 7 000€ à 10 000€ pour les Français au revenus intermédiaires et de 3 500 à 5 000€ pour les Français aux revenus supérieurs.

Du côté des copropriétés, MaPrimeRénov’ Copropriété voit aussi quelques changements. Le dispositif permet d’assumer plus facilement les travaux de rénovation énergétique des parties communes des bâtiments collectifs. L’aide passe ainsi de 15 000€ à 25 000€.

Pour les aides individuelles, comptez 3 000€ pour les ménages très modestes (contre 1 500€ auparavant) et 1 500€ pour les foyers modestes (contre 750€ auparavant). Les montants ont ainsi été multipliés par deux.

Quelles sont les aides éco-habitat qui baissent sur le marché de l’immobilier ?

Nouvelle plus morose, les particuliers qui souhaitent installer une VMC et/ou un poêle à granulés voient les aides diminuer depuis le 1er février. Ainsi, pour l’installation d’une VMC ou ventilation mécanique contrôlée, comptez 2 500€ d’aide au lieu des 3 000€ antérieurs pour les ménages très modestes et 2 000€ d’aide au lieu des 2 500€ antérieurs pour les ménages modestes. Les mêmes montants sont accordés pour l’installation d’un poêle à granulés.

Quelle augmentation pour le livret A ?

Le Livret A n’est pas à proprement parler un produit immobilier. Mais pour autant, nombreux sont les particuliers qui l’utilisent pour lancer leur projet, pour compléter leur apport ou même pour réaliser divers travaux. Il a donc toute son importance sur le marché de l’immobilier, permettant pour les particuliers de disposer d’une réserve d’argent disponible et accessible quand ils le souhaitent.


Bonne nouvelle ! Le Livret A prend sa place dans la course à l’inflation qui atteint 5,2% sur l’année 2022. Il est désormais rémunéré à hauteur de 3% au lieu des 2% antérieurs au 1er février 2023. Arriverons-nous aux 4% observés au 1er août 2008 ? À suivre…

Autre produit de placement intéressant, le LEP ou Livret d’Épargne populaire accessible sous conditions de revenus. Sa rémunération est passée de 4,6% à 6,1% pour un montant maximum placé de 7 700€ et des retraits libres à l’instar du Livret A.

Quel bouclier tarifaire pour les particuliers sur le marché de l’immobilier ?

Depuis 2021, le marché de l’immobilier bénéficie du bouclier tarifaire. Pourquoi ? Parce que l’envolée des prix des énergies impacte considérablement le portefeuille des ménages.

C’est ainsi que l’augmentation des tarifs du gaz ne peut excéder les 15% depuis le 1er janvier 2023 et que les tarifs de l’électricité suivent la même tendance depuis le 1er février.

En 2022, le bouclier tarifaire limitait la hausse à 4%. Mais le bouclier de 2023 intègre tous les Français dans le dispositif , à savoir les particuliers mais également les copropriétés, les logements sociaux, les TPE sans oublier les petites communes.

Pour vous donner un ordre d’idée, voici ce que représente le bouclier tarifaire sur les factures énergétiques des particuliers.

Les factures de gaz augmenteront de 25€ en moyenne tous les mois contre 200€ sans bouclier tarifaire.

Les factures d’électricité augmenteront de 20€ en moyenne tous les mois contre 180€ sans bouclier tarifaire.

Quelles augmentations pour le gaz et l’électricité sur le marché de l’immobilier ?

Le saviez-vous ? Les tarifs de l’électricité sont revus (à la hausse le plus souvent) annuellement en février puis en août. Le 1er février 2023, ils ont donc fait un nouveau bond de +15% en moyenne si l’on prend en compte le bouclier tarifaire. Sans ce dernier, l’augmentation aurait été de 99,36% toutes taxes comprises selon les chiffres de la Commission de régulation de l’énergie aussi abrégée CRE. Pourquoi ? Parce que les prix de gros du gaz sont très élevés et le parc nucléaire français affiche une faible disponibilité anticipée.

Quant aux gaz, les tarifs réglementés restent stables et devraient être identiques jusqu’à fin juin 2023. Si le prix du gaz évolue logiquement chaque mois, les prix ont été figés par le gouvernement depuis octobre 2021, date de la mise en place du bouclier tarifaire. Ils ont depuis progressé de « seulement » 13,6% hors taxes soit 15% TTC au 1er janvier 2023.

Ces charges à intégrer dans votre projet immobilier

Vous avez décidé de changer de vie et d’accéder à la propriété dans un cadre plus favorable et serein. Une nouvelle équation qui demande d’ajouter des frais supplémentaires au seul achat immobilier : les montants nécessaires pour vous déplacer jusqu’à votre lieu de travail.

Sachez que les tarifs des péages ont augmenté depuis le 1er février 2023. Une progression qui vient s’établir à 4,75% en moyenne pour les véhicules des particuliers. Mais bonne nouvelle, les usagers qui réalisent au moins 10 allers-retours mensuels identiques sur les autoroutes Vinci, APRR-AREA et/ou Sanef SAPN peuvent profiter d’une réduction de 40% en passant au péage en lieu et place des 30% antérieurs. La hausse des tarifs est dans ce cas largement compensée.

Les montants des taxis subissent également une hausse. Comptez 7,65€ minimum pour une course en lieu et place des 7,30€ antérieurs. Le prix du kilomètre est quant à lui porté à 1,21€.

Comment acheter votre résidence principale sur le marché de l’immobilier ?

Si la mesure n’est pas nouvelle, elle vaut la peine d’être rappelée. Le PTZ ou Prêt à Taux Zéro est disponible jusqu’à la fin de l’année. Il permet aux Français de devenir propriétaires de leur résidence principale dans les meilleures conditions.

Le PTZ 2023 est un prêt mis en place par l’État pour encourager les primo-accédants dans leur accession à la propriété. Il finance jusqu’à 40% de leur achat à taux zéro, sans rembourser d’intérêt par la suite. Avec un différé de remboursement possible, l’opération immobilière est grandement facilitée et allégée.

Pour profiter du Prêt à Taux Zéro, rien de plus simple. Il suffit d’en faire la demande à l’organisme prêteur, organisme bancaire certifié par l’État. Mais attention, l’octroi du PTZ est soumis à quelques conditions. Les principales sont :

  • Être primo-accédant, à savoir ne pas avoir été propriétaire depuis au moins deux ans.
  • Choisir un logement éligible au PTZ, le plus souvent au sein d’un programme immobilier neuf. Les biens anciens qui engagent de lourds travaux de rénovation énergétique peuvent également être éligibles au Prêt à Taux Zéro.
  • Respecter des conditions de ressources.
  • Sélectionner un logement dans une zone éligible, zone Abis, A et B1 en tête. En fonction de la localisation du bien, le montant du PTZ accordé diffère.

 

Les objectifs principaux du PTZ sont ainsi d’encourager la construction de logements neufs peu énergivores, de rendre le parc immobilier plus vertueux, de booster les secteurs du BTP tout en permettant aux particuliers de devenir propriétaire rapidement et d’évoluer au sein de biens confortables, dernière génération et à l’isolation thermique et phonique optimale.

Bon à savoir : le PTZ a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2023 via le décret du 27 décembre 2022 avec des conditions inchangées. Nous ignorons encore si le dispositif sera reconduit en l’état en 2024. Profitez-en cette année !

Est-ce le moment d’acheter en 2023 ? Votre investissement locatif sur le marché de l’immobilier

Il est une constante, une tendance immobilière qui se vérifie au fil des ans : l’immobilier est une valeur refuge, un placement sûr même dans un contexte d’incertitudes sur les marchés financiers. C’est ainsi que l’investissement locatif est fréquemment un projet de vie important pour les Français. Nombreux sont ceux qui, avec un petit budget dans bien des cas, décident de réaliser un placement locatif pour sécuriser leur patrimoine, bénéficier d’une rente à la retraite, léguer à leur descendance, revendre dans quelques années avec une belle plus-value…

Alors oui, acheter en 2023 est évidemment une bonne idée ! Cette année encore, les particuliers souhaitent bénéficier des coups de pouce disponibles pour alléger le montant de leur investissement locatif. Parmi eux, le dispositif Pinel Plus (+) qui est venu remplacer la loi Pinel classique depuis le 1er janvier 2023.

Pour rappel, les avantages de la loi Pinel classique sont progressivement réduits en 2023 et plus encore en 2024. Pour profiter des pleins avantages fiscaux, il est donc indispensable de choisir un programme immobilier neuf en France qui respecte les conditions imposées par la loi Pinel Plus (+) 2023. Avec ces évolutions, le gouvernement entend avancer sur le chemin de l’immobilier vertueux, peu énergivore et moins impactant pour l’environnement. À la clé, des logements neufs désirables aux yeux des locataires qui ne souhaitent plus assumer des charges énergétiques trop élevées tous les mois. Et ce ne sont pas les seuls atouts de ce segment du marché ! Découvrez les avantages de l’immobilier neuf pour votre investissement locatif.

Bon à savoir : en respectant les conditions de la loi Pinel 2023, vous réduisez vos impôts de 12, 18 ou 21% en fonction de la durée initiale de location choisie de 6, 9 ou 12 ans. La réduction appliquée est calculée sur un maximum de 300 000€ et de deux investissements par année. Elle peut ainsi atteindre 63 000€ sur 12 ans et laisse espérer une belle plus-value en cas de revente au terme de la période de défiscalisation.

Pour acheter ou investir, avec ou sans dispositif, profitez de conseils avisés et personnalisés. Contactez les experts Médicis Immobilier Neuf pour lancer votre projet immobilier sans attendre.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
831 avis clients