Offres spéciales sur une sélection de programmes neufs jusqu'au 31 août 2024 !!! Profiter des Promos du moment !
Menu

Tendances immobilières : le plan d’action proposé par l’UNIS

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

L’UNIS, Union des Syndicats de l’Immobilier propose des solutions concrètes pour sortir d’un contexte compliqué. Les besoins en logements sont à leur paroxysme face à une offre qui se raréfie, largement insuffisante depuis plusieurs années déjà. Après avoir dressé le bilan des problématiques rencontrées par le marché de l’immobilier, l’UNIS dévoile un possible plan d’action qu’elle espère faire entendre au gouvernement. Zoom sur les propositions de cet acteur majeur du secteur et sur la faisabilité de leur mise en œuvre. Au cœur de l’actualité immobilière, logement, construction, accession, investissement locatif… font débat.

Quels constats de l’UNIS pour le marché immobilier en France ? Quelles sont les grandes tendances qui se distinguent ?

Comment se porte le marché de l'immobilier en 2023 et comment va-t-il évoluer en 2024 ?

Sans surprise, les nouvelles ne sont pas des plus réjouissantes pour le marché de l’immobilier et ses évolutions prévues en 2024. Dans le creux de la vague, le secteur cherche des solutions pour s’en sortir avec des acteurs impliqués et force de proposition. C’est le cas de l’UNIS qui identifie plusieurs grandes tendances immobilières à contrer pour s’orienter vers une sortie de crise :

1. Une hausse des taux de crédit immobilier qui désolvabilise certains primo-accédants. La conséquence directe ? Moins d’acheteurs sur le marché et un volume de transactions immobilières en considérable diminution. Les jeunes acquéreurs adoptent davantage une posture attentiste.

2. Du côté du marché locatif, le manque de logements est pénalisant. Face à une demande qui explose, l’offre ne suit pas. En cause, un marché tendu depuis des années, plus encore depuis l’interdiction progressive de mise en location des biens classés F ou G au DPE, Diagnostic de Performance Énergétique.

3. Des constructions en berne : peu de logements sortent de terre. En cause dans cette tendance baissière le manque de foncier, les contraintes liées à la RE 2020, Réglementation Environnementale 2020

4. Des activités dans le secteur à la peine avec des fermetures d’agences immobilières, d’agences de courtage mais aussi de promoteurs immobiliers.

En résumé, l’état d’urgence est décrété sur le marché de l’immobilier. MAIS il existe des solutions, à condition de vouloir les appliquer. Quelles sont celles proposées par l’UNIS ?

Comment favoriser l’accession au logement des primo-accédants ? Une histoire de prix de l'immobilier

L’UNIS est pragmatique. L’Union évoque un non-sens, celui qui considère qu’un ménage qui paye 1 000€ de loyer par mois ne puisse pas devenir propriétaire pour la même somme, pour un effort financier mensuel identique. Cela semble logique !

Pour favoriser l’accession à la propriété, l’entité propose donc un allongement de la durée possible des emprunts, corrélée avec l’allongement de la durée du travail reposant sur la loi retraite.

Seconde proposition, pour les prochains mois (années), opter pour la suppression des droits de mutation à titres onéreux aussi abrégés DMTO et ce pour les primo-accédants seulement. Un vecteur de dynamisation du marché de l’immobilier pour l’UNIS.

Loi Climat et Résilience : des ajustements nécessaires pour redonner des couleurs au marché immobilier

Avec les interdictions de mise en location des logements les plus énergivores, le marché locatif est privé d’une partie de ses biens. Des biens qui sont évidemment à rénover pour assurer confort, santé et sécurité aux locataires.

Pour ne pas être dans les mesures purement restrictives uniquement et pour trouver des solutions à la crise sévère qui touche le marché locatif, l’UNIS propose de faire la distinction entre la Performance énergétique et l’Habitabilité. Elle intègre également dans son équation la décence énergétique, à questionner.

L’Union des Syndicats de l’Immobilier en est sûre, il faut booster la rénovation du bâti existant et la décarbonisation. Oui mais comment, alors même que deux tiers des logements en copropriété sont destinés au locatif et qu’il y a nécessité d’une rénovation énergétique globale et massive. En ce sens, l’UNIS propose :

1. De faire appel aux syndics professionnels en lieu et place d’introduire les Accompagnateurs Rénov’ qui ne sont pas sensibilisés aux spécificités des copropriétés.

2. De repenser le DPE pour les petites superficies. Un diagnostic de Performances Énergétiques trop sévère impacte négativement ces typologies.

3. De s'appuyer sur un DPE collectif qui prime sur l’individuel.

4. De mettre en place une dérogation lorsqu’une interdiction de louer est votée par le biais d’un PPT (Plan Pluriannuel de Travaux).

5. D’interdire la location pour les nouveaux baux et pour les relocations. Les baux déjà signés ne seraient donc pas concernés.

6. D'encourager et de simplifier le vote de Commandes Groupées. Pourquoi ? Pour que la rénovation globale soit plus accessible.

7. De mettre en place une Banque de la Rénovation à l’instar de la Banque des Territoires.

Pour se faire entendre, l’UNIS a affirmé vouloir générer une QPC ou Question Prioritaire de Constitutionnalité sur la loi « Climat et Résilience ». Cette dernière irait à l’encontre du décret « décence énergétique ».

L’idée et l’enjeu seraient ainsi d’articuler à la perfection ou presque les calendriers et échéances et notamment celui de l’urgence climatique, de la nécessité de se loger pour tous, de la décarbonisation avec en tête les deadlines de 2030 et de 2050.

À la Présidente de l’UNIS, Danielle DRUBRAC de conclure : « L’immobilier, 3ème consommateur d’énergie après l’Agriculture et les Transports, a pourtant été traité en 1er au motif que ce serait plus facile et plus rapide. Aujourd’hui, on le voit bien, ce n’est pas le cas. Restons mobilisés pour la rénovation, et soyons aussi réalistes ; sauf à mettre en place des moyens considérables du type « quoi qu’il en coûte ».

Location nue VS location meublée : une harmonisation nécessaire

Pour l’UNIS toujours, rien ne peut légitimer une importante différence fiscale entre un location proposée nue (sans meuble et équipement) et une location meublée. Si l’on prend le cas d’une location meublée touristique de type Airbnb, les tarifs locatifs atteignent des sommets.

L’Union se positionne en faveur d’une fiscalité équilibrée et harmonisée, égale pour la totalité des logements loués et reposant principalement sur le montant du loyer.

Alors que les premières lignes directrices du PLF 2024, Projet de Loi de Finances 2024 ont été dévoilées, les propositions de l’UNIS seront-elles intégrées avant l’adoption définitive du projet ? À suivre !

Est-ce le moment d'acheter un bien immobilier en 2023 ?

Il est une certitude sur le marché. Si le contexte économique et immobilier n’est pas des plus favorables cette année, devenir propriétaire reste un objectif de vie pour nombre de Français. Et pour vous ? Vous vous questionnez sur la possibilité d’accéder à la propriété pour devenir propriétaire de votre résidence principale ? De réaliser un investissement locatif ? Le meilleur timing pour vous lancer est le vôtre. Avec une réflexion pragmatique en amont, votre achat ou votre investissement sera un pas patrimonial positivement important. 

Les experts Médicis Immobilier Neuf sont à votre service pour répondre à toutes vos questions. Contactez votre interlocuteur dédié pour être accompagné dans les étapes de votre achat immobilier neuf, du simple questionnement à la remise des clés.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
890 avis clients