Immobilier à Paris : les charges de copropriété en baisse sur deux ans

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Pour la deuxième année consécutive, les charges de copropriété sont en baisse dans la capitale selon les chiffres de la Fnaim du Grand Paris. Le parc immobilier à Paris accueille cette actualité comme une bonne nouvelle avec une diminution de -2,5% sur la dernière année. Ce mouvement est en partie le fruit du travail des syndics de copropriété.

Immobilier à Paris : quelles charges de copropriété ont baissé ?

 

Les charges de copropriété qui ont le plus diminué dans la capitale sont celles liées au chauffage collectif. Elles ont baissé de -23,8% en deux ans, bénéficiant de plusieurs facteurs : la météo hivernale très douce, le coût des matières premières divisé par deux en deux ans et les travaux de rénovation qui commencent enfin à porter leurs fruits.

Second facteur de diminution, les ascenseurs. Leur coût a baissé de -19% en deux ans grâce à des contrats renégociés par les syndics lors de la mise aux normes des appareils.

Troisième élément, les frais d’assurances. Ils ont baissé de -10,8% sur deux ans grâce à une sinistralité qui a diminué en raison des nombreux travaux réalisés et d’une option plus fréquemment tournée vers le système de franchise pour déclarer les sinistres.

La Fnaim du Grand Paris affirme également que les copropriétés privées ont « des charges financières stables et à un niveau très faible ». Pas d’endettement donc.


Immobilier à Paris : quelles charges de copropriété ont augmenté ?

 

D’autres postes de dépenses ont quant à eux augmenté sur deux ans. On pense notamment aux impôts et taxes qui ont bondi de +47,3% sur un an, aux salaires des professions liées à la copropriété avec un bond de +8% sur deux ans et aux honoraires des syndics qui ont grimpé de +11% sur la même période.

« Largement critiquée par les associations de consommateurs, la hausse des honoraires de syndics ne dépasse toutefois pas, sur deux ans, ce que beaucoup avaient annoncé pour 2014 après le vote de la loi Alur », affirme la Fnaim du Grand Paris. « Cette hausse est due à de nouvelles et multiples obligations, comme le nouveau contrat de syndic, le compte bancaire séparé, les informations à fournir lors des promesses de vente, la création d’un site extranet des copropriétés. Cette augmentation est en partie due à un transfert de charges, sans effet sur les budgets des immeubles », explique le président de la Fnaim du Grand Paris, Didier Camandona.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers