Menu

Remaniement : la France a finalement un ministre du Logement

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

On le disait grand absent du nouveau gouvernement, ce quinquennat aura bien un ministre du Logement. C’est une actualité immobilière qui fait la Une depuis hier. L’ancien membre du Parti communiste et du Parti socialiste et maire de Clichy-sous-Bois Olivier Klein prend la tête du ministère du Logement dans le gouvernement d’Elisabeth Borne. Les doléances des professionnels du secteur et des particuliers ont donc été entendues : le grand oublié de la campagne présidentielle et des élections législatives a finalement été (re)mis sur le devant de la scène immobilière. Alors que ce poste n’avait ni ministre, ni ministre délégué, ni secrétaire d’État, l’apparente négligence a finalement été réparée. Mais qui est Olivier Klein ? D’où vient-il et quelles seront ses orientations politiques ? On vous dit tout.

Présentation d’Olivier Klein, nouveau ministre du Logement français

La particularité du nouveau ministre du Logement ? Il fait entrer les quartiers populaires à l’Élysée. Olivier est en effet maire de Clichy-sous-Bois depuis 2011, un maire qui a fait ses pas très jeune dans le grand bain. Il a grandi dans l’un des quartiers les plus populaires de France, le quartier du Chêne Pointu de Clichy-sous-Bois. Pour vous donner une idée, ce secteur est régulièrement présenté comme l’une des, pour ne pas dire LA copropriété la plus dégradée de l’hexagone. Il a même fait l’objet d’un long métrage, visé par la caméra de Ladj Ly pour le film « Misérables ».


Dans un premier temps membre du Parti communiste, cet ancien professeur d’histoire géographie a finalement rejoint le Parti socialiste en 2006. Puis après une quinzaine d’années de bons et loyaux services, il a revu ses positions pour se retrouver dans la politique d’Emmanuel Macron en octobre 2021 avec pour horizon les dernières élections présidentielles de 2022.


Véritable figure de gauche, Olivier Klein a vendu dans ses jeunes années l’Humanité et Pif Gadget avec son père dans la galerie commerçante du Chêne Pointu. Une activité et tradition qui ont longtemps perduré. L’actuel maire de Clichy a confié avec regret à l’AFP avoir vu les classes moyennes fuir sa ville dans les années 80. La commune de Seine-Saint-Denis a décliné depuis cette date, plus encore après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré en 2005. Ces faits graves ont conduit au soulèvement des banlieues françaises cette même année. Pour rappel, les deux adolescents tentaient de semer la police lorsqu’ils ont été électrocutés dans un transformateur électrique.


Olivier Klein rejoint donc Christophe Béchu ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoire, en qualité de ministre délégué au Logement et à la Ville.

Les nouveaux ministres du BTP sont en action

Plus largement, le gouvernement a opéré un vaste remaniement qui donne de nouveaux leviers et de précieuses ressources humaines pour encadrer la France et notamment le secteur du BTP, du Logement, de la Transition écologique, des Transports, des PME et de l’artisanat. Voici donc un tour d’horizon des ministres nommés le 4 juillet au sein du gouvernement d’Elisabeth Borne en suivant une règle précise : les ministres candidats aux élections législatives mais non élus devaient démissionner. Amélie de Montchalin, ex-ministre de la Transition écologique a fait les frais de cette dernière, poussée au départ. Brigitte Bourguignon ex-ministre de la Santé et Justine Benin ex-secrétaire d’État à la mer.


Olivia Grégoire, cède sa place de porte-parole du gouvernement pour occuper celle de ministre de l’Artisanat, du Tourisme, du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises. C’est donc à Bercy qu’elle pose une nouvelle fois ses valises, un lieu bien connu puisqu’elle y a assumé le rôle de secrétaire d’État chargée de l’économie sociale, solidaire et responsable entre 2020 et 2022. Elle reste donc aux côtés de Bruno Le Maire lui aussi reconduit à Bercy.


Christophe Béchu prend ses marques au ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Avec une très récente entrée au gouvernement il y a seulement quelques semaines, la promotion est belle. Après son bref passage comme ministre délégué aux Collectivités territoriales, il change ainsi de casquette. Sa fine connaissance de l’aménagement du territoire a sans doute motivé ce changement en remplacement d’Amélie de Montchalin. En nommant Christophe Béchu, le gouvernement donne la main à un homme de terrain, figure de droite qui a pris les rênes du département du Maine-et-Loire pendant 10 ans puis a été conseiller régional avant de devenir maire apprécié dans la ville d’Angers.


Clément Beaune est entré au gouvernement en 2020 en qualité de chargé des questions européennes sous les gouvernements Castex et Borne. Depuis le 4 juillet 2022, sa fonction a évolué. Il siège désormais au ministère des Transports comme ministre délégué aux Transports en collaboration avec le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Ce choix qui interroge quant au profil orienté européen de Clément Beaune semble après réflexion appuyé sur une belle motivation et un intérêt marqué pour la transition écologique. Avec une forte capacité à traiter des dossiers complexes et d’indéniables connaissances en matière de gestion de budgets, le signal renvoyé aux professionnels des transports et des travaux publics est très positif. Il saura épauler le secteur dans toutes ses problématiques et enjeux.


Pour remplacer Christophe Béchu, Caroline Cayeux a été nommée ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales. Elle possède de solides connaissances et une belle expérience pour traiter les sujets dont elle aura la responsabilité et notamment l’application du zéro artificialisation nette, des plans Action cœur de ville et Petites villes de demain. Son CV intéressant l’aidera sans aucun doute dans ces domaines. Elle est en effet maire de Beauvais depuis 2001 mais également présidente de la communauté d’agglomération du Beauvaisis, présidente de l’agence de cohésion des territoires ou ANCT ainsi que présidente de l’association d’élus Villes de France. Au cours des dernières Assises nationales, elle a notamment demandé une « simplification » des exigences réglementaires qui pèsent sur les élus et la décentralisation de la politique d’aménagement du territoire. Selon ses propos « il y a une notion d'équilibre à garder, on ne peut pas imposer d'un bureau parisien le fait qu'une zone sera tendue ou non ». L’on peut également s’attendre à la voir mettre sur le devant de l’actualité immobilière certains sujets forts comme la rénovation du parc immobilier ancien, des cœurs de ville et du patrimoine ainsi que le soutien des collectivités via les dispositifs existants et à venir. Caroline Cayeux est d’ores et déjà placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur et des Outre-mer et du ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.


Avec ce remaniement, le président de la République entend s’appuyer sur ses alliés pour donner un coup d’accélérateur à sa politique et aux actions à mener qui semblent au point mort depuis sa réélection. Il envoie ainsi des signaux importants dans des secteurs majeurs, à commencer par celui du logement. La nomination d’Olivier Klein à ce poste-clé a été saluée par différents acteurs du logement mais aussi de l’immobilier et de la construction. Le "Où est le ministère du Logement ?" de ces dernières semaines a finalement une réponse en personne ! À suivre quant aux mises en application réelles.


Que pensez-vous du remaniement et notamment de la réapparition d’un ministre du Logement au gouvernement ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
580 avis clients