Menu

Logement en France : où est le ministère du Logement ?

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Récemment nommé, le nouveau gouvernement mené par Elisabeth Borne fait polémique. Le 20 mai, le siège occupé jusqu’à présent par Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement dans le gouvernement de Jean Castex reste vide, inoccupé à la plus grande surprise des acteurs de l’immobilier et du logement. Une actualité immobilière qui ne passe pas inaperçue et qui suscite le désarroi. Explications.

Une absence remarquée du ministère du Logement en France

Suite à l’annonce de la composition du gouvernement Borne, les professionnels du logement et de l’immobilier ont rapidement réagi en exprimant leur incompréhension. C’est le cas notamment de la Fondation Abbé-Pierre par le biais d’un tweet de son délégué général, Christophe Robert « La Fondation exprime son incompréhension alors que le logement représente le premier poste de dépense des ménages et concerne tout le monde et tous les territoires ! » Il évoque également « un bilan très mitigé du précédent quinquennat. »


Et il n’a pas été le seul à questionner cette composition pour le moins discutable. L’ancienne ministre du Logement qui a occupé son poste entre 2016 et 2017, Emmanuelle Cosse, a souligné que « la composition de ce premier gouvernement montre que le logement n’est pas pris en considération à la hauteur des enjeux sociaux et environnementaux qu’il porte. » La présidente de l’Union sociale pour l’habitat s’est exprimée la semaine passée sur Twitter.


Autre acteur de la scène politique engagé pour le logement et même son de cloche. Ian Brossat, adjoint PCF d’Anne Hidalgo chargé du Logement à la Mairie de Paris reste très concis « Pas de ministre du Logement. Tout ça en pleine crise du pouvoir d’achat ».


Et les réflexions ont fusé en fin de semaine dernière dans l’actualité immobilière. « Le pouvoir d’achat est une préoccupation centre et partagée, comme la transition écologique. Le logement est indéniablement au cœur de ces enjeux » ont déploré les fédérations d’agents immobiliers et de professionnels de la gestion locative Unis, Fnaim et Plurience. Le président socialiste du département de la Seine-Saint-Denis fait quant à lui preuve de plus d’ironie « Bonne nouvelle pour les 4,1 millions de personnes mal-logées en France : vos problèmes ont disparu ! La preuve, plus besoin de ministre du Logement au sein du gouvernement. »

Quelle est l’orientation donnée par le gouvernement au logement en France ?

C’est ainsi toute la scène immobilière qui s’interroge, professionnels comme particuliers. Pourquoi le gouvernement a préféré laisser ce poste vide alors même que le logement est l’une des plus grandes préoccupations et problématiques en France ?


Selon l’Elysée le Logement ne sera pas oublié peut-on lire dans le journal Le Monde. Le gouvernement affirme que comme pour les Transports dont le ministère est désormais inoccupé, le Logement sera mis sous la tutelle de la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires récemment nommée, Amélie de Montchalin. Ces deux enjeux sont désormais « dans son portefeuille. » Ils pourraient être orchestrés dans un futur proche par des secrétaires d’État en place après les élections législatives qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.


Une réponse qui pour l’heure n’a pas convaincu les acteurs du logement et de l’immobilier et qui laisse de nombreuses questions en suspens.

L’ex-ministre du Logement en France candidate aux législatives 2022

Il semblerait que de grands enjeux se reportent sur les élections législatives du mois de juin. Si Emmanuelle Wargon a laissé sa place à un siège vide au gouvernement, elle ne se retire pas de la scène politique, bien au contraire. Après quatre années passées à la transition écologique et au logement, elle annonçait début mai sa candidature aux prochaines élections législatives. Cette ancienne cadre de Danone affirme qu’il s’agit « d’un cheminement personnel. Issue de la fonction publique, je me suis engagée en politique en rejoignant le gouvernement d’Edouard Philippe. Cet engagement est solide et passe par un mandat électif » avait-elle expliqué dans une interview donnée au Figaro le 5 mai. Même si cela peut surprendre, Emmanuelle Wargon se présente donc au siège de députée de la 8ème circonscription du Val-de-Marne. Si on l’attendait sur son lieu de résidence, dans la 6ème circonscription, elle explique son choix très simplement : « Le député sortant Guillaume Gouffier-Cha y est très apprécié. Quant à la 8e, c'est juste à côté. Je n'ai qu'à traverser à pied le bois de Vincennes pour m'y rendre. C'est la même intercommunalité et les mêmes problématiques ».

Dissonance entre les acteurs du Logement en France et le gouvernement

Et dire que le 31 mars dernier, peu de temps avant les élections présidentielles, la Fnaim, l’Unis et Plurience publiaient leur « Agenda Logement 2022 ». La déception est d’autant plus grande que les acteurs ne semblent pas avoir été entendus par le gouvernement comme en témoigne l’absence de ministère du Logement dédié. Avec leur feuille de route, les professionnels rappelaient la nécessité de « mettre le logement au cœur des priorités » car il s’agit du « premier poste de dépenses pour les ménages, marqueur d'intégration sociale et élément-clé de la transition écologique, [le logement] est au cœur des préoccupations des Français. Il induit à lui seul un grand nombre des défis qui seront à relever dans les prochaines années. »


Parmi les mesures fortes déclinées dans l’Agenda Logement 2022 se trouvent :


-La création d’un ministère de l’Habitat pour mener une politique du Logement cohérente. « Il y a aujourd'hui besoin d'une puissance de décision, de moyens considérables et d'une vision globale au service du logement que seul un ministère fort pourra assumer (...) C'est la première priorité que nous espérons voir mise en œuvre, chronologiquement, à la nomination du Gouvernement. » évoquait Danielle Dubrac, Présidente de l'Unis, dans un communiqué.


-« Mettre le parc immobilier français au niveau des standards énergétique européens » pour répondre à la nécessité d’une rénovation énergétique globale pour faire face au désastre climatique en cours.


-La réforme de l’accompagnement de l’investissement locatif pour une simplification et une harmonisation de la fiscalité. L’objectif ? Donner la possibilité d’étoffer simplement le parc locatif actuellement insuffisant en encourageant les investisseurs à se positionner.


-La territorialisation de la politique du logement pour répondre aux problématiques et aux enjeux de chaque territoire.


Cet agenda pourra-t-il être mis en œuvre pour tout ou partie par le gouvernement ? L’absence de ministère du Logement nous conduit à en douter. Une actualité immobilière à suivre au fil des mois pour observer l’orchestration de la politique du Logement en France.


Que pensez-vous de cette information immobilière ? Le siège vacant de ministre du Logement est-il un problème à votre avis ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
557 avis clients