Découvrez toutes nos offres promotionnelles disponibles jusqu'au 9 Novembre !!! Découvrir les Offres
Menu

Achat immobilier et rentrée : ce que veulent les acquéreurs

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Rentrée des classes, rentrée des étudiants, rentrée des vacances, retour au bureau, relance des projets… Le mois de septembre est souvent synonyme de retour aux réalités. Avec la rentrée, les projets souvent mis en pause pendant l’été reprennent de plus belle. D’autant que tous les indicateurs sont actuellement au vert pour lancer un projet d’achat immobilier ou d’investissement. L’occasion de faire le point sur les attentes, les besoins, les envies et les indispensables dans les critères des acquéreurs. Et vous ? Quelles sont vos attentes en cette exceptionnelle rentrée ?

L’achat immobilier et le logement en tête des préoccupations de la rentrée

Depuis fin août, le gouvernement a entamé une vaste concertation qui durera six semaines. Au programme, des tables rondes et des débats autour du logement et de l’immobilier et notamment d’« Habiter la France de demain ». Dans ce contexte, le groupe SeLoger a été entendu le 31 août dernier lors de la toute première table ronde. La volonté était ainsi de décrypter les attentes des Français en matière d’achat immobilier et de logement. SeLoger s’est ainsi fait porte-parole de plus de 3 000 porteurs de projets d’acquisition, des particuliers actifs dans leurs recherches et qui ont notamment contacté un agent immobilier pour se lancer. Quelles sont les grandes tendances de cette rentrée ? Que recherchent-ils ? Zoom.

L’achat immobilier axé vers les maisons

Ce n’est pas une surprise. Avec trois confinements successifs, les envies immobilières sont tournées vers l’espace intérieur ET extérieur. Selon plusieurs études Opinionway menées pour le compte de SeLoger, plus de 50% des porteurs de projets souhaitent aujourd’hui s’orienter vers une maison. Les appartements remportent quant à eux 25% des suffrages.


Certaines catégories d’acheteurs sont plus particulièrement friandes des maisons. C’est le cas, toujours selon les données SeLoger, des 35-49 ans et des ménages qui peuvent désormais prétendre au télétravail. Travailler depuis chez soi ouvre un monde de possibles pour choisir son lieu de vie. Là encore sans grande surprise, les Franciliens sont en quête d’une résidence principale, d’une maison, qui leur donnerait la possibilité de se mettre au vert en quittant l’Ile-de-France. Ils ne souhaitent cependant généralement pas trop s’éloigner de Paris et choisissent des villes qui leur permettent de réaliser les trajets, en train par exemple, rapidement et facilement.

Cap sur un achat immobilier respectueux de l’environnement ET spacieux

Lors des débats et tables rondes, la « zéro artificialisation nette » est à l’ordre du jour et devra être atteinte à l’horizon 2050 selon les obligations données par la loi Climat et Résilience récemment et définitivement promulguée au Journal Officiel.


C’est ainsi que la France prend un nouveau tournant avec comme objectif de créer des logements différents, des logements permettant de concilier préservation de l’environnement et besoin d’espace maintes fois mis en avant par les particuliers pour leur achat immobilier.


« Nous savons déjà concilier ces deux impératifs : plusieurs centaines de réalisations en France montrent que nous sommes capables de proposer des habitats respectueux de l’environnement, économes en espaces naturels, confortables et de grande qualité. Les Français connaissent peu ces réalisations mais ceux qui y habitent en sont pleinement satisfaits. Les modèles collectifs évoluent, ils sont plus écologiques, ouverts sur l’extérieur, lumineux. La maison individuelle y trouve sa place aussi mais différemment. Nous sommes capables de proposer des alternatives à la vision du lotissement loin des services et des transports d’une part et à celle du collectif exiguë et peu confortable d’autre part. » explique Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement.


Et quand l’achat d’une maison est impossible, quand le coût est trop élevé ou tout simplement lorsque les acquéreurs souhaitent rester en ville, leur choix se porte sur un appartement avec balcon, terrasse ou jardin privatif. La présence d’un voire plusieurs espaces extérieurs est déterminante dans la sélection du logement, en ville comme à la campagne. Selon l’enquête menée par SeLoger, 94% des achats immobiliers sont déterminés par cette volonté de posséder un espace extérieur.

Les petites et moyennes villes ont la cote pour un achat immobilier

Alors que longtemps les très grandes villes ont suscité un vif intérêt, les petites villes de moins de 20 000 habitants sont aujourd’hui plébiscitées par un tiers des potentiels acquéreurs. Pour vous donner un ordre d’idée, cette part de porteurs de projets est trois fois supérieure à celle observée il y a une année. Pour aller plus loin encore, un acquéreur sur cinq met le cap sur une zone rurale, soit un pourcentage multiplié par quatre en comparaison d’il y a un an. Et cette tendance devrait se pérenniser selon l’étude SeLoger.


Autre information révélée par l’enquête : 9 acheteurs sur 10 souhaitent rester dans leur région actuelle, à l’exception des Franciliens qui veulent majoritairement se mettre au vert et se diriger vers une ville de plus petite envergure, Parisiens en tête. Parmi les localités les plus prisées, on retrouve par exemple Le Mans ou Angers, encore délaissées il y a quelques années. Selon Jean Viard, sociologue, les particuliers mettent le cap sur ces cités « en raison des prix de l’immobilier moins élevés, alors que ces villes sont tout aussi agréables que les autres villes moyennes. Le mouvement, qui s’amorce, diffère de l’exode rural de 1968 où des dizaines de milliers de jeunes se sont installés à la campagne par refus du capitalisme. Aujourd’hui, les ménages, qui quittent les grandes métropoles, ont entre 30 et 45 ans, conservent leur emploi et veulent que leurs enfants fassent de bonnes études. Ils s’installent donc le long du réseau SNCF pour être à 1 heure d’une métropole et portent une attention particulière à la connexion internet de leur logement. »

Un achat immobilier dicté par le télétravail mais pas que

Parmi les critères des Français pour leur achat immobilier, s’impose la présence d’une pièce supplémentaire. Cette envie, et nécessité dans certains cas, sont dictées par le déploiement massif du télétravail. Les particuliers ont ainsi besoin d’une pièce pour dédiée à leur bureau, pour pouvoir travailler tranquillement depuis chez eux. Et pour parvenir au logement idéal, 81% des potentiels acquéreurs affirment être prêts à faire des travaux de transformation, d’aménagement ou même de rénovation énergétique grâce à MaPrim’Rénov.

« La rénovation énergétique est déjà un succès et MaPrim’Rénov est plébiscitée par les Français. Nous allons atteindre probablement près de 800 000 demandes en 2021, soit près de deux fois plus que l’objectif fixé initialement. Mais les aides ne suffisent pas. Nous avons mis en place un véritable service public de la rénovation, avec plus de 1 000 conseillers FAIRE partout en France, qui peuvent donner des informations et des conseils gratuits pour guider les Français vers les bons travaux. Nous devons encore consolider ce service public et simplifier toujours plus l’accès aux démarches. Cela veut dire aussi encadrer et développer le métier d’accompagnateur Renov’. Cet accompagnement doit vraiment être un accélérateur pour des rénovations ambitieuses, même s’il est difficile de dire aujourd’hui combien ils seront à termes car cela dépendra aussi de la demande, nous franchirons de nouvelles étapes en 2022 pour massifier cet accompagnement » affirme Emmanuelle Wargon.


L’autre option plébiscitée pour bénéficier d’un logement bien isolé et parfaitement optimisé est de se tourner vers un logement neuf. Les programmes immobiliers neufs en France qui sortent de terre actuellement sont en effet respectueux des dernières normes de la construction en vigueur et permettent, très souvent, d’être modulés selon les besoins.

Les Français sont optimistes pour leur achat immobilier

Les particuliers ont plus que jamais envie de concrétiser leur projet, ils sont même d’un optimisme débordant lorsqu’on leur parle d’immobilier. La preuve par les chiffres : 24% des acheteurs et 21% des vendeurs en sont certains, leur pouvoir d’achat immobilier va grimper d’ici fin 2021. À leurs côtés, 53% des premiers et 56% des seconds tablent sur une stabilité. Ces données sont révélatrices de la confiance des particuliers accordée au marché. Une confiance renforcée par des taux d’emprunt au plancher et par des coups de pouce bienvenus, Prêt à Taux Zéro en tête, pour encourager l’accession à la propriété.


Quels sont vos projets pour cette année ? Devenir propriétaire fait partie de vos plans ? Contactez les experts Médicis Immobilier Neuf qui vous accompagnent de A à Z dans la quête de votre logement idéal.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
408 avis clients