Diagnostic immobilier : les logements français ne sont pas aux normes

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Nous vous en parlions il y a quelques jours, dès le 1er juillet 2017, les propriétaires-bailleurs devront fournir à leurs locataires un nouveau diagnostic immobilier. Ce dernier attestera de la conformité des installations électriques et de gaz du logement. Alors que la mesure est (presque) prête à être mise en place, une étude de grande envergure amène un constat simple : la très grande majorité des logements français ne sont pas aux normes.

Un nouveau diagnostic immobilier nécessaire


Si cette nouvelle obligation pèse déjà sur les bailleurs, elle n’en reste pas moins indispensable. Une récente étude a en effet mis en lumière la non-conformité de nombreux logements français. Ainsi, une anomalie électrique est relevée dans 9 biens sur 10 et la sécurité de l’installation gaz n’est pas assurée dans 4 logements sur 5. Un constat alarmant qui justifie largement la mise en œuvre de ce nouveau diagnostic immobilier.


Cette étude prend en compte la globalité du parc immobilier français, qu’importe l’année de construction des logements et bâtiments. Les ratios ont pu être établis après analyse de 67 063 diagnostics immobiliers gaz et 114 968 diagnostics électriques effectués.

Un livre blanc pour tirer la sonnette d’alarme


À seulement trois mois de la mise en œuvre du diagnostic immobilier dans le cadre locatif, les résultats de cette étude sont publiés dans un Livre Blanc destiné aux particuliers et aux professionnels de l’immobilier. Il est le fruit du travail du réseau spécialiste en diagnostics immobiliers Diagamter qui distille constats, informations et recommandations pour améliorer l’état du parc immobilier français.


Les éléments donnés sont parlants voire alarmants. En effet, entre 3,1 et 4,1% des logements datant d’avant 1980 affichent une anomalie « Danger Grave et Immédiat ». Dans ces derniers, l’installation au gaz devrait tout simplement être fermée, complètement ou partiellement, pour être remise aux normes.


Les biens récents affichent davantage d’anomalies électriques que liées au gaz. Sur les 119 anomalies potentiellement observées, les logements des années 50 en comptent en moyenne 7 à 8 contre 2 ou moins pour les biens construits en 2000 ou après.


Ce livre blanc et ses données posent donc la question de la décence du parc immobilier français. Certains habitants courent un risque sans même s’en rendre compte. C’est en ce sens que le diagnostic immobilier électrique et gaz est rendu obligatoire. S’il l’est déjà lors de la vente d’un logement, les nouveaux locataires seront eux-aussi protégés lors du renouvellement ou de la signature d’un nouveau bail.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers