Les appartements ruches bientôt à Paris ?

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
La crise du logement touche les grandes villes du monde entier. En quête d’un emploi, les travailleurs migrent vers les capitales économiques et font grimper les prix des loyers de façon parfois spectaculaire. Pour contrer cette crise, l'entreprise néerlandaise Haibu 4.0 propose des locations à Barcelone pour moins de 325€ par mois, le loyer moyen étant de 954€. Mais ces nouveaux appartements ruches ne respectent pas les normes en vigueur et peuvent être moralement contestables. Zoom sur un phénomène immobilier.

Les appartement ruches, kesako ?


C’est à Barcelone que les premiers appartements ruches européens ont vu le jour. Dans ces derniers, les commodités, comme les sanitaires et la cuisine, sont partagées. Autour de ces espaces communs, sont ajoutées des chambres aux superficies inférieures à celles imposées par la législation. Ces chambres nouvelle génération sont en général de 3m² avec une hauteur sous plafond de 120cm. La loi espagnole contraint quant à elle les propriétaires à louer des chambres de 5m² minimum. L’ensemble de l’habitation représente 100m² et on ne peut pas dire que les locataires puissent y trouver une quelconque intimité.

Bien qu’inconfortables, ces appartements ruches ont un véritable succès auprès des travailleurs modestes. Ils permettent de se loger au cœur de la ville pour un loyer imbattable. Derrière ces ruches, Marc Olivier, l'un des fondateurs d'Haibu 4.0, défend son projet en lui donnant une visée sociale. Les loyers ayant augmenté de plus de 40% en 5 ans à Barcelone, cela permet de faire face à la crise du logement au prix d’un inconfort certain.

Paris, le prochain objectif des appartements ruches


Et Paris n’est pas en reste quand on parle de crise du logement. Les prix des loyers ont explosé dans la capitale et de nombreux travailleurs sont obligés de s'éloigner de leur lieu de travail. Pire encore, le nombre de sans-abri salarié a considérablement augmenté ces dernières années.

C’est pour répondre à cette problématique que la société néerlandaise a décidé de s’implanter à Paris. L’offre est en cours de finalisation et il est déjà possible de visiter votre future capsule qui sera en moyenne de 1,2m de hauteur et 2,4m de longueur et de largeur pour un montant minimum de 200€. Trois tailles de chambres seront proposées dont une plus grande pour accueillir les couples.

Qui peut loger dans les appartements ruches à Paris ?


Pour obtenir un appartement ruche, certains stricts critères sont à respecter. Le locataire ne doit pas gagner plus de 3 000€ et pas moins de 450€. Il doit également résider dans la capitale depuis plus de 10 ans et ne pas avoir de casier judiciaire.

Par ailleurs, les fumeurs ne sont pas les bienvenus dans ces appartements nouvelle génération. Tous ces critères sont a priori antinomiques avec les lois françaises, puisqu’un bailleur ne peut pas exiger d’un locataire les différentes informations demandées pour louer un appartement ruche à Paris. Par ailleurs, la justice pourrait retoquer le bailleur relativement à la superficie illégale des appartements.

Qu’on soit pour ou contre les appartements ruches, il y a une réelle nécessité de proposer des logements à bas coût aux salariés les plus modestes. Cette initiative privée vient donc répondre à un réel besoin, mais au détriment de l’éthique et de la loi. Fort du succès barcelonais, il y a fort à parier que les ruches parisiennes seront également prises d’assaut.
 
Que pensez-vous de ces nouveaux types de logement ? Est-il préférable de pouvoir se loger à bas prix, peu importe le confort ?
 
 
Source image : batinfo.com/actualite/un-premier-appartement-ruche-clandestin-ouvre-a-barcelone_12344
 
 
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers