Le cyclique mouvement des prix de l’immobilier à Dubaï

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Dès 2002, les prix de l’immobilier à Dubaï subissent un boom pour atteindre un niveau record en 2008. Puis en 2009, revirement de situation, l’effet de la spéculation amorce une chute vertigineuse. Année après année, les prix au mètre carré ont continué à baisser puis sont remontés pour une diminution empreinte de stabilisation cette année. Zoom sur un contexte immobilier particulier.

Retour sur les rebondissements des prix de l’immobilier à Dubaï


En 2002, Dubaï connaît un afflux d’investisseurs sans précédent. Les portes de la ville, membre de la Fédération des Emirats Arabes Unis, s’ouvrent aux étrangers du monde entier. Ils ont enfin le droit d’accéder à la propriété sur ce territoire. L’engouement crée la demande et la demande fait grimper les prix. 2008 est l’année de tous les sommets pour les prix de l’immobilier à Dubaï. Mais en 2009, la spéculation impacte lourdement le secteur. Les liquidités chutent, le crash financier est enclenché, l’immobilier perd pour moitié de sa valeur. En 2012 et 2014, la demande est à nouveau au rendez-vous, les prix recommencent donc à grimper.


Mais en 2015, nouveau mouvement baissier sous l’effet de la baisse du pétrole et de la hausse du dollar. La diminution affichée est de 12% en moyenne sur l’année passée. Et selon les experts des prix de l’immobilier à Dubaï, la tendance devrait se maintenir cette année.

L’absence des étrangers fait baisser les prix de l’immobilier à Dubaï


Dans le secteur résidentiel, la baisse des prix de l’immobilier à Dubaï en 2015 est estimée à 10% en moyenne. Une diminution qui tend à se résorber sur les premiers mois de 2016. En cause, une demande étrangère moins importante, cette même clientèle qui avait fait exploser les tarifs dès 2002. Si les étrangers ne sont plus au rendez-vous, c’est en partie parce que l’immobilier à Dubaï est devenu plus cher. La cours des monnaies n’est en effet plus à la faveur des acheteurs.


Parmi les acheteurs étrangers dans cette ville de tous les possibles, on retrouve majoritairement des Indiens (15% en 2015 pour 4,7 milliards d’euros), des Anglais (pour 2,6 milliards d’euros), des Pakistanais (pour 2 milliards d’euros), des Iraniens (pour 1,1 milliard d’euros), des Canadiens (pour 883 millions d’euros) et des Russes (pour 644 millions d’euros).

Stabilisation en vue des prix de l’immobilier à Dubaï


Même si le coût de l’immobilier continue pour l’heure à baisser, les professionnels tablent sur une stabilisation d’ici fin 2016. Cette année encore devrait voir les prix diminuer de 5 à 10% avant de se stabiliser. Une hausse est même à prévoir pour 2017. Un cycle en éternel recommencement !

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers