Menu

Achat immobilier : devenir propriétaire pour faire face à la crise

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Cela ne vous a pas échappé, le contexte actuel est un brin anxiogène. L’actualité et par répercussion l’actualité immobilière, sont données sur fond de guerre en Ukraine, de récente élection présidentielle, de prix qui n’en finissent plus de s’envoler sur les plus basiques des produits de consommation… Et pourtant, le quotidien économique et politique incertain n’altère en rien l’envie des Français de devenir propriétaire. Plus encore, l’achat immobilier est considéré comme une valeur refuge. Acquérir sa résidence principale ou réaliser un investissement locatif est plus que jamais un rempart fort contre les incertitudes, projet perçu comme un moyen de se mettre à l’abri en attendant des jours meilleurs. Zoom sur le contexte immobilier actuel, sur ses spécificités, ses tendances et sur le ressenti des Français candidats à l’achat.

L’achat immobilier plus que jamais dans l’esprit des Français

Généralement, élections présidentielles riment avec pas d’idées et envies nouvelles dans la tête des acquéreurs. Et pourtant, le président sortant récemment réélu pour cinq ans n’a pas mis à mal les envies immobilières des Français. 2022 déjoue en effet les tendances établies, les acheteurs n’ont pas mis leurs projets immobiliers sur pause. L’Observatoire du Moral Immobilier pensé par SeLoger et Opinionway donne à 89% le nombre de candidats à la propriété qui affirment ne pas avoir pris en compte les élections présidentielles dans leur projet.


Plus encore, 83% des futurs investisseurs sont en accord avec cette tendance tout comme 79% des acquéreurs parisiens et 75% des accédants à la propriété qui visent un programme immobilier neuf.

Les présidentielles pas assez axées sur l’immobilier et le logement pour les Français

Les sondés SeLoger l’assurent : avant de glisser leur bulletin dans l’urne, les Français n’étaient manifestement pas assez intéressés par l’immobilier et le logement. Pour celles et ceux qui veulent devenir propriétaire, les préoccupations se tournaient davantage vers le pouvoir d’achat, vers la sécurité ou encore vers la protection sociale. Et pourtant, les interrogés sont formels : ils attendent beaucoup du nouveau gouvernement en matière de logement. Et pour cause, selon les chiffres donnés par le baromètre SeLoger :


-39% des futurs acquéreurs émettent des doutes : ils en sont convaincus, leur pouvoir d’achat va se dégrader dans les mois à venir.
-79% des Français interrogés affirment qu’une hausse des taux d’intérêt aura lieu dans les six mois à venir.
-39% des particuliers auront un budget de plus de 300 000€ pour leur achat immobilier.

Une coquette somme qui, en fonction des lieux d’acquisition, est pourtant bien insuffisante.

Les incertitudes des Français face à leur pouvoir d’achat immobilier

Le pouvoir d’achat est comme évoqué l’une des plus grandes préoccupations des particuliers et par répercussion du gouvernement en place. Les futurs acheteurs émettent de vraies craintes pour leur niveau de vie dans les années à venir. Ils sont 66% à tabler sur sa dégradation en France, soit 11 points de plus en comparaison de novembre 2021. Un niveau record qui n’avait pas été atteint depuis le début de la pandémie de la Covid-19. En avril 2020, 58% anticipaient cette dégradation.


Exceptions qui confirment la règle, acheteurs et investisseurs parisiens semblent moins inquiets que la moyenne nationale avec 50% pour les premiers et 52% pour les seconds.


Indication complémentaire, 39% des sondés se préoccupent aujourd’hui de leur pouvoir d’achat, 55% dans le cadre d’une accession à la propriété dans l’immobilier neuf. Ils étaient 26% à s’en inquiéter en avril 2020. Le bond est record. Et pour cause, le prix de l’essence est désormais intégré par 60% des porteurs de projets pour choisir où poser leurs valises. Un coût qui ne remet cependant pas en cause l’envie première de devenir propriétaire.


Élément révélateur du baromètre SeLoger, malgré les incertitudes, le budget que les candidats à la propriété souhaitent accorder à leur logement ne baisse pas. Leurs appréhensions n’altèrent pas leur envie de devenir propriétaire. En avril 2022, 39% des interrogés donnent leur budget à plus de 300 000€ contre 32% en février 2021. Une progression significative.

Les taux d’intérêt en hausse ne freinent pas l’envie de devenir propriétaire

La confiance en la pierre des Français semble inaltérable. L’actualité immobilière donnant les taux de crédit en hausse, l’on pourrait s’attendre à un certain attentisme voire un désintérêt des candidats à la propriété. Pourtant il n’en est rien.


Évidemment, les sondés sont 79% à anticiper leur augmentation dans les six prochains mois, soit 13 points de plus qu’en novembre 2021. La progression est importante. Ce pourcentage était enregistré à 73% en sortie de confinement (mai 2020) et n’avait jamais été atteint auparavant ou égalé ensuite.


Parallèlement, les candidats à la propriété s’illustrent par leur sérénité. 32% seulement sont inquiets face à cette remontée des taux qui pourrait impacter leur pouvoir d’achat immobilier voire les empêcher d’être solvables auprès des banques.


Pour faire face à cette situation, l’apport est le maître-mot. 55% des sondés affirment vouloir réunir une épargne plus importante à savoir 10% du montant du prêt (+4 points en comparaison de novembre 2021). À l’inverse, les acquéreurs qui souhaitent mobiliser moins de 10% du montant de l’emprunt sont de moins en moins nombreux, 13% actuellement (-5 points en comparaison de novembre 2021).


Pour conclure, 56% des sondés SeLoger sont confiants face à leur avenir immobilier et affirment être en mesure de mener leur projet immobilier, leur projet de vie à son terme dans de bonnes conditions.

Les demandes adressées par les Français au gouvernement en faveur de leurs projets immobiliers

Les informations immobilières devraient amener la hausse de la taxe foncière déjà annoncée. Mais 83% des interrogés affirment que le gouvernement devrait mettre l’accent sur la réduction de la fiscalité liée au logement pour les aider à devenir propriétaire.


Autre doléance, rendre le crédit immobilier plus accessible. Une demande émise par 76% des candidats à l’accession. Ce besoin est la conséquence de la baisse du taux d’usure et des taux de crédit immobilier qui remontent. Deux tendances qui complexifient l’octroi des emprunts, davantage encore pour les petits budgets.


Enfin, dernière attente majeure des Français, la mise en place d’actions fortes pour augmenter l’offre immobilière. 62% des interrogés encouragent le gouvernement dans cette voie et plus encore dans le cas d’un achat tourné vers un programme immobilier neuf (74% des porteurs de projet neuf). Mécaniquement, augmenter l’offre pourrait conduire à une meilleure maîtrise des prix des logements qui ont tendance à s’envoler face à une demande soutenue et à un stock insuffisant. Dernier élément, 64% de celles et ceux qui veulent devenir propriétaire d’un logement neuf comme ancien affirment qu’il est primordial de faire diminuer les coûts de construction.


Et pour vous, l’actualité immobilière et plus largement le contexte actuel impactent-ils vos envies de propriété ? Achat d’une résidence principale ou investissement locatif, quelle est votre priorité cette année ? Vous avez besoin d’aide ? Contactez les experts Médicis Immobilier Neuf pour vous aider à lancer votre projet ou tout simplement pour échanger sur vos envies et besoins.


Source : Observatoire du Moral Immobilier SeLoger réalisé avec OpinionWay entre le 22 février et le 9 mars 2022 auprès de 1 850 futurs acquéreurs. Données faisant l'objet d'un redressement à partir de données de cadrage.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
627 avis clients