Les bâtiments connectés, véritables enjeux immobiliers

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

De plus en plus de bâtiments communiquent avec leurs habitants ou leurs occupants. Tertiaires ou non, les bâtiments connectés sont l’avenir de l’immobilier. La connectivité est un argument de poids dans le secteur de l’immobilier d’entreprise, facilitant la vie de tous grâce à des équipements toujours plus performants mais aussi et surtout, permettant à la pierre de transitionner vers un fonctionnement raisonné et adapté. Dans la Smart City, les bâtiments connectés se font véritables enjeux immobiliers.

Les nouvelles technologies à l’honneur dans les bâtiments connectés


Les nouvelles technologies et les appareils connectés sont partout dans notre quotidien. Elles ont même intégré nos logements progressivement puis massivement. Electroménagers, équipements connectés, véhicules, nous ne pouvons plus nous en passer. Il était donc naturel que l’immobilier passe à l’heure de la connexion avec des bâtiments connectés de plus en plus nombreux, véritables fer de lance dans la ville intelligente.


Mais qu’est-ce qu’un bâtiment connecté aujourd’hui ? Pour faire simple, il s’agit d’un immeuble qui collecte, récolte, transmet voire analyse les données de et pour leurs occupants dans un premier temps pour les communiquer aux différents gestionnaires ensuite. Les immeubles deviennent ainsi gages de communication, ils s’affichent comme « smart » et performants.


Les bâtiments connectés, une réponse aux enjeux environnementaux citadins


Le secteur de l’immobilier est l’un des plus polluants des milieux urbains. La construction tout d’abord, puis le fonctionnement et, dans certain cas, la démolition. L’immeuble intelligent apporte une réponse claire à cette problématique environnementale en rationnalisant le fonctionnement du bâti. Cette connectivité amène des solutions pour mener à bien la transition énergétique. Depuis quelques années des labels récompensant la connectivité et ses atouts émergent.
Et celle labélisation ne date pas d’hier. En 2015 naissait R2S ou « Ready2Services », une marque présentée sous forme de référentiel. Aujourd’hui, la création de Certivéa et de la Smart Buildings Alliance est devenue un véritable label reconnu et prisé. Il peut être décerné aux programmes immobiliers neufs connectés mais également aux bâtiments connectés non résidentiels déjà construits qui opèrent une transformation majeure axée sur la connectivité. Ce label a été lancé "pour accompagner la filière du bâtiment à tirer pleinement parti du numérique et encourager à transformer les bâtiments en véritables plateformes de services, évolutifs, confortables et ouverts sur la ville intelligente et durable" expliquaient ses deux fondateurs.

Les atouts du bâtiment connecté selon « Ready2Services »


Pour obtenir ce label, les constructions doivent respecter plusieurs niveaux :


• Le premier : posséder des équipements pourvus de capteurs qui donnent la possibilité de contrôler la construction à distance et/ou de manière automatisée. Ainsi, chauffage et éclairage peuvent être pris en main depuis l’extérieur.


• Le second : les données collectées par les capteurs et les équipements sont transmises à partir du niveau local.

• Le troisième : une analyse et un traitement des données stockées dans le cloud. Ces derniers se font tête pensante du bâtiment connecté pour trouver des solutions adaptées aux occupants. Une interface utilisateurs peut ainsi être proposée aux occupants grâce à l’analyse des données depuis le date center.

Le monde entier passe à l’heure des bâtiments connectés


Si ce label est une première en France, il a des précurseurs dans le monde. C’est le cas à New York, ville dans laquelle la startup WiredScore avait déjà créé un label destiné aux bâtiments tertiaires connectés. Ce label apparu en 2013 a ensuite été déployé dans plus de 150 villes du globe. Au total plus de 1 400 bâtiments tertiaires l’ont obtenu à ce jour. Des exemples ? Le culminant Shard de Londres, L’empire State Building à New York, La Marseillaise de Jean Nouvel à Marseille.


Que trouve-t-on dans les bâtiments connectés ?


Une fois le label WiredScore ou R2S obtenu, les immeubles connectés tertiaires affichent un bâti communicant mais pas seulement. Il est généralement possible de réserver sa salle de réunion ou son bureau en deux clics, de profiter de services de conciergerie connectés ou encore de réserver son restaurant depuis une interface très pratique. Tout dans ce type d’immeuble est fait pour répondre au double enjeu : satisfaction de l’usager/occupant et gestion des consommations énergétiques et du fonctionnement du bâti. Il y a fort à parier que ces « smart » label seront prochainement intégrés dans les existantes certifications (HQE ou BREEAM par exemple). Le bâtiment connecté affiche aujourd’hui une très forte attractivité pour le secteur de l’immobilier d’entreprise. Plus largement, il s’agit d’un enjeu à côté duquel les entreprises ne pourront certainement plus passer ces prochaines années…


Vous évoluez au quotidien au sein d’un bâtiment connecté ? Quels sont les services proposés ? En êtes-vous satisfait ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers