Smart City : Saint-Étienne a des yeux et des oreilles partout

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

La Smart City a le vent en poupe, véritable pari sur l'avenir ! Imaginées et dessinées il y a encore quelques années dans des films de Science-Fiction (Le 5ème Élément ou Minority Report pour les citer), les Smart Cities deviennent aujourd'hui des réalités urbaines. Leurs objectifs sont nombreux : préserver les ressources naturelles, améliorer le confort de vie des habitants, prendre en compte les besoins et nécessités ressources/citadins... Les moyens de mise en œuvre sont également très variés, de l’ingénierie agricole aux dernières technologies, tous permettent aux villes de se réinventer. Si les premières Smart Cities ont vu le jour principalement dans les grandes villes asiatiques (Singapour, Hong-Kong), les villes européennes, et notamment en France, ne sont pas en reste de Paris à Bordeaux en passant par Saint-Étienne. 

Saint-Étienne observatoire des fréquences du territoire (S.O.F.T)


Cette abréviation désigne un organisme qui effectue la première expérimentation de ce genre dans la ville. Et c’est le quartier de Tarentaize-Beaubrun-Couriot qui accueille un ensemble de capteurs novateurs permettant aux forces de l’ordre d’intervenir plus rapidement. Au total, ce sont plus de cinquante micros qui seront disposés dans le quartier et qui identifieront « automatiquement des bruits anormaux » commente Sébastien Valla, directeur des systèmes d’information de Saint-Étienne. Le but final est bien de préserver la sécurité des habitants en détectant très rapidement et automatiquement les accidents, les agressions et autres dangers potentiels.


La DSI (Direction des Systèmes d'Information) de Saint-Étienne se défend de vouloir surveiller les habitants, précisant que le « système ne permet pas d'enregistrer les conversations, ni même de les entendre. Il captera uniquement les alertes ». En pratique, il s'agit d'un algorithme capable de différencier un bruit « normal » d’un danger. Une fois le bruit identifié, l’alerte est transmise à la police municipale pour une intervention rapide sur les lieux si nécessaire.

Les habitants divisés sur l’installation de capteurs dans leur Smart City


Mais le moins que l'on puisse dire, c’est que ce nouveau dispositif de sécurité ne fait pas l’unanimité auprès des Stéphanois. Si Sébastien Valla, directeur des Systèmes d'Information et du Numérique de la ville précise que les pistes audios ne seront pas écoutées en continu mais uniquement lors de dangers, ses concitoyens ne sont pas tous convaincus. Certains, comme Bernard Mallet retraité interviewé par Le Parisien, sont en tous points contre cette nouvelle surveillance permanente. Le retraité aurait préféré que davantage de forces de police soient détachées pour sécuriser le quartier. Un avis partagé par un grand nombre d'habitants et par certains commerçants du quartier, comme Ahmad Draoui qui estime que ce dispositif pourrait être assimilé à de l’espionnage. A contrario, le boulanger plébiscite la mise en place de ce dispositif qui aurait pu l’aider lorsque sa vitrine a été vandalisée. Des avis très partagés donc…


Ce projet en grande partie financé par l’État pourrait être une aubaine pour la ville de Saint-Étienne. Le succès de ce test en situation réelle repose sur la démonstration que l’algorithme reconnait bel et bien les bruits représentatifs d’un danger et qu’il peut être automatisé et autonome.

Seriez-vous prêt à voir un tel dispositif mis en place dans votre ville ? Dites-le-nous en commentaire !

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers