Immobilier à Rennes : la LGV booste le marché

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
Depuis le 2 Juillet 2017 la ligne à grande vitesse relie Rennes à Paris en moins d’une heure et demi. Avec la LGV, des transformations majeures pour la ville. Les Rennais peuvent désormais arriver à Paris à 9h04 en partant à 7h35, soit un trajet plus court que pour certains Franciliens de banlieue. Alors que les experts et notamment les notaires, redoutaient une affluence massive des Parisiens faisant grimper les prix de l'immobilier à Rennes, la tendance est à la raison. Elle est à la hausse mais la capitale bretonne n'atteint pas le niveau de Bordeaux. 

Le marché immobilier rennais en pleine forme après l’arrivée de la LGV


Après une année 2018 dédiée à l'observation, il est possible de mesurer définitivement les effets de la LGV sur Rennes. La ville a connu dans un premier temps une forte augmentation du nombre de transactions : trois quarts des 24 000 ont eu lieu en Ille-et-Vilaine en 2018. Mais les experts s'accordent à dire qu’aucune bulle spéculative ne pointe à l'horizon. Les acquéreurs se positionnent sur le marché immobilier à Rennes et dans le département pour habiter les biens et non pour les louer.

Si une vague parisienne était attendue, elle n’a finalement pas eu lieu. Les chiffres augmentent, c'est une réalité, mais ils restent mesurés. 13% des investisseurs dans l'immobilier neuf en 2018 sont parisiens, contre 5% deux ans auparavant. 
 
Les prix de l'immobilier à Rennes ont également évolué, mais de manière raisonnée. Le prix médian dans la ville est aujourd’hui affiché à 2 550€/m², loin derrière Paris ou Bordeaux et ses 4 170€/m2. Rennes occupe la 10ème place du classement national des prix de l'immobilier les plus élevés. La ville est même devancée par sa voisine nantaise et ses 2 830€/m2. 

L’immobilier à Rennes plus ou moins impacté par la LGV selon les quartiers


Comme souvent, les quartiers ont évolué de façon différente à Rennes depuis l'arrivée de la LGV. Ce sont les secteurs du centre et à deux pas de la gare qui affichent les prix les plus élevés. En périphérie, certaines communes comme Saint Grégoire ont vu leurs prix augmenter suite à une demande en hausse. Nombreux sont en effet les cadres supérieurs qui ont voulu, et veulent encore, s’y installer. D'autres communes comme Cesson-Sevigné sont quant à elles restées stables. Prudence tout de même, tous les paramètres doivent être pris en compte lors d’achat : si les prix sont restés identiques, les surfaces ont parfois diminué.

Loin des retentissements massifs connus par Bordeaux suite à la mise en service de la LGV, Rennes a observé une croissance maitrisée de ses prix immobiliers. La réduction du temps de trajet entre Rennes et Paris a convaincu de nombreux Parisiens de s'installer, les détournant de leur intention première d'achat. Certains nouveaux acheteurs rennais ont en effet révélé qu'ils avaient initialement prévu de devenir propriétaire en banlieue, à Levallois-Perret par exemple.

L’effet de la LGV est donc positif, dynamisant le marché de l’immobilier à Rennes sans pour autant provoquer une hausse des prix effrénée.

Vous avez acheté un logement à Rennes tout en travaillant à Paris. On attend votre témoignage ! :-)
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers