Hôtels capsules : à la découverte des micro-résidences de Tokyo

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Vous avez sans doute déjà entendu parler des « hôtels capsules » de Tokyo ? Des chambres en forme de « boîtes » où, en général, on ne dort qu'une nuit pour éviter de rentrer chez soi un soir de trop grande fatigue. Une curiosité touristique que vous avez peut-être déjà testée ? Cette forme de logement « court séjour » devient un logement « long séjour » dans le Nord Est de Tokyo pour beaucoup de jeunes Japonais. Partons à la découverte de ces micro-résidences.

Des hôtels capsules aux micro-résidences

Les hôtels capsules existent depuis les années 70 au Japon et sont utilisés par ceux qui recherchent un logement pratique et peu cher. Deux rangées de capsules, visuellement des tubes longs, des boîtes, des cabines, empilées les unes au-dessus des autres, de chaque côté d'un couloir, avec un volet que l'on ferme une fois entré dans la « boîte ». Un « coin privé » pour se détendre ou dormir avec de l'espace pour s'asseoir seulement, équipé d'une télévision au plafond, d'un réveil matin, d'une lampe pour lire et d'un « lit ». A l'extérieur, des espaces communs : un petit salon avec télévision, Internet, des distributeurs de nourriture et de boissons, une salle de bain collective voire une cuisine... Généralement réservé aux courts séjours pour ceux qui ont manqué le dernier train ou pour une personne en voyage d'affaires, ce type de logement « original » a du succès, une expérience à tenter, pour les « non claustrophobes » bien sûr !

Dans le Nord-Est de Tokyo, ces hôtels capsules ont donné l'idée de transformer un étage entier d'un immeuble de bureaux en micro-résidences pour loger des personnes dans des « boîtes » sur une plus longue durée mais elles sont plus rudimentaires et offrent moins de confort. On ne peut pas se mettre debout. Il n'y a pas de porte ni de fenêtre. Les chambres minuscules sont séparées par une mince paroi de contreplaqué et un rideau fait office de volet et de porte d'entrée. Certains résidents sont de passage et d'autres y vivent à l'année. Ce sont souvent de jeunes gens qui travaillent et ont une vie sociale comme tout le monde. Les micro-résidences de ce type étonnent dans une ville comme Tokyo, au Japon.

A Tokyo, un coût de logement parmi les plus élevés du monde

Les micro-résidences offrent une alternative de logement quand le coût des loyers est élevé particulièrement dans les grandes villes. Pour avoir une meilleure appréciation de ce coût, prenons l'exemple de la location d'un studio de 18 m² en 2015 à Tokyo, 550 € environ avec des différences de montants importantes selon les quartiers : le plus cher 845 € en moyenne et le moins cher 385 € en moyenne. Alors on imagine que les moindres mètres carrés sont précieux et bien exploités. Pour les jeunes qui débutent dans la vie active, il n'est pas simple de se loger à Tokyo : trouver un logement n'est pas si difficile mais ce sont les loyers qui sont trop élevés. Surtout que le système des logements japonais exige de prévoir un budget pour pouvoir obtenir un toit entre les cautions, l'enveloppe de remerciement, les frais d'agence, etc...

Alors il y a ces micro-résidences, des logements qui pourraient nous paraître « l'expression de la misère ». Mais pour certains, vivre là est un choix momentané afin de conserver leurs revenus pour subvenir aux besoins de leur famille vivant loin de la ville ou pour un futur projet d'acquisition. Les Japonais aspirent en effet à devenir propriétaires car la location peut devenir un vrai gouffre financier au fil du temps. Ces « quelques mètres carrés » peuvent également être le seul logement que puissent s'offrir certains, compte tenu du coût des loyers à Tokyo.

Mais vivre dans de si petits espaces pose tout de même des questions de santé, une solution qui devrait être temporaire. Ces micro-résidences ont été découvertes par un photographe Won Kim qui a fait l'expérience d'y séjourner.

Dans beaucoup de grandes villes, le logement est difficilement accessible pour les personnes en situation précaire, celles qui ont de faibles revenus. Si Tokyo est le symbole des hôtels capsules, les micro-résidences et la réduction des espaces de logement sont présentes un peu partout dans le monde ; d'autres solutions voient le jour comme le coliving. Vous pouvez lire à ce sujet les articles « Les logements capsules de Barcelone » et « On passe à l'heure du coliving » sur notre site.

Que pensez-vous de ces micro-résidences ? Votre avis nous intéresse.


Source image : mrmondialisation.org/un-photographe-devoile-ces-micro-residences/

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers