Budget 2018 : quelles prévisions pour l’immobilier et le logement ?

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Que réserve le budget 2018 en matière d’immobilier et de logement ? Si l’heure est aux économies, la fiscalité va changer en France l’an prochain. Zoom sur les mesures fiscales et financières qui devraient impacter le secteur très prochainement.

La taxe d’habitation supprimée dans le budget 2018


C’était l’une des mesures majeures du programme d’Emmanuel Macron : la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages français. Dès le 1er janvier 2018, le montant de la taxe d’habitation sera réduit pour les foyers. Deux nouvelles étapes se succèderont en 2019 et 2020, avant d’aboutir à sa complète suppression. Dès l’année prochaine, la réforme de la taxe d’habitation induira un manque à gagner pour l’État, et surtout pour les collectivités, de 3 milliards d’euros. Mais aux dires du gouvernement, les communes ne seront pas oubliées. Des moyens sont prévus pour compenser la perte de 36% de leurs recettes.

L’ISF réformé dans le budget 2018


Actuellement, 351 000 foyers ont un patrimoine de plus de 1,3 million d’euros et payent l’Impôt sur la Fortune. L’ISF laissera sa place à l’IFI « Impôt sur la Fortune Immobilière ». Les taxes sur les valeurs mobilières et les placements, tels que l’assurance-vie ou les actions, seront donc exemptées.


Le manque à gagner induit par cette mesure est estimé à 3,5 milliards d’euros. L’année dernière, l’ISF a permis à l’État de récolter 5 milliards d’euros. Pourquoi ce cadeau ? Pour que les Français les plus aisés aient envie d’investir dans « l’économie réelle ».

Réduire les dépenses grâce à la réforme des APL


Le budget 2018 prévoit également des restrictions budgétaires et, donc, des économies pour l’État. Le gouvernement doit réaliser 16 milliards d’euros d’économies. Il doit donc trouver des solutions. L’une d’entre elles est la réduction du montant des APL. Dès le 1er octobre 2017, les foyers bénéficiaires verront leurs aides au logement diminuer de 5 euros par mois.


Pour les bailleurs sociaux, entre 50 et 60 euros mensuels pourraient ne plus être versés. Une diminution qui n’impactera pas les locataires. Les organismes auront en effet interdiction de la répercuter sur les occupants.

Les dispositifs fiscaux recentrés dans le budget 2018


Autre moyen de faire des économies, le recadrage des dispositifs fiscaux. La loi Pinel et le PTZ (Prêt à Taux Zéro) seront recentrés sur les zones tendues. Ainsi, si ces deux mécanismes ont été prolongés pendant quatre ans, ils seront principalement réservés aux zones Abis, A et B1.


Enfin, les crédits du logement seront rognés d’1,7 milliard d’euros (de 18,26 à 16,53 milliards d’euros soit -9,5%). Une restriction supplémentaire d’1,5 milliard d’euros est attendue dès 2019.
Entre cadeaux fiscaux et économies, on le constate, tous les volets de l’immobilier et du logement seront impactés par le budget 2018.

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers