Ce qu’il faut savoir sur la loi Pinel 2018

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Investisseurs et professionnels de l’immobilier sont cette fois rassurés, la loi Pinel est prolongée pendant encore quatre années. Alors qu’elle devait être supprimée dès le 1er janvier 2018, le gouvernement a finalement décidé de la reconduire. Si les avantages fiscaux resteront, a priori, identiques, la zone d’action du dispositif Pinel va elle changer. Explications.

Pourquoi le gouvernement prolonge la loi Pinel ?


C’est une évidence, la loi Pinel est un moteur de dynamisme pour le marché immobilier neuf et la construction. Nombreux sont les investisseurs à avoir franchi le pas de l’achat grâce au dispositif. Il faut dire que les conditions sont avantageuses : un particulier peut profiter d’une réduction d’impôt de 12, 18 ou 21% (calculée sur un maximum de 300 000 euros) s’il décide de louer son bien pendant 6, 9 ou 12 ans.


Les investisseurs sont donc enclins à se tourner vers l’acquisition d’un logement neuf pour réaliser une opération patrimoniale rentable. Une chance puisque la demande de logements en zones tendues est toujours plus forte. L’engouement pour la loi Pinel permet la construction de logements qui viennent ensuite alimenter le marché locatif. C’est pourquoi, lors de la conférence sur la « Stratégie Logement », le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard et le secrétaire d’État au Logement, Julien Denormandie, ont annoncé une prolongation de la loi Pinel pendant quatre ans. Le dispositif ne sera toutefois pas maintenu en l’état. Il sera en effet plus ciblé.

La loi Pinel met le cap sur les zones tendues


Actuellement, la quasi-totalité du territoire français est éligible à la loi Pinel. Si les investisseurs en zone C ne profitent pas des mêmes avantages que ceux de la zone A bis, il semblerait que le dispositif nécessite un recadrage.


Ainsi, le gouvernement a décidé que seuls les investisseurs en zone Abis, A et B1 pourraient profiter de la loi Pinel l’an prochain. Il s’agit, vous l’aurez compris, des zones dites tendues, celles où la demande de logements en location est plus forte que l’offre.


Il ne sera donc plus possible de profiter de la loi Pinel en zones B2 et C dès le 1er janvier 2018. Ces zones, majoritairement des localités rurales ou périurbaines, devaient obtenir un agrément préfectoral pour devenir éligibles à la loi Pinel.


Si l’économie pour le gouvernement ne sera pas spectaculaire, ce recentrage de la loi Pinel permettra aux investisseurs d’espérer une vraie rentabilité. L’investissement locatif en loi Pinel dans les zones détendues ne se révèle en effet pas toujours rentable pour les particuliers.

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers