Mode d’emploi pour contrer un refus de crédit immobilier

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Maison coup de cœur, appartement de rêve, vous avez trouvé le logement idéal. Il ne reste plus qu’à convaincre votre banquier de financer l’achat ! Oui mais voilà, il ne l’entend pas comme ça. Pour diverses raisons, vous vous retrouvez confronté à un refus de crédit immobilier.  Que faire face à cette situation ? Comment vous retourner et la contrer ? On vous explique.

Des comptes bien (mieux gérés)


Très souvent, un refus de crédit immobilier est opposé aux particuliers qui ont du mal à maintenir leurs comptes dans le positif et/ou qui affichent une mauvaise gestion de leur argent. Pour espérer financer votre achat immobilier, le principe est donc de convaincre votre banquier que vous êtes apte à tenir vos comptes à la perfection, ou presque. Pour cela, évitez d’être à découvert (ne dépensez que l’argent que vous avez réellement), remboursez vos crédits en cours et tentez, si possible, de mettre de l’argent de côté. Avoir un apport augmentera considérablement vos chances d’obtenir votre emprunt.

Des aides à ne pas manquer


Pour financer une partie de votre bien, vous pouvez recourir aux aides de l’État. Certaines vous donneront un sérieux avantage pour financer votre logement. Il peut s’agir du prêt à taux zéro (PTZ), du prêt d’accession sociale ou du prêt action logement par exemple. N’hésitez pas également à solliciter votre ville ou région. Certaines accordent de belles subventions, d’autant plus si vous êtes primo-accédant (pour l’achat d’un logement neuf le plus souvent).

Faire jouer la concurrence suite à un refus de crédit immobilier


Votre dossier refusé dans une banque ne le sera pas nécessairement dans une autre. Les critères d’accord sont très variables d’un établissement à un autre. Il est donc judicieux de démarcher plusieurs banques pour financer votre projet immobilier. Pour faciliter vos démarches, faites appel à un courtier en immobilier. Il saura vous aider, dans la mesure du réalisable, à démêler la situation !


Bon à savoir : même si votre emprunt est accordé dans la première banque consultée, n’hésitez pas à aller voir ailleurs. Vous pourrez ainsi, peut-être, obtenir des conditions de crédit immobilier plus avantageuses dans un autre établissement. Les grilles de taux par exemple ne sont pas identiques dans toutes les banques.

Un bien moins cher ou plus petit


Mieux vaut un petit chez soi qu’un grand chez les autres dit l’adage ! Si vous ne pouvez pas faire financer cette grande maison en proche périphérie, peut-être pourriez-vous opter pour un bien plus petit, et donc, moins cher. Revoir son budget à la baisse permet de diminuer le coût global du financement. Un dossier refusé pour un bien à 300 000 euros ne le sera pas nécessairement pour un logement à 200 000 voire 250 000 euros. Cela vaut le coup d’essayer !

Une durée d’emprunt plus longue


Bon, on vous l’accorde, ce n’est pas la solution idéale. Qui dit durée d’emprunt plus longue, dit coût global du crédit plus important. Mais si vous tenez vraiment à acheter votre logement, il est possible d’étaler le remboursement sur un nombre d’années plus important. Les mensualités seront alors réduites pour vous permettre de les assumer. Les banques se basent généralement sur un taux d’endettement maximum de 33%.


Vous voilà prêt en cas de refus de crédit immobilier ! Vous avez d’autres astuces ? N’hésitez pas à nous les dévoiler en commentaire.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers