Menu

Voiture électrique : l’immobilier neuf favorise l’électromobilité

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Dans 10 ans seulement une voiture achetée sur trois sera une voiture électrique selon les prévisions de l’association nationale pour le développement de la mobilité électrique. Face à cet engouement, les bornes de recharge fleurissent sur les routes, sur les parkings des commerces, sur les aires d’autoroute… Mais il reste UN endroit, et pas des moindres, dans lequel ces équipements importants pour l’électromobilité globale sont encore trop souvent insuffisants voire absents : les copropriétés. Leur manque dans les immeubles est une problématique majeure qui freine les particuliers dans leur envie de tout électrique. Alors que les anciennes copropriétés sont sous-dimensionnées, les programmes immobiliers neufs jouent quant à eux la carte de l’avenir en multipliant les points de charge communs et individuels. Zoom sur cette incontournable tendance de l’éco-habitat.

La voiture électrique, un marché en pleine explosion

Avec un bon de +62% entre 2020 et 2021 (source : Avere-France), le marché de l’électrique et de l’hybride fait recette. La France souhaite ainsi accélérer l’électrification de son parc automobile, urgence climatique oblige. Dans le même temps, alors que le passage à l’électrique et à l’hybride rechargeable est fortement encouragé, les particuliers font face à un problème de taille, celui de l’accès aux bornes de recharge, non pas sur leurs trajets mais bien chez eux, dans leur copropriété.

Il est en effet rapide et facile d’installer une prise pour recharger sa voiture dans une maison mais dans le cas d’un immeuble ancien, la tâche se complique.

Le parc existant est très largement insuffisant pour répondre à la demande, plus encore lorsque l’on sait que 90% des recharges se font logiquement à domicile. Pour vous donner un ordre d’idée, moins de 2% (10 000 places) des 450 000 copropriétés déjà sorties de terre sont équipées de bornes de recharge selon les chiffres du responsable du véhicule électrique chez TotalEnergies, Pierre Clasquin. Pour aller plus loin, 7% des résidents d’un immeuble collectif ont accès à un point de charge chez eux selon une étude Ipsos menée par Zeplug*.

Les professionnels de l’immobilier et encore davantage les syndics de copropriété auront donc un impact majeur ces prochains mois et années pour multiplier le déploiement des infrastructures de recharge.

Bon à savoir : l’installation d’une prise permettant de recharger une voiture électrique ne coûte rien à la copropriété. Le propriétaire demandeur assume les frais de sa borne et les subventions couvrent le reste des dépenses inhérentes aux infrastructures collectives telles que les câbles et les compteurs communs.

Les programmes immobiliers neufs pro véhicules électriques

Depuis le 11 mars 2021, la loi d’Orientation des Mobilités oblige les programmes immobiliers neufs en France qui sortent de terre à s’adapter. Ils doivent permettre aux particuliers de participer à la révolution de l’électromobilité s’ils le souhaitent. Ainsi, l’ensemble des places de stationnement des bâtiments neufs sont pré-équipées de bornes de recharge si la construction compte au moins 10 places. Cette obligation est donnée dans le cadre du « Droit à la prise » renforcé.

Les constructeurs l’ont compris et commencent d’ores et déjà à anticiper : la possibilité de recharger un véhicule électrique deviendra un critère de choix majeur dans les prochaines années pour les acquéreurs de résidence principale mais aussi pour les investisseurs soucieux de répondre aux demandes de leurs futurs locataires. 83% des sondés interrogés pour l’étude Zeplug et intéressés par l’acquisition d’un véhicule électrique ont déclaré que la présence d’une borne de recharge au sein de leur lieu de vie pouvait impacter leur décision de devenir propriétaire.

Au-delà des pré-équipements électriques obligatoires, les promoteurs/constructeurs peuvent faire le choix d’aller plus loin en suivant le guide compilé par Enedis et par la FPI. Selon ce document, mettre en place une borne de recharge électrique collective dans une copropriété permet :

  • La valorisation du bien.
  • L’intégration des enjeux environnementaux en favorisant la réduction des émissions de CO2 à l’échelle globale du programme immobilier neuf.
  • Le développement de nouveaux services de mobilité à l’image de l’autopartage électrique ou de la borne mutualisée.

 

Bon à savoir : pour recharger un véhicule électrique, une puissance de 7,4 kVA est nécessaire et permet de recharger 100 kilomètres en 3h. En une nuit, la voiture atteint donc sa capacité maximale. Dans le cas d’un véhicule hybride rechargeable, la borne doit assurer 3,7 kVA pour recharger 50 kilomètres en 3h.

Quelles sont les aides pour recharger un véhicule électrique ?

Pour encourager l’électromobilité, certaines aides à connaître sont accordées sous conditions aux propriétaires mais aussi aux copropriétés et aux opérateurs. Ainsi, la Banque des Territoires a lancé Logivolt Territoires, un guichet de la Caisse des dépôts qui finance l’intégralité des dépenses collectives au sein d’une copropriété.

Autre dispositif, le dispositif Advenir dont les fonds sont puisés dans une enveloppe publique annuelle. Il est orchestré par l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique, Avere-France qui en finance 50%.

Les particuliers ont finalement un reste à charge à assumer compris entre 700 et 900€, subvention déduite. Le prix du confort de pouvoir recharger son véhicule électrique depuis chez soi.

Pour que l’électromobilité prenne encore davantage son envol, un décret est attendu de pied ferme. Il autorisera Enedis à équiper les copropriétés en bornes de recharge sans que les entités n’aient à débourser un centime. Les coûts seront en effet intégrés dans le tarif d’acheminement de l’électricité ou Turpe. Cette possibilité est perçue comme une concurrence déloyale par les installateurs privés qui se sont regroupés au sein de l’Association Française des Opérateurs de Recharge pour véhicules électriques ou Afor.

Une fois le décret validé, Enedis anticipe une forte pénurie de personnel. Selon le leader « des milliers, puis des dizaines de milliers de nouvelles demandes » devraient affluer. Pour le directeur de projet infrastructure de recharge des véhicules électriques en résidentiel collectif d’Enedis, Olivier Huet, « toutes les solutions sont nécessaires, le marché est trop important. »

Enfin, les défis cristallisés autour des véhicules électriques ne manquent pas pour les opérateurs. Ils devront s’atteler rapidement au déploiement de prises de recharge au sein des parkings privés extérieurs des copropriétés. Des travaux lourds et coûteux seront les principaux freins à ces équipements pourtant nécessaires.

Vous souhaitez faire un choix d’avenir et intégrer les préoccupations environnementales dans votre projet immobilier global ? Contactez les experts Médicis Immobilier Neuf pour trouver LE logement alliant confort, équipement, économies, écologie sans oublier une recharge pour véhicule électrique !

 

Source :

*Enquête Ipsos pour Zeplug menée auprès de 1.000 personnes constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (selon la méthode de quotas par sexe, âge, profession de l’interviewé, catégorie d’agglomération et région). Les sondés vivent en appartement, dans un immeuble collectif (39% de propriétaires - 61% de non-propriétaires). L'étude a été réalisée en ligne du 4 au 17 juin 2019.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
625 avis clients