Du changement pour le DPE en 2021

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Le DPE ou Diagnostic de Performance Énergétique est un incontournable de la scène immobilière. A quoi sert-il ? Comment fonctionne-t-il ? Quels sont ses objectifs ? Quand et comment le réaliser ? Mais surtout, quels changements sont à prévoir pour le DPE en 2021 ? Sur fond d’actualité immobilière, environnementale et de données informatives, on vous dit tout.

Qu’est-ce que le DPE ou Diagnostic de Performance Énergétique ?

Le DPE concerne tout le monde. Si vous vendez ou mettez en vente un bien immobilier, si vous louez ou achetez un logement, faire réaliser ou consulter le Diagnostic de Performance Énergétique est un incontournable.


Révélateur de l’état des consommations énergétiques d’un bien, ce diagnostic immobilier est aujourd’hui scruté. Locataires comme propriétaires n’ont plus envie de payer d’importantes factures d’énergie tous les mois. Un bon DPE est un argument de vente, un indispensable, un critère de valorisation du bien. Il peut même favoriser le coup de cœur des acheteurs. La preuve ? L’immobilier neuf a la cote en partie grâce à ses faibles consommations d’énergie.

Le Diagnostic de Performance Énergétique en pratique

En détails, votre logement peut afficher un DPE compris entre A et G, A révélant un logement très peu énergivore et G un logement très énergivore. Entre les deux, il y a un monde Énergétique ! Ainsi, un logement classé A consomme moins de 50 kWh/m² et par année quand un logement classé G consomme plus de 450 kWh/m² et par année. Pour vous donner une idée, un bien classé D, la moyenne donc, consomme entre 151 et 230 kWh/m².


Cette première étiquette est accompagnée d’une seconde, révélatrice de l’impact de la consommation énergétique du logement sur l’émission de gaz à effet de serre. Le DPE est valable 10 ans mais peut être réévalué en cas de modifications majeures dans le bien, à commencer par des améliorations des systèmes de chauffage, de climatisation ou encore de production d’eau chaude.


Pour révéler cette précieuse carte d’identité du logement, le propriétaire vendeur ou bailleur fait intervenir un expert certifié. Ce dernier réalise une cartographie du bien afin de révéler la quantité d’énergie consommée par ce dernier. Pour vous donner un ordre d’idée, il vous en coûtera entre 80€ pour un studio et 160€ pour une maison en moyenne. Attention : le professionnel certifié doit impérativement se déplacer. Un DPE ne peut en aucun s’effectuer à distance.


Bon à savoir : le DPE n’est pas une simple formalité, il est devenu obligatoire en 2006 pour les ventes immobilières et en 2007 pour les locations. Sans ce document, locataire et acheteur peuvent se retourner contre le propriétaire bailleur ou vendeur. La mention et le résultat du Diagnostic de Performance Énergétique sont d’ailleurs impératives sur les annonces immobilières depuis l’année précitée, que l’annonce soit publiée par un particulier ou par un gestionnaire attitré.

Quel est l’objectif du DPE 2021 ?

Comme à ses débuts, l’objectif premier du Diagnostic de Performance Énergétique est informatif mais cela va changer, nous y reviendrons dans les lignes qui vont suivre. Grâce à lui, les futurs occupants d’un logement peuvent estimer la consommation énergétique du bien. Un élément important pour anticiper le confort thermique d’un bien mais également pour prévoir son budget Énergétique mensuel ou encore pour envisager de réaliser des modifications dans le but d’améliorer le DPE.


Plus encore, un document à valeur de recommandation accompagne le DPE. Dans ce dernier, les particuliers peuvent consulter de nombreux conseils pour réduire leurs consommations énergétiques et réaliser de belles économies toute l’année.


Consulter les deux étiquettes est donc indispensable. Et attention : un DPE absent peut rendre une vente caduque ou en diminuer le montant initial. En cas de falsification du Diagnostic de Performance Énergétique, le propriétaire s’expose à une lourde sanction financière assortie d’une peine d’emprisonnement. Un risque à ne pas prendre.

Comment lire un Diagnostic de Performance Énergétique 2021 ?

A, B, C, F… vous avez compris que le DPE était important mais que signifie-t-il vraiment ? Voici ce qu’une lettre révèle sur votre logement :

  • Un logement classé A consomme moins de 50 Kwh/m² et par année et est économe.
  • Un logement classé B consomme entre 51 et 90 Kwh/m² et par année et est basse consommation.
  • Un logement classé C consomme entre 91 et 150 Kwh/m² et par année et est à haute performance Énergétique.
  • Un logement classé D consomme entre 151 et 230 Kwh/m² et par année et est dans une moyenne basse de consommations Énergétiques.
  • Un logement classé E consomme entre 231 et 330 Kwh/m² et par année et est dans une moyenne haute de consommations Énergétiques.
  • Un logement classé F consomme entre 331 et 450 Kwh/m² et par année et est énergivore.
  • Un logement classé G consomme plus de 450 Kwh/m² et par année et est très énergivore.

Après rénovation énergétique, il est tout à fait possible pour un logement d’améliorer son DPE de plusieurs classes Énergétiques. Indispensable pour les 7,2 millions de biens classés F et G, les passoires thermiques comme ils sont communément appelés. Même s’ils ont moins la cote, les logements énergivores trouvent tout de même preneurs, le plus souvent auprès d’acheteurs qui souhaitent réaliser des travaux.

Où se trouvent les logements au meilleur DPE en France ?

On sait que les prix de l’immobilier font le grand écart d’une ville à l’autre mais l’on mesure moins les disparités Énergétiques. Et pourtant, elles sont bien réelles. Une enquête menée par SeLoger a mis en avant de grandes différences entre les logements de l’hexagone.


Les logements qui consomment le plus sont situés en Picardie avec une moyenne de 252 kWh/m² et par année. Cette consommation annuelle descend à 145 kWh/m² et par année dans le Languedoc-Roussillon.


Parmi les villes analysées, citons Paris et ses 242 kWh/m² et par année, Toulon et ses 145 kWh/m² et par année, Paris 13ème et ses 204 kWh/m² et par année, Marseille 11 et ses 155 kWh/m² et par année et Lyon 8 et ses 183 kWh/m² et par année.

Un DPE plus strict en 2021 pour lutter contre les passoires thermiques

La rénovation des logements énergivores fait partie des leviers dans la lutte contre le réchauffement climatique. Elle est donc conseillée, encouragée voire rendue obligatoire dans certains cas. Selon Anthony Cellier, député du Gard, « Le bâtiment représente 26% de nos émissions de gaz à effet de serre. Agir contre les passoires thermiques, c’est bon pour la planète, c’est bon pour le confort des Français et c'est bon pour leurs factures ». C'est en ce sens que la loi Énergie-Climat a été élaborée : « Avec cette loi, nous voulons mettre fin aux passoires Énergétiques en trois étapes : tout d'abord, en incitant et en informant les propriétaires, puis en les obligeant à rénover leurs logements et enfin en les sanctionnant, si besoin. »


Dès le 1er juillet 2021, le DPE deviendra opposable et non plus simplement informatif. Cela signifie qu’acheteurs et locataires peuvent s’appuyer sur les informations contenues dans le DPE pour se retourner contre le propriétaire bailleur ou vendeur. A la clé, des transactions et des mises en location placées sous le sceau de la transparence.


Le DPE servira également d’outil pour venir à bout des passoires thermiques. Progressivement, les propriétaires bailleurs ne pourront plus mettre en location les logements trop énergivores sans avoir réalisé de conséquents travaux. Dès cette année, le DPE 2021 devient donc un outil majeur et incontournable dans la nécessaire transition Énergétique.


Et vous ? A quelle classe énergétique appartient votre logement ? A ou B comme dans les programmes immobiliers neufs ou F ou G avec nécessité de rénovation énergétique ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers