200 millions d'euros pour lutter contre les passoires thermiques

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

La lutte contre les passoires thermiques est une priorité pour le gouvernement. Preuve en est, il a décidé d’allouer 200 millions d’euros destinés à financer les travaux nécessaires par le biais d’un tout nouveau service. Présentation et explications.

La lutte contre les passoires thermiques en 2020


Il existe déjà sur le marché plusieurs dispositifs permettant d’encourager la rénovation des biens (très) énergivores, aussi appelés passoires thermiques. Mais le gouvernement a décidé d’aller encore plus loin en proposant un nouveau service dès le 1er janvier 2020.


Il s’agit du SARE ou Service d’Accompagnement pour la Rénovation Energétique accompagné d’un budget de 200 millions d’euros pour tenter de venir à bout des bâtiments trop énergivores. Et il y a urgence : le bâti est actuellement en cause dans un quart des émissions de CO² en France.


L’enveloppe globale accordée pour la rénovation des passoires thermiques sera dépensée entre 2020 et 2025.

Le financement des travaux dans les passoires thermiques


Les collectivités prendront très largement part au financement des différents projets, elles en assumeront même la moitié. L’autre partie sera "apportée dans le cadre de ce programme par des certificats d'économie d'énergie (CEE) à hauteur de 200 millions d'euros", comme explique dans un communiqué des ministères de la Transition écologique et de la Ville et du Logement.


Dans les faits les 200 millions annoncés représentent 40 térawatts/heure cumulés actualisés (Thwc) d'économies d'énergie sur le fonctionnement d’un immeuble. Une économie possible grâce aux travaux visant l’amélioration des performances énergétiques. Cette nouvelle aide de l’Etat "suivra une logique de rémunération à la performance", peut-on lire dans le communiqué des ministères.

Rénovation et accompagnement pour lutter contre les passoires thermiques

De l’argent et un subventionnement mais aussi un vrai rôle de conseil et d’accompagnement. Le service proposé par le gouvernement veut "soutenir le déploiement d'un service de conseil aux petits locaux tertiaires privés [comme les commerces ou les restaurants]" et accompagner les particuliers dans leurs démarches de rénovation.


Les autres dispositifs en place pour lutter contre les passoires thermiques


Il existe aujourd’hui un grand nombre de dispositifs et services dont peuvent bénéficier particuliers et professionnels pour améliorer le DPE (Diagnostic de Performance Energétique) de leur habitation, immeuble, local… Pour ne citer que les principaux :


• Les aides de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat)
• Le crédit d’impôt pour la transition énergétique
• L’éco Prêt à Taux Zéro
• La TVA réduite pour certains travaux
• Les CEE (Certificats d’économie d’énergie) qui impliquent les vendeurs d’énergie…


Ces aides sont accordées en fonction des travaux réalisés, de leur montant et, dans certains cas, des ressources et de la composition du ménage.


Une vaste campagne d’information sera également menée pour encourager professionnels et particuliers à bénéficier des aides mises à leur disposition. La rénovation énergétique est désormais "un enjeu central, parce que les bâtiments mal isolés concernent 4 millions de ménages modestes", explique Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique dans le Journal du Dimanche. "C'est aussi un enjeu climatique, car le secteur du bâtiment concentre 25% de nos émissions de CO2".


Avez-vous déjà bénéficié d’une aide à la rénovation énergétique ? Pour quels travaux ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers