Réduction puis suppression du crédit d’impôt : c’est le moment d’en profiter !

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Après la loi Pinel et le PTZ, c’est au tour du crédit d’impôt d’être recentré en 2018. Pour les six prochains mois, la participation à certains travaux sera réduite de moitié. En mars 2018, elle sera tout simplement supprimée. Les Français ne pourront donc plus en profiter pour remplacer leurs volets, leurs portes ou encore leurs fenêtres. Le mécanisme se recentre sur certains travaux. Explications sur cette restriction qui fait grincer des dents.

Quels travaux seront éligibles au crédit d’impôt en 2018 ?


Dès mars 2018, le CITE ou Crédit d’impôt transition énergétique, ne sera plus accordé pour la rénovation des portes d’entrée, des fenêtres et des volets. Les ménages pourront bénéficier du dispositif principalement, et presque exclusivement, pour l’isolation des combles.


Dans les faits, le CITE est accordé jusqu’en mars 2018 pour tous les travaux initiaux (portes, fenêtres et volets inclus), mais il est réduit de moitié pour ces derniers, passant de 30% du montant des travaux engagés à 15%. Dès le 28 mars 2018, les éléments précités seront tout simplement exclus du crédit d’impôt.

Pourquoi le gouvernement choisit de réduire le crédit d’impôt ?


La raison principale de ce recadrage est évidemment budgétaire. Le gouvernement met en avant un coût de fonctionnement du dispositif beaucoup trop élevé en comparaison des bénéfices énergétiques relevés.


Aujourd’hui, le coût du CITE est estimé à 1,7 milliard d’euros par année pour le gouvernement. En le recentrant, ce budget passera à 875 millions d’euros.


Si l’on comprend la logique budgétaire, le délai semble vraiment serré pour que particuliers et professionnels intègrent les nouvelles modalités du CITE. « Le calendrier est beaucoup trop resserré et ne laisse même pas aux artisans et entrepreneurs le délai nécessaire d’explication à leurs clients », explique Jacques Chanut, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB).

Des emplois supprimés avec la réduction du crédit d’impôt


Les professionnels et artisans du secteur sont évidemment contre cette mesure. Ils affirment que la suppression de milliers d’emploi découlera de cette dernière. Pour la seule « filière fenêtre », cette perte est estimée à 51 000 PME et artisans.


Pour Patrick Bouvet, président de l’UFME, « Cette décision est une catastrophe. Le taux de 30 % était sans doute trop fort, les fenêtres coûtaient peut-être cher au gouvernement (800 millions sur le 1,7 milliard d’euros de coût du CITE en 2016) mais mieux aurait valu une diminution progressive du taux du crédit d’impôt sur plusieurs années. Là, c’est trop brutal. »


Les entreprises du secteur du bâtiment dénoncent quant à elles des changements réalisés « sans réelle concertation » et affirment que cette mesure « risque de peser très lourdement sur l’activité en entretien-rénovation et de stopper la reprise », selon Patrick Liébus, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers