Les nouveaux métiers de l’immobilier : l’éco-gestionnaire

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Avec l’essor des éco-quartiers et l’importance de la transition écologique, de nouveaux métiers apparaissent sur la scène de l’immobilier. La ville de demain sera celle de la communauté et de la préservation de l’environnement. À sa tête, un éco-gestionnaire capable d’orchestrer à la perfection ces quartiers en pleine expansion. Explications.

L’éco-gestionnaire, un accompagnant à l’échelle locale


Maîtriser les usages, mutualiser les services, les éco-quartiers ont besoin d’un nouveau chef d’orchestre local. C’est ainsi que l’éco-gestionnaire devrait faire son apparition. Leur fonction ? Accompagner la transition écologique et suivre les mutations de la vie de quartier. C’est la conclusion apportée après réflexion par sept acteurs majeurs de l’immobilier et de la ville durable. La Ville de Paris les a mandatés pour plancher sur la nécessité et la définition du poste d’éco-gestionnaire.

Les missions de l’éco-gestionnaire


Nommé par les municipalités, par un opérateur immobilier ou par une association locale, l’éco-gestionnaire endosse ses missions à l’échelle d’un quartier. Sa raison d’être ? Réduire les consommations d’énergie dans les éco-quartiers. Il serait également en charge de diminuer l’empreinte carbone des constructions et de leur fonctionnement en lien direct avec la transition énergétique.


Dans un second temps, l’éco-gestionnaire ferait le lien avec les différents acteurs du quartier à savoir les syndics, les municipalités, les architectes, les juristes, les property managers, les prestataires…


Enfin, il induirait la possibilité d’intégrer les habitants au cœur des processus de décision et de les impliquer dans, sur et pour leur lieu de vie.


Ces missions ont été définies en accord avec le Plan Climat de la ville de Paris présenté ce lundi 20 novembre devant le Conseil.

Les moyens d’action de l’éco-gestionnaire


Au cours de la réflexion, des moyens d’action propres à l’éco-gestionnaire ont été pensés. Il s’agirait pour lui de coordonner les projets des acteurs locaux au sein de plusieurs copropriétés. Il pourrait ainsi utiliser le smart grids, l’autoconsommation collective, les bornes de recharges électriques… Des services novateurs et d’avenir qui feront très prochainement partie intégrante des éco-quartiers.


L’éco-gestionnaire aura également à sa disposition pléthore de solutions et d’armes juridiques, adaptés au contexte de l’écoquartier et de son projet.

Le métier d’éco-gestionnaire en phase de test


S’il est présenté comme une grande nouveauté, le métier d’éco-gestionnaire ne l’est pas tout à fait. En effet, trois éco-gestionnaires ont déjà été nommés dans le 19ème arrondissement parisien. Ils sont en charge de la gestion d’un secteur de 165 000 m². Au sein de celui-ci, 1 200 logements mais aussi un centre commercial, des bureaux, une crèche, une école, un incubateur de start-up… Leur rôle est actuellement d’observer ce qui pourrait être mis en place et mutualiser dans le quartier en fonction des besoins et des envies des usagers. Cela peut aller de la création d’un parking à vélos à la mise en place d’un potager partagé en passant par une meilleure gestion des espaces communs.


L’éco-gestionnaire sera-t-il le garant du lien, du développement et du bon fonctionnement dans les années à venir ? Affaire à suivre…

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers