APL : moins 5 euros par bénéficiaire au mois d’octobre

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Le nouveau gouvernement l’a décidé, les APL vont diminuer par « mesure d’économie budgétaire ». Après l’annonce faite par le ministère de la Cohésion des Territoires, on sait désormais que dès octobre prochain, l’aide au logement comptera 5 euros de moins par mois et par foyer bénéficiaire. La polémique gronde et les mécontents sont nombreux…

Pas de suppression complète des APL


Souvent évoquée, jamais appliquée, la suppression des aides au logement n’est pas d’actualité. Pour autant, les ménages français doivent s’attendre à voir leur aide diminuer de 5 euros par mois dès octobre 2017.


Aujourd’hui, 6,5 millions de foyers bénéficient des APL. Parmi ceux-ci, 800 000 étudiants. Et chaque année, les montants distribués coûtent 18 milliards d’euros à l’État. Avec 5 euros en moins par mois et par foyer, l’État pourrait économiser 32,5 millions d’euros mensuellement.


Pour rappel, les aides au logement sont divisées en trois catégories : l’APL (aide personnalisée au logement), l’ALF (allocation de logement familial) et l’ALS (allocation de logement social). Toutes ces aides sont directement versées aux usagers par la CAF (Caisse d’allocations familiales).

La mesure suscite l’indignation


Comme il fallait s’y attendre, cette annonce a fait bondir de nombreux acteurs de la scène politique, économique et surtout étudiante. Le syndicat étudiant la Fage notamment, a affirmé que cette mesure pourrait remettre en cause la poursuite des études. Il demande que soit ouverte « une vraie réforme des aides sociales étudiantes et de lancer sans délai le plan de 80 000 logements annoncé dans le programme du président de la République ».


Même son de cloche du côté du syndicat Promotion et Défense étudiante (PDE) qui se prononce pour un « retrait de cette proposition dangereuse pour la jeunesse ». D’après lui, 100 000 étudiants sont aujourd’hui obligés d’exercer un travail à temps partiel à côté de leurs études : « des coupes sur les aides au logement rendront les conditions de vie des étudiants encore plus difficiles, les conduisant à abandonner leur logement ou à être plus nombreux encore à mettre leurs études en danger avec l'exercice d'une activité rémunérée ».

Le gouvernement obligé de réduire les dépenses publiques


Pour se défendre contre les attaques qui fusent, le gouvernement se dit contraint de prendre les mesures nécessaires pour tenter de diminuer la dette publique. Il souhaite réduire de 3 points de poids les dépenses publiques à l’horizon 2022. Et pour cela, Gerald Darmanin, ministre des Comptes publics, a affirmé que des coupes étaient à prévoir dans le budget 2018. Ces dernières concerneront notamment les aides au logement, les dispositifs d’investissement et d’achat, la formation professionnelle et les aides sociales. Et pour s’en justifier, il prend l’exemple des pays voisins de la France. L’hexagone dépense actuellement bien plus que de nombreux pays européens sans proposer de services plus efficaces.


Dans cette situation, il semble qu’aucun consensus ne soit possible. Les intérêts de l’État et des bénéficiaires des aides au logement sont trop divergents pour pouvoir s’accorder.


Et vous, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous d’accord avec cette diminution des APL ? Vous semble-t-elle disproportionnée ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers