Nouvelle flambée pour les prix de l’immobilier en Chine

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Les prix de l’immobilier en Chine se sont une fois encore envolés en mai dernier. Encouragés par le crédit avantageux, les coûts des logements dopent artificiellement l’économie du pays. Mais l’artifice pourrait laisser place, à terme, à une vertigineuse dégringolade.

Prix de l’immobilier en Chine : du jamais vu depuis 2 ans


En 27 mois, les prix de l’immobilier en Chine ont progressé à vivre allure. Cette hausse et la plus importante répertoriée depuis deux ans. Plus encore, entre mai 2015 et mai 2016, ils ont augmenté de 10,34% en moyenne pour les logements neufs dans les 100 plus grandes villes de Chine. Le prix moyen au m² dans le neuf est aujourd’hui de 1 590€ soit 11 662 yuans selon les chiffres du cabinet China Index Academy.


Sur une année, les transactions immobilières ont elles aussi explosées. Elles affichent une hausse record de +37% sur un an selon les données du gouvernement.

Une tendance à la hausse amorcée fin 2015


Après avoir subi deux années de dépression, les prix de l’immobilier en Chine sont franchement repartis à la hausse depuis la fin 2015. Début 2016, ils se sont même envolés. À Shanghai par exemple, ils ont augmenté de +30%. Dans la métropole limitrophe de Hong Kong, Shenzhen, cette augmentation est de 63% sur un an. Pour les professionnels du secteur, ce rebond est le fruit de conditions d’emprunt très avantageuses et des coups de pouce aux acheteurs mis en place par Pékin.


En effet, depuis février 2016, la PBOC (Banque centrale chinoise) a réduit le niveau obligatoire d’apport nécessaire à l’obtention d’un crédit immobilier pour les primo-accédants. Il est établi à 20% du montant du bien contre 25% avant février.


Enfin, le gouvernement a autorisé des taxes moins élevées sur l’achat immobilier dans de nombreuses grandes villes chinoises.

Un moteur à double tranchant ?


Ces mécanismes immédiats ont sans conteste permis de relancer le marché immobilier chinois. Il faut dire que le gouvernement avait un intérêt majeur à le dynamiser : l’immobilier et la construction pèsent en Chine pour 15% du produit intérieur brut.


Mais les experts sont formels, ce boom sera de courte durée. Le marché pourrait bien dégringoler une nouvelle fois, après avoir atteint des sommets. Les inquiétudes quant à la formation d’une potentielle bulle immobilière sont exprimées au regard de la part croissante d’investissements spéculatifs.


Pour éloigner le pessimisme (et les risques) le gouvernement a d’ores et déjà restreint les possibilités d’achat pour les non-résidents.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers