Immobilier à Marseille : l'aide de l'État pour lutter contre les logements insalubres

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
Le 5 novembre 2018, un véritable drame se jouait à Marseille. Deux immeubles s’effondraient dans la rue d’Aubagne, faisant 8 morts et de nombreux blessés. Ces immeubles présageaient de la catastrophe depuis des mois, comme d'autres dans la cité phocéenne. L'État a donc décidé de mener une action conjointe avec la métropole et la ville de Marseille pour lutter contre les logements insalubres. 

Une aide rapide de l’État pour restaurer les logements insalubres de Marseille


Le plus urgent est aujourd'hui d’identifier tous les logements insalubres de la ville. C’est pourquoi Julien Denormandie, le ministre de la ville et du logement, a requis la présence des experts du centre scientifique et technique du bâtiment. Ceux-ci ont la charge de « cartographier les îlots à enjeu ».
 
Deux enveloppes ont été débloquées pour mener à bien ce plan de rénovation d’envergure. La première de 240 millions d’euros annoncée le 29 novembre 2018 dans un tweet « L'#Etat apporte des moyens importants : 240m€ de @ANAH_Officiel pour la #rénovation de l'habitat. Il faut que la ville et la métropole suivent ces chantiers avec rapidité et organisation. L'#Etat est là pour y veiller. »

Une seconde aide de 50 millions d'euros doit également être débloquée par l’agence nationale pour la rénovation urbaine. Au total, l’État, la métropole et la ville de Marseille ont un budget de 600 millions d’euros dédié à la rénovation de la cité phocéenne. 

Un contrôle accru de la mise en œuvre du plan de rénovation des logements insalubres


Et il y a déjà urgence à rénover les bâtiments marseillais, puisque ce ne sont pas moins de 2 000 personnes qui ont été évacuées suite au drame de la rue d’Aubagne. À fin Janvier, 1 500 étaient encore en attente d'une solution de relogement.

Le ministre a indiqué à toutes les parties prenantes du projet qu'il exigerait un comité de pilotage sous le contrôle du préfet, ainsi qu’un « suivi quotidien, drastique et méthodique ». Il veut donc s’assurer que la stratégie mise en place fonctionne vite et bien. Il a par ailleurs déclaré que « la confiance n'exclut pas le contrôle suivi, très fin et quotidien, dans la mise en place de la phase d'urgence et dans la phase de réhabilitation ». Tout le monde est ainsi prévenu ! 

L'insalubrité de l'immobilier à Marseille n'est pas un cas isolé


La ville de Marseille n’est pas unique ; en France de nombreux logements pourraient être déclarés insalubres. 14 sites prioritaires ont été identifiés et doivent rapidement être transformés. Au total, ce sont 450 000 logements qui sont déclarés indignes selon un rapport du ministère dont 40 000 pour la ville de Marseille. Quelques jours après Marseille, c’est à Charleville-Mézières qu’un immeuble s’est effondré. L’urgence est donc bien présente à Marseille mais également ailleurs dans l'hexagone.

Avez-vous dans votre ville des logements insalubres ? Vivez-vous dans ce type d’habitation ? Dites-nous en commentaire si des actions rectificatives ont d'ores et déjà commencé.
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers