Smart City : 150 millions d'Euros, quand l'État investit dans l'avenir de la ville intelligente

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Quand l’État s’implique dans la métamorphose des collectivités, quand l’État s’implique dans la Smart City, dans la ville intelligente de demain, cela donne une enveloppe de 150 millions d’euros de subventions et de 300 millions d’euros d’investissements, destinée à mettre en œuvre une vingtaine de projets porteurs et novateurs. La Smart City est en route et l’État en est l’acteur. Explications.

Le PIA au service de la Smart City


Le PIA ou Programme investissements d’avenir fait partie intégrante du cahier des charges de l’appel à projets Territoires innovations proposé fin novembre 2018 par le Secrétariat général pour l’investissement. De grands mots pour dire une chose simple : l’État souhaite s’investir dans la transformation des villes, il veut donner les moyens aux collectivités de mener leur projet pour aboutir à des villes intelligentes, des Smart Cities adaptées aux enjeux urbains de demain.


Dans les faits, cela se traduit par 150 millions d’euros de subventions et 300 millions d’euros d’investissements, soit un total de 450 millions d’euros destinés à porter une vingtaine de projets urbains à travers l’hexagone. Après sélections, 20 candidats seront retenus pour être aidés dans leur démarche. Un rapide calcul permet ainsi de déterminer que chaque projet pourra bénéficier de 22 millions d’euros en moyenne pour sa réalisation. Un montant qui pourra varier en fonction de l’ampleur de ce dernier.

Quels projets pourront bénéficier d’une aide de l’État pour cheminer vers la ville intelligente ?


Certains secteurs sont plus susceptibles de recevoir ces millions d’euros de l’État. Il s’agit de ceux de l’énergie, de la santé, de la transition numérique et de l’agroécologie. Là encore, la visée de ces subventions et investissements est facile à comprendre.  "L'idée est de susciter des projets innovants de transformation en propulsant des exemples représentatifs, qui pourront ensuite entraîner d'autres territoires." explique le responsable des programmes d’investissements innovants et territoriaux de la caisse des Dépôts, Cédric Verpeaux. "Nous sommes dans une nouvelle logique". La Caisse des Dépôts sera en charge de distribuer les 450 millions d’euros subventionnés et attribués par l’État.


Vous n’aurez pas manqué de remarquer que l’État accorde 150 millions d’euros de classiques subventions mais également 300 millions d’euros d’investissements. Cela signifie que les collectivités auront obligation de trouver des partenaires pour mener à bien leur projet.


Ainsi, l’État pourra décider d’investir dans un projet territorial pour un montant de 500 000 euros et sous différentes formes. Il deviendra par exemple actionnaire du projet ou participera à une levée de fonds montée spécifiquement pour réaliser le projet de la collectivité. Enfin, il sera possible de créer des fonds régionaux pour investir dans une multitude de projets.

Quels critères pour profiter des deniers de l’État amenant jusqu’à la Smart City ?


Pour bénéficier des subventions et investissements, les collectivités devront impérativement respecter plusieurs critères, dont celui de créer un consortium. C’est-à-dire ? Un groupe avec d’autres entités qui peuvent aller de la collectivité à l’université en passant par l’entreprise. "Si ces dossiers sont portés par des territoires déjà bien avancés dans leur transformation, il faut qu'ils s'allient avec des territoires plus en retard", mentionne Cédric Verpeaux.


Autre critère important, la consultation des différents acteurs. Pour cheminer vers la Smart City, une vaste concertation doit avoir lieu. Si les acteurs économiques sont consultés, ce n’est pas au détriment des citoyens. Chacun doit faire entendre sa voix dans la ville intelligente. Les usagers doivent donc être intégrés au processus de concertation, d’élaboration et d’expérimentation pour que le projet soit validé et éligible aux investissements et subventions de l’État.

Mode d’emploi pour développer la Smart City avec l’aide de l’État


Les collectivités qui souhaiteraient soumettre leur projet ont jusqu’au 26 avril 2019 pour le faire. Pour cela, elles doivent déposer leur dossier à la Caisse des Dépôts. La vingtaine de lauréats sera désignée au mois de juillet 2019. Le montant des subventions et investissements sera ensuite annoncé à chacun. Au global, une cinquantaine de candidats sont attendus.


Ce coup de pouce de l’État est une fabuleuse opportunité pour les entreprises qui œuvrent à la mise en place, au développement de la Smart City. En effet, les collectivités seront amenées à tisser des partenariats avec les entreprises privées, actrices elles aussi de la révolution de la ville intelligente.


Vous souhaitez en savoir plus sur la Smart City ? Découvrez notre article La Smart City ? Introduction à la ville intelligente

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers