Encadrement des loyers à Lille : 1 propriétaire sur 4 hors la loi

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Voilà un peu plus de trois mois que l’encadrement des loyers à Lille est entré en vigueur. L’occasion d’un premier bilan pour le JDN, mené par MeilleursAgents. Et selon cette étude, 25% des annonces de locations ne respectent pas les obligations du dispositif. Explications.

25% des annonces illégales


L’encadrement des loyers à Lille, comme à Paris depuis plusieurs mois, impose aux propriétaires bailleurs de respecter des plafonds de loyers lorsqu’ils mettent leur bien en location. Mais dans la capitale des Flandres, 25% des annonces publiées appellent un loyer encore trop élevé en comparaison des obligations fixées par le dispositif. Les loyers hors la loi sont donc 20% supérieurs à celui de référence déterminé par arrêté préfectoral. En somme, rien n’a changé depuis la mise en place de l’encadrement…


Ce premier bilan démontre donc que les propriétaires lillois ne jouent pas le jeu, contrairement à Paris où, entre août 2015 et octobre 2015, les bailleurs dans l’illégalité étaient passés de 46 à 30%. Et pourtant, la capitale des Flandres ne désespère pas. La municipalité a pour objectif de faire diminuer les loyers dans 15% au moins des biens du parc locatif privé.

Qui sont les propriétaires les plus récalcitrants à l’encadrement des loyers ?


Sans vraie surprise, les bailleurs le plus difficiles à convaincre sont ceux qui possèdent des petites surfaces. Ils sont 31%, un studio sur trois, à afficher un loyer trop élevé. Ce pourcentage est de 19% pour les T2 et T3. Quant aux T4, les données sont insuffisantes pour établir des données chiffrées révélatrices.


Contrairement à Paris, il est également très difficile de savoir avec certitude où se trouvent les propriétaires hors la loi. Dans la capitale, la CLCV avait révélé une forte concentration de loyers trop élevés dans les 2ème, 3ème, 4ème, 6ème et 16ème arrondissements fin 2015.

Des baisses avant l’encadrement des loyers, mais pas après


La part de « loyers abusifs » avait diminué de 27% en mars 2017 à 25% en avril 2017. Une baisse à 21% avait même été observée en février 2017. L’annonce de l’encadrement des loyers à Lille avait en effet effrayé les bailleurs. Une frayeur bien vite dissipée ! Lille est aujourd’hui l’une des villes de France où se loger coûte le plus cher avec ses 13,9 euros le m² en moyenne. Devant elle, on retrouve Paris et Nice.

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers