C’est parti pour l’encadrement des loyers à Lille

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

En ce début février, Lille est devenue la seconde ville à appliquer l’encadrement des loyers. Et l’agglomération a de grandes ambitions pour le dispositif. Elle espère, en peu de temps, réduire le loyer de 15% des logements du parc locatif privé. Utopie ou réalité ?

L’encadrement des loyers à Lille : une solution contre des prix trop élevés


L’observatoire Clameur donne Lille en 4ème place des villes de plus de 146 000 habitants les plus chères de l’hexagone pour ses loyers. Le prix moyen affiché aujourd’hui est de 13,4 euros le m². Elle arrive donc derrière Paris, Nice et Montpellier.


Une situation qui ne peut pas durer selon la mairie de Lille. C’est pourquoi, l’encadrement des loyers intervient comme une solution pour faire baisser les loyers pour 15% des logements loués dans le parc privé. Mais les résultats seront-ils à la hauteur des espérances de la capitale des Hauts-de-France ?

De nombreux abus recensés à Paris


Il se pourrait que non… Pour Paris par exemple, les derniers chiffres de l’Olap, Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne, font état d’un quart de nouveaux loyers excédant les plafonds autorisés. Un pourcentage identique, ou presque, à celui observé avant l’application de la mesure. Les objectifs de la mairie de Paris sont donc loin d’être atteints et pire même, le nombre de biens en location a diminué ces derniers mois, les investisseurs étant effrayés par l’encadrement des loyers (ou lésés !).


Mais où sont donc passés les logements qui ont disparu du parc locatif parisien ? Au total, la Fnaim affirme avoir perdu 15% de ses mandats de gestion. Pour moitié, les biens ont été vendus et pour l’autre, les logements sont désormais destinés à la location de courte durée entre particuliers.

Peu de litiges à Paris


Chose étonnante, très peu de litiges sont finalement observés à Paris entre propriétaires et locataires. Le site Capital fait état de seulement 90 saisines auprès de la Commission de conciliation de litiges locatifs, dont un peu moins de la moitié concernant le supplément de loyer possiblement appliqué par les propriétaires louant un bien à « caractère exceptionnel ». Il semble donc, pour Paris dans ce cas, que les locataires soient satisfaits de leur situation locative ou qu’ils aient encore une méconnaissance de leurs droits…

 

Source image : lerevenu.com

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers