Qui sont les primo-accédants en 2016 ?

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Les banques leur font les yeux doux, le gouvernement ne cesse d’améliorer les aides dédiées, les primo-accédants cristallisent toutes les attentions. Il faut dire que ces particuliers qui achètent leur résidence pour la première fois, représentent un nombre croissant de clients pour les acteurs de l’immobilier. Voyons ensemble qui sont les primo-accédants en 2016.

La baisse des taux de crédit immobilier moteur pour les primo-accédants

 

Depuis 2014, le calendrier immobilier est marqué par la baisse des taux d’intérêt. Une baisse qui n’a fait que s’accentuer jusqu’à aujourd’hui, avec quelques petites remontées observées de temps à autres, mais jamais pour longtemps. 2016 est ainsi devenue l’année de tous les possibles, celle où les taux ont chuté et ont permis à de nombreux primo-accédants de considérablement augmenter leur pouvoir d’achat.

C’est ainsi qu’entre début 2014 et octobre 2016, la part de primo-accédant dans les transactions portant sur une résidence principale a grimpé de 65%.

Les ménages modestes éligibles à la propriété

 

Nous le disions, avec la baisse des taux, certains ménages, même modestes, ont ainsi pu devenir propriétaires. Nous avons assisté à une « resolvabilisation » des foyers français grâce aux avantageuses conditions de crédit. En 2016, le revenu moyen d’un ménage primo-accédant est de 4 218 euros mensuels, soit une baisse observée de 4% depuis 2014.

Inversement, les primo-accédants empruntent davantage depuis 2014 (+3%) avec une moyenne de 169 476 euros.

Les primo-accédants et l’apport personnel

 

Alors que disposer d’un apport personnel était, il y a quelques années, une condition essentielle pour obtenir un crédit immobilier, la donne a bien changé. Le montant de l’apport pour un primo-accédant a diminué de 15% entre 2014 et 2016. Il est aujourd’hui de 53 828 euros en moyenne.

Pourquoi ? Pour deux raisons majeures : la première est que le nombre de primo-accédants souscrivant un crédit sans apport a augmenté ces dernières années. La seconde est que le PTZ (Prêt à Taux Zéro) a rendu l’apport nécessaire moindre en augmentant l’enveloppe de financement.

Le PTZ, un vrai coup de pouce pour les primo-accédants

 

Les prêts aidés sont une condition essentielle pour l’accession à la propriété d’une majorité de primo-accédants. Ils permettent de multiplier l’enveloppe de financement de nombreux particuliers. Et parmi ces aides, le PTZ (Prêt à Taux Zéro) est le plus sollicité. On constate une forte évolution du nombre de primo-accédants bénéficiaires du PTZ entre 2014 (15,11% des moins de 30 ans) et 2016 (29,61% des moins de 30 ans). Il faut dire que les conditions et modalités du PTZ ont été modifiées à la faveur des acquéreurs au 1er janvier 2016, augmentant la part de ménages éligibles.

Comment les primo-accédants financent leur bien en 2016 ?

 

Pour schématiser le financement du primo-accédant en 2016, il faut savoir que son apport représente 18% du coût de l’opération, son emprunt 74% et son (ses) prêt(s) aidé(s) 7%.

 

Vous avez profité d’aides pour devenir propriétaire ? Vous avez acheté votre résidence principale pour la première fois en 2016 ? Racontez-nous !

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers