Encadrement des loyers à Paris : 1 location de particulier à particulier sur 2 illégale

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Depuis plus d’un an qu’il est appliqué, l’encadrement des loyers à Paris ne cesse de susciter critiques et mécontentements. Et les faits semblent donner raison à ses détracteurs : une location de particulier à particulier sur deux affiche un loyer trop élevé.

Encadrement des loyers : la récente étude de la CLCV


Les propriétaires qui ne font pas appel à un professionnel de l’immobilier pour louer leur bien sont nombreux à être dans l’illégalité selon les derniers chiffres de l’association de consommateurs CLCV (Consommation, Logement et Cadre de vie). Un sur deux loue son logement trop cher au regard des barèmes imposés par l’encadrement des loyers à Paris. Ce constat touche encore davantage les petits logements et les biens meublés.


A contrario, les trois quarts des propriétaires qui ont opté pour une agence immobilière louent au loyer maximum autorisé, sans franchir la barrière.

Les données de l’étude


L’association de consommateurs a passé au crible plus de 800 petites annonces répertoriées sur huit grands sites internet. Elle a pris en compte à parts égales les locations nues et les meublées, les logements mis en location de particulier à particulier et celles qui ne passent pas par une agence immobilière.


Il en ressort que 4 loyers sur 10 sont trop élevés et ne respectent pas les plafonds de l’encadrement des loyers à Paris. 38% des loyers sont illégaux en 2016 contre 47% en 2015. Pour la CLCV, il s’agit d’un « préjudice financier important » pour le locataire.

Quels sont les logements les plus touchés par les abus ?


Nous l’avons rapidement évoqué, les petites surfaces sont les plus touchées par les abus des propriétaires. 46% des studios proposés à la location affichent un loyer trop élevé. Pour les T4 par contre, ce pourcentage passe à seulement 12%. Les chambres de bonnes, studios et T1 étant majoritairement loués à des étudiants et jeunes gens, ils font les frais de ces pratiques illégales et non respectueuses de l’encadrement des loyers à Paris.


Un loyer abusif est également souvent demandé pour les logements meublés. 46% de ces derniers sont dans l’illégalité contre 72% des logements loués vides. Le loyer fixé est en moyenne supérieure de 129 euros par mois.

Une tendance globale légèrement positive


Il reste à noter que la tendance est encourageante, bien qu’insuffisante. En 2015, seuls 70% des annonces relevées dans les agences immobilières étaient conformes à l’encadrement des loyers contre 47% (38% actuellement) pour les annonces de particulier à particulier.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers