Copropriété : comment créer un syndic bénévole de A à Z

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
Votre copropriété souhaite s'affranchir des frais inhérents à la gestion du classique syndic ? Avec une forte dose de motivation et de connaissances, il est possible de créer un syndic bénévole. Un mode de gestion avec de nombreux avantages mais aussi des inconvénients à connaître absolument avant de se voter.

Le syndic bénévole, qu'est-ce que c'est ?


Pour faire très simple, le syndic bénévole est un groupement, une association de plusieurs copropriétaires qui vont assumer la gestion de la copropriété sans contrepartie financière ou presque. Le syndic bénévole s'assure du bon fonctionnement de la copropriété et orchestre les travaux d'entretien, de rénovation, le maintien en bon état de l'entité, la gestion administrative et financière… C'est donc un rôle très important qu'il ne faut pas prendre à la légère.

Comment mettre en place un syndic bénévole ?


Les conditions d'élection d'un syndic bénévole ne diffèrent pas de celles observer pour un classique syndic professionnel : deux à trois mois avant l'assemblée générale, il convient de faire noter à l'ordre du jour cette demande d'élection. L'ANCC (Association nationale de la copropriété et des copropriétaires) suggère l'intitulé suivant : "Renouvellement du mandat du syndic ou élection d'un syndicat de copropriétaire bénévole ?".

Cette demande très explicite est à faire parvenir à l'actuel syndic par lettre recommandée avec accusé de réception.

Lors de la tenue de l'assemblée générale, un secrétaire est désigné parmi les copropriétaires pour prendre note de tous les éléments.

Le syndic bénévole est élu au terme de l'assemblée générale s'il a récolté la majorité absolue. L'ANCC est formelle "à l'issue de l'élection la feuille de présence émargée doit être annexée au procès-verbal de l'assemblée avec les pouvoirs des copropriétaires représentés."

Le syndicat doit enfin être immatriculé auprès du registre national des copropriétaires.

Qui peut faire partie du syndic bénévole ?


A priori tout le monde. La condition ? Être copropriétaire et propriétaire d'au moins un lot dans l'entité. Cette formalité respectée, les membres n'ont à justifier d'aucune formation, d'aucune carte professionnelle ou autre. Le syndic bénévole n'a pas non plus l'obligation de souscrire une responsabilité civile. Il semble donc que le principal prérequis est d'avoir du temps et une grande motivation.

Cependant, les membres du syndic ont tout intérêt à posséder quelques connaissances car ils vont devoir assurer les mêmes taches qu'un syndic classique. Une envie de s'informer sur la législation en place est également un bon point.

Bon à savoir : sans caractère obligatoire, le syndic bénévole peut obtenir une formation auprès de la Chambre nationale des copropriétaires ou de l'association des responsables de copropriété.
Les avantages et les inconvénients du syndic bénévole

Le syndic bénévole a des avantages et des inconvénients à connaître avant de se lancer.

Les avantages du syndic bénévole :

• Il est moins cher qu'un syndic professionnel. Si une rémunération peut être accordée, elle est à fixer en assemblée générale. Les copropriétaires sont toutefois tenus de rembourser les frais de courrier, de téléphone ou encore d'assurance à leur syndic bénévole.
• Il est plus proche des copropriétaires, ses membres évoluant dans la même copropriété.
• Dans la même idée, il est moins détaché du lieu de vie et des préoccupations inhérentes qu'un syndic classique.

Les inconvénients du syndic bénévole :

• Il a moins de connaissances qu'un syndic professionnel.
• Il n'a pas l'obligation de souscrire d'assurance civile professionnelle et de protection juridique.
• Il est difficilement adaptable pour les grosses copropriétés plus difficiles à gérer.

Vous avez opté pour un syndic bénévole ? Pour quelles raisons ?
 
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers