Chèque énergie : surveillez votre boîte aux lettres

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Avez-vous reçu votre chèque énergie ? Depuis lundi, les chèques énergie arrivent dans les boîtes aux lettres des Français. Réservés aux ménages modestes, ils donnent un sérieux coup de pouce pour payer les factures énergétiques, une aide chiffrée à 150€ en moyenne et qui peut atteindre 277€. Zoom sur ce précieux et attendu tremplin, sur ses modalités et sur son montant.

Qu’est-ce que les chèques énergie ?

Un rappel s’impose avant de nous attarder sur la version 2021 des chèques énergie. Cette aide de l’Etat a été mise en place en 2018 sous le forme de tarifs sociaux de l’énergie. Dans sa version plus avantageuse et corrigée chaque année, jusqu’à atteindre celle dont nous profitons en 2021, ce coup de pouce a pour objectif de favoriser la rénovation énergétique des logements occupés par des ménages modestes amenant logiquement vers des économies d’énergie.


L’idée est également d’aider simplement mais efficacement ces mêmes ménages à payer leurs factures énergétiques.

Pouvez-vous bénéficier du chèque énergie 2021 ?

Depuis lundi 29 mars, le ministère de la Transition écologique a commencé l’envoi annuel des chèques énergie. Destinés aux ménages modestes, il s’agit d’une aide de l’Etat comprise entre 48 et 277€ servant à payer les factures d’eau, d’électricité, de gaz, de chauffage mais aussi une partie des travaux énergétiques en prévision ou entrepris.


Le montant du chèque énergie personnalisé est calculé en fonction des revenus fiscaux du foyer mais aussi de sa composition. Le ministère a d’ores et déjà mis en place un simulateur pour calculer le montant que vous pouvez espérer. Un outil qui vous permet également de vérifier votre éligibilité en quelques clics sur le site du gouvernement.


Bon à savoir : le chèque énergie est directement envoyé aux ménages concernés à condition que la déclaration de revenus ait été effectuée dans les délais imposés par l’administration fiscale et que le logement occupé soit soumis à la taxe d’habitation.


Les chèques énergie 2021 concernent plus de 5,8 millions de ménages modestes, soit un peu plus que les 5,5 millions de bénéficiaires 2020. Selon la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, « Avec l'élargissement cette année des bénéficiaires aux résidents d'Ehpad (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, ndlr), ce sont au total 5,8 millions de Français qui vont recevoir un soutien de l'État. Le chèque énergie, c'est une aide publique efficace et solidaire, qui s'inscrit dans notre volonté de mettre fin à la précarité énergétique en France. C'est un dispositif d'accompagnement indispensable, qui complète les mesures que nous portons pour rénover les bâtiments, rendre les logements plus confortables et baisser les factures d'énergie de tous les Français. »

Quand allez-vous recevoir votre chèque énergie ?

Si vous respectez les conditions établies, votre chèque énergie vous sera envoyé entre le 29 mars et le 30 avril 2021. Un mois de battement donc pour couvrir tous les départements. A partir de la date d’envoi, comptez entre deux et quatre jours pour le recevoir. Les premiers bénéficiaires contactés ont été ceux du Pas-de-Calais, de la Gironde et des Vosges. Si vous résidez dans les Alpes-Maritimes, le Vaucluse et le Tarn-et-Garonne, un peu de patience, l’envoi dans ces zones est prévu au terme de la période, fin avril donc.

Quels changements en 2021 pour votre chèque énergie ?

Si vous avez déjà reçu ce coup de pouce de l’Etat les années précédentes, vous serez peut-être étonné(e) d’observer quelques changements. Ces évolutions sont appliquées depuis le 1er janvier 2021, suite à un décret publié le 31 décembre 2020 pensé pour « prendre en compte le retour d'expérience et améliorer le dispositif », indique le Gouvernement dans la notice du décret.


Ainsi, depuis le début d’année, le revenu fiscal de référence pris en compte pour définir l’éligibilité des ménages au dispositif mais aussi pour calculer le montant accordé a été fixé par les ministres chargés de l’économie, du budget et de l’énergie. Ce revenu de référence est donné à 10 800€ pour définir le montant du chèque énergie 2021.


Autre changement, si vous sous-louez un logement qui fait l’objet d’une taxe d’habitation et qui est géré par un organisme en charge d’intermédiation locative, vous pouvez prétendre aux chèques énergie 2021.


Enfin, les personnes vivant dans un Ehpad, dans un EHPA (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées) ou encore dans une résidence autonomie ou une unité de soins de longue durée ont également droit aux chèques énergie en 2021.

La précarité énergétique, un fléau difficile à enrayer

Selon l’ONPE (Observatoire national de la précarité énergétique), 3,5 millions de ménages étaient définis comme étant en situation de précarité énergétique en 2019 (chiffres publiés le 14 janvier 2021).


Si les chiffres de 2020 n’ont pas encore été publiés, il y a fort à parier que les données seront une nouvelle fois insuffisantes. Ces 3,5 millions de foyers précaires représentent 11,9% des Français qui ont été ou sont encore dans cette difficile situation, à savoir dédier plus de 8% des revenus gagnés aux factures énergétiques. « Cet indicateur est en léger recul mais ne préjuge pas de la situation des plus pauvres », explique l’ONPE.


L’Observatoire met en lumière cette précarité énergétique, tentant d’apporter des solutions pour l’enrayer. Il est épaulé par de nombreux partenaires, à commencer l’Ademe (Agence de la transition écologique), par l’Anah (Agence nationale de l’habitat), par le Cler (Réseau pour la transition énergétique) mais aussi par EDF, par Total et par l’indispensable Fondation Abbé Pierre.


Pour les mois à venir, l’ONPE argue que les prochains chiffres pour 2020 et 2021 seront encore moins encourageants. S’il y a eu une amélioration entre 2018 et 2019 (12,1% des ménages français énergétiquement précaires contre 11,9%), les années 2020 et 2021 pourraient mettre davantage de ménages en situation de précarité énergétique, crise sanitaire et confinements obligent.


Mais comment est évaluée la précarité énergétique ? Grâce à deux indicateurs : le premier est économique et repose sur l’effort énergétique et le second repose sur le ressenti du froid. Constat flagrant, l'ONPE informe que « 14 % des Français déclarent avoir souffert du froid au cours de l'hiver 2019, pendant au moins 24 heures »L’isolation thermique défaillante est actuellement la cause principale de ce ressenti avec quatre ménages sur dix concernés par un logement mal isolé.


La réduction de la précarité énergétique passe nécessairement par une rénovation d’envergure du parc immobilier, par une lutte déjà en œuvre contre les passoires thermiques. Les résultats à court terme des actions en cours sont attendus rapidement et de manière très significative ces prochaines années.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers