Fortes chaleurs : on oublie le climatiseur

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Quand les fortes chaleurs sont installées, les débats sur le climatiseur font parler. Equipement énergivore, il ne met pas tout le monde d’accord. En cause, le pollution engendrée par son utilisation et les possibles bactéries qui y font leur nid. Vous êtes de cet avis ? Le climatiseur jamais de la vie ? On vous propose quelques options qui devraient vous plaire pour vous en passer et mieux appréhender la canicule.

Le climatiseur remplacé par un architecture environnementale


Avez-vous déjà entendu parler de l’architecture bioclimatique ? Il s’agit d’une technique de construction plébiscitée depuis de nombreux années qui consiste à utiliser l’environnement sans le malmener. Comment cela se traduit ? Par une étude environnementale du lieu de vie pour en tirer tous les avantages mais aussi par un choix de matériaux et d’orientation étudié. Les végétaux ont également leur rôle à jouer. Très souvent intégrés sur les façades ou sur le toit, ils permettent de limiter les fortes chaleurs en intérieur, en bloquant les rayons du soleil. Il n’existe aucune règle figée dans le cas d’une construction bioclimatique, mais seulement une trame consistant à composer et à exploiter les caractéristiques géographiques du lieu d’implantation.

La méthode du « free cooling » pour lutter contre les fortes chaleurs


Littéralement traduit par « rafraîchissement gratuit », le « free cooling » consiste à gérer la température intérieur d’un logement en exploitant la différence entre l’air intérieur et l’air extérieur. Cette méthode est le plus souvent utilisée dans les data center pour refroidir les machines qui tournent à plein régime. Appliquée à l’immobilier, cette méthode aide à refroidir les maisons et à évacuer la chaleur emmagasinée pendant les chaudes journées.

La végétation pour éviter le climatiseur


La végétation et plus particulièrement les toitures végétales sont de précieux alliés lorsqu’il s’agit de lutter contre les fortes chaleurs. Sur un toit ou en mur végétal, elle permet d’isoler le bâtiment, d’éloigner les rayons du soleil et de préserver l’intérieur des températures extrêmes. Convaincus de leurs bénéfiques effets, les constructeurs intègrent de plus en plus le toit végétal à leur conception. Il permet réellement d’éviter l’installation d’un climatiseur tout en favorisant la biodiversité. Un bon moyen en ville de diminuer les îlots de chaleur. A Paris par exemple, 100 hectares de bâti seront végétalisés à l’horizon 2020.

La géothermie pour remplacer le climatiseur


Vous avez peut-être déjà entendu parler du puits canadien, une technique utilisant la température du sol pour tour à tour refroidir ou réchauffer le bâti. Le procédé est donc celui de la géothermie. La température du sol variable entre 10 et 15°C est ainsi exploitée via des tuyaux profondément enterrés.

L’eau pour se passer de climatiseur lors des fortes chaleurs


Dernier procédé un peu moins répandu, la thalassothermie. Le principe ? Utiliser l’eau pour rafraîchir le bâti. Pour faire très simple, des tuyaux très puissants viennent pomper l’eau de la mer dans ses fraîches profondeurs pour l’amener dans le circuit d’eau douce. Une technique qui permet de faire baisser la température intérieure de quelques agréables degrés. Pour observer un bel exemple de mise en œuvre de ce procédé, rendez-vous dans quelques mois dans la tour « La Marseillaise » réalisé par Jean Nouvel.


Convaincu(e) ? Par quelle technique allez-vous remplacer votre climatiseur ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers