La Suisse transforme le CO2 en fertilisant

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Voici un étonnant procédé : le CO2 capté puis transformé en fertilisant. C’est le pari réussi par un ventilateur suisse créé de toutes pièces par la société Climeworks. Une véritable avancée dans la nécessaire élimination du dioxyde de carbone.

Le CO2 capturé puis réutilisé


La lutte contre le réchauffement climatique est un combat quotidien pour les scientifiques. Malheureusement, les solutions miracles n’existent pas et il faudra encore du temps pour inverser la tendance. Mais en attendant, certaines initiatives voient le jour et vont dans le bon sens. C’est le cas de celle de cette entreprise suisse, Climeworks. Implantée dans la ville de Hinwill, ses chercheurs ont réussi la prouesse de mettre au point une usine permettant de capter puis de transformer le CO2.


Alors que la commune, comme de nombreuses autres, compte sur son territoire un incinérateur, une installation a été ajoutée sur son toit. Avec ses 12 mètres de haut, elle regroupe 18 énormes ventilateurs. Le principe : capturer et aspirer l’air qui traverse ensuite les turbines. Et c’est ainsi que le CO2 est pris au piège dans les filtres.

Que faire du CO2 ?


Le CO2 est ensuite rendu solide grâce au réchauffement des particules à 100°C. Sous sa forme solide, le dioxyde de carbone peut ainsi être utilisé. Pour partie, il est stocké sous terre. Le reste est vendu à des industriels mais aussi, plus novateur encore, aux exploitations agricoles environnantes. Le CO2 solide est en effet un très bon fertilisant. L’entreprise Climeworks, par le biais de son fondateur, Jan Wurzbacher, affirme même que le dioxyde de carbone ainsi conditionnée « permet d’augmenter la croissance des laitues et autres légumes de 20% » dans un récent communiqué.

Les objectifs de Climeworks


La société envisage de capturer 900 tonnes de CO2 chaque année grâce à cette seule installation. Pour vous donner une idée, ce volume est identique à celui produit par 200 véhicules. Mais l’entreprise voit beaucoup plus grand. En 2025, elle affirme vouloir capter 1% du CO2 émis sur le globe. Évidemment, la seule usine d’Hinwill ne sera pas suffisante ! Pour atteindre cet objectif, 750 000 installations seront nécessaires dans le monde entier. Lorsque l’on sait que chaque usine coûte aujourd’hui 2 millions d’euros pour sa seule mise en place, on se rend rapidement compte que le projet est très coûteux…

 

Source image : ubergizmo.com

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers