Achat immobilier : attention aux charges de copropriété

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Le budget est sans aucun doute le nerf de la guerre lors de d'un achat immobilier. Qu'il soit destiné à devenir l'habitation principale du foyer ou à accueillir un locataire, il est toujours important de calculer avec précision le montant des charges de copropriété, partie intégrante du budget mensuel futur à prévisionner. En effet, si votre prêt immobilier engage l’intégralité de votre budget, vous pourriez avoir des difficultés à les absorber. D’autant que la tendance est à la hausse, dans l’ancien surtout. Explications. 

Tendance haussière pour les charges de copropriété


D’après une étude menée par l’ARC (Association des Responsables de Copropriété), les charges de copropriété communes ont augmenté de 39,2% en 10 ans, soit 29,2% de point d’indice de plus que l’inflation.


Au-delà des « simples » charges courantes, les copropriétaires doivent également prendre en considération les charges exceptionnelles, bien souvent liées aux travaux de rénovation et d’entretien à effectuer. Ces charges sont estimées à 35% des charges habituelles.


Ces dernières provoquent un effet indésirable sur les copropriétés : de plus en plus de propriétaires refusent de voter les travaux de rénovation faute de trésorerie, même si ceux-ci apparaissent indispensables.  Autre effet négatif de ces charges sur le bien commun, des copropriétaires se mettent en situation de débit provoquant de nombreux impayés pour la copropriété.
D’après l’ARC toujours, en quatre ans seulement, les finances des copropriétés ont chuté de 17%. 

Des charges de copropriétés inégales en fonction des villes


Lorsque l’on calcule le cout réel d’un logement, on note de fortes différences selon les villes. Ce coût réel doit prendre en compte, au-delà du montant du crédit initial et des frais liés à l'achat, les charges courantes, exceptionnelles et même les frais de notaire. En effectuant ce travail de calcul, il est possible de mesurer l’évolution de l’impact des charges non comprises dans le prix initial du bien.


Selon l’ARC, la palme des charges de copropriété les plus élevées revient à une ville ayant pourtant un coût de l’immobilier parmi les plus faibles de l'hexagone. En effet, Saint Etienne a vu le coût réel de ses logements augmenter de 56,35% en 10 ans.


Le Havre et Dijon complètent le podium avec respectivement des hausses de 34,68% et 31,77%. Les villes où les prix des logements au m2 sont les plus élevés n’ont pourtant pas significativement augmenté puisque le coût réel pour un bien à Paris a « seulement » augmenté de 14,08%, 19,25% pour Lyon et 23,37% pour Marseille.


Attention cependant à bien distinguer la hausse et la valeur absolue, car Paris reste bien évidemment la ville où les charges sont les plus élevées avec en moyenne 40€ par m2. 
Bon à savoir : avec l'émergence des bâtiments neufs et des normes et réglementations qui leur sont associées, les charges de copropriété sont de plus en plus faibles pour ce type de construction. Si le prix de départ est plus élevé, l'amortissement est réalisé en quelques années.


Avez-vous constaté une hausse des charges de copropriété pour votre logement ces dernières années ? Consultez notre article Charges de copropriété : 12% des revenus des Français pour découvrir quelques conseils pour les faire baisser !

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers