Assurer la rentabilité de sa location meublée

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Si vous avez investi dans une location meublée, il ne vous reste que quelques jours pour faire le choix de la rentabilité. En effet, il va falloir déterminer lequel du régime réel simplifié ou du micro-BIC est le plus rentable. En fonction de votre situation, l’un ou l’autre sera plus intéressant. Explications.

Pourquoi s’interroger sur le régime fiscal de sa location meublée ?


Faire le choix du régime réel simplifié ou du micro-BIC est aujourd’hui très important. Il va tout simplement déterminer l’économie d’impôt sur le revenu réalisée suite à la perception des loyers d’une location meublée.


Dans les faits, si les montants perçus sont en dessous de 33 100 euros (seuil pour 2017) annuels, le particulier est automatiquement soumis au régime fiscal du micro-BIC. Il profite alors d’un abattement forfaitaire de 50%. Pour faire encore plus simple, seule la moitié des revenus sont ainsi déclarés au fisc. Ce même abattement prend en considération les charges relatives au bien.

Et le régime réel ?


Mais selon une récente étude du professionnel de la location meublée à Paris, Lodgis, il apparaît que choisir le régime réel serait plus intéressant dans 85% des cas pour les particuliers.
Comment ça marche ? Le revenu foncier imposable est déterminé en soustrayant les loyers, les frais, les charges (comme les travaux, les intérêts de l’emprunt, les frais de gestion…). Ce régime intègre également le principe d’amortissement : il est ainsi possible d’amortir le mobilier et les biens liés à une location meublée.


Un calcul s’impose donc pour savoir si, comme 85% des investisseurs, vous devez choisir le régime réel pour maximiser la rentabilité de votre location.

Comment opter pour le régime réel ?


Un propriétaire qui se décide en faveur du régime réel doit envoyer un courrier de levée d’option à l’administration fiscale. Il est toujours préférable de mandater un courrier en recommandé avec accusé de réception pour éviter tout litige futur.


Côté calendrier, les propriétaires qui ont déclaré des revenus sous le régime micro-BIC les années précédentes ont jusqu’au 1er février 2017 pour envoyer leur lettre. Ceux qui ont commencé à louer courant 2016 ont jusqu’au 2 mai 2017 pour informer l’administration fiscale de leur volonté. Le courrier peut alors être envoyé en parallèle de la première déclaration d’impôt.

Avez-vous déjà choisi entre le régime réel et le régime micro-BIC ? Quels sont les avantages que vous avez constatés de l’un, de l’autre, ou de ces deux dispositifs ? Votre retour d’expérience nous intéresse !

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers