Copropriété : mode d’emploi pour changer de syndic

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Si vous vivez dans une copropriété, vous le savez certainement, vous n’avez aucune obligation de conserver le même syndic s’il ne vous convient pas. Mais cette modification de gestion étant très importante, elle ne peut se faire sans respecter quelques règles. On vous explique.

L’intérêt de changer de syndic pour gérer sa copropriété


Il existe des dizaines de motifs pour changer de syndic. Voici les principaux :


•    Des prestations insatisfaisantes
•    Une réactivité qui laisse à désirer
•    Des travaux votés mais jamais réalisés
•    Des charges de copropriété trop importantes
•    Des honoraires de gestion élevés…
•    …


Bon à savoir : les tarifs fixés par le syndic de copropriété peuvent être renégociés. C’est le cas notamment pour les contrats conclus avec le chauffagiste, la société de nettoyage ou encore l’assurance. Il faut également savoir que depuis le 24 mars 2014 et l’adoption de la loi Alur, le syndic est nécessairement mis en concurrence tous les trois ans.

Quand changer de syndic ?


Le mandat du syndic prend fin tous les trois ans. C’est donc à ce moment que le changement peut intervenir, d’autant plus si une faute de ce dernier est avérée.
Bon à savoir : la copropriété doit posséder un conseil syndical ou ne pas avoir voté la conservation du syndic dans l’année précédant la mise en concurrence sous peine de voir la procédure invalidée.

Mode d’emploi pour changer de syndic


Pour pouvoir changer de syndic, la mise en concurrence doit être intégrée à l’ordre du jour de l’assemblée générale des copropriétaires. Cette dernière doit se tenir avant l’échéance du contrat en cours du syndic.  C’est lors de cet événement que le changement pourra être voté.


Une fois le changement de syndic voté, un ou plusieurs propriétaires peuvent demander une assemblée dans le but d’en élire un nouveau.

Comment choisi un nouveau syndic ?


Même si l’actuel déplaît aux copropriétaires, il ne faut pas se précipiter pour changer de syndic. Prendre le temps de choisir le nouveau est primordial. Il faut pour cela :


•    Rencontrer les potentiels syndics dans leurs bureaux mais également dans la copropriété. Les tâches seront alors claires pour tout le monde car un tableau réaliste pourra être dressé.
•    Passer au crible les honoraires des candidats


Bon à savoir : le syndic déchu a un mois pour transmettre les pouvoirs au nouveau. Il doit également lui fournir tous les documents relatifs à la gestion immédiate de la copropriété. Il a ensuite deux mois pour mettre à sa disposition les autres documents, juridiques notamment, afin d’assurer la continuité de l’entité.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers