Immobilier neuf et normes environnementales : cap sur la RT 2020

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
En 2020, une nouvelle norme environnementale pour l'immobilier neuf entrera en vigueur, consécutive à la loi Elan et aux différentes évolutions observées depuis 2007. A l'origine, la réglementation visait la réduction de la consommation d'énergie avec le label BBC (Bâtiment Basse Consommation). En 2020, elle vise la construction de bâtiments à énergie positive et intègre des éléments environnementaux. Quelles sont les différentes étapes qui aboutissent à la RT 2020 dont l’objectif est un habitat hautement écologique ?

Des labels successifs jusqu'à la réglementation actuelle, la RT 2012

 
Avant d'arriver à la RT 2020, la norme applicable aujourd'hui encore aux bâtiments neufs est depuis 2013 la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) qui a imposé le label BBC (Bâtiment Basse Consommation). Ce premier label, créé en 2007, fixe une consommation à ne pas dépasser de 50 kWh/m²/an en moyenne avec une pondération suivant l’altitude ou le climat. Pour une maison ou un immeuble neuf, ce label a pour objectif d’économiser l'énergie en limitant la consommation au niveau du chauffage, de l'eau chaude, de la climatisation et de la ventilation des bâtiments. La RT 2012, intégrée au programme de l’État pour la réduction des dépenses d’énergie, vise l’optimisation énergétique du bâtiment, la réduction de la perméabilité à l’air des bâtiments, une construction qui garantisse une température de confort notamment en été.
 
Succèdent au label BBC d’origine, les labels Haute Performance Énergétique (HPE) et Très Haute Performance Énergétique (THPE). Ils réduisent de 10 % puis de 20 % la réglementation thermique en vigueur. En 2016, le label volontaire Energie + Carbone – (E+C-) est lancé par l’État pour lutter contre le réchauffement climatique et développer les constructions neuves à énergie positive et à faible empreinte carbone. En 2017, le label BEPOS (Bâtiment à énergie positive), dans la continuité des labels précédents, exige pour des bâtiments neufs la capacité à produire leur propre énergie avec un niveau de production qui dépasse celui de leur consommation d’où l’expression « énergie positive ».

La RT 2020, une nouvelle norme environnementale

 
La Réglementation Environnementale RT2020 s'appuie sur les deux derniers labels : les labels E+C- et BEPOS. Performances énergétiques et performances environnementales sont ainsi réunies. Le BEPOS sera la norme de construction pour tous les bâtiments neufs.
 
En comparaison de la RT 2012, outre chauffage, eau chaude, climatisation et ventilation, la RT 2020 prend en compte les appareils ménagers et électroménagers. Permettre l’énergie positive, c’est installer des dispositifs de production d’énergies renouvelables tels que les panneaux solaires, la géothermie mais aussi utiliser de manière optimale la chaleur naturelle du soleil, avoir une bonne exposition des fenêtres, une isolation efficace et des appareils de chauffage fonctionnant aux énergies renouvelables (solaire, bois…). L’énergie produite sera réutilisée dans le réseau électrique ou servira à des bâtiments voisins.
 
L’utilisation de matériaux écologiques pour la construction et le bâti comme le bois, la fibre de bois, le chanvre, la brique de terre cuite, la ouate de cellulose va dans le sens du label E+C-. Dans la norme RE 2020, les émissions carbone sont intégrées dans les calculs aussi bien lors de la construction que pendant toute la durée de vie du bâtiment jusqu'à sa fin de vie.
D’autres critères entrent en compte dans la RT 2020, le confort et le bien-être des occupants, définis et mesurés par les certifications Haute Qualité Environnementale (HQE) dès la conception en termes d’écoconstruction, d’économies d’énergies, d’eau et de déchets, de confort (thermique, acoustique…) et de qualité de l’air. 

Le poids des normes environnementales pour les professionnels

 
Avec ces différentes normes, labels et réglementations, les professionnels peuvent s’y perdre. Ce sont en effet des contraintes techniques qui pèsent en termes de budget notamment pour les collectivités locales. Une discussion d’experts devrait s’ouvrir en 2019 sur la base du rapport Lambert-Boulard en vue d’adapter et de simplifier les normes pour ces collectivités en fonction de leur taille.
Le secteur du bâtiment étant grand consommateur d’énergie et émetteur de gaz à effet de serre, les normes réglementent la construction pour diminuer les impacts sur l’environnement. Mais sur le terrain, les constructeurs doivent apporter des réponses et cela n’est pas si simple tant techniquement qu’en termes de coût. Un challenge ?
 
Seriez-vous prêt à payer plus pour un habitat hautement écologique ? Voyez-vous les normes et labels comme un moyen de lutter contre le réchauffement climatique ?
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers