Le (pas si) savant calcul de la rentabilité locative

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Comment calculer la rentabilité locative d'un placement ? C’est une question que tout investisseur, débutant ou non, se pose avant même de réaliser son investissement locatif. Et il est vrai que l’équation appelle quelques connaissances pour n’oublier aucun élément. Si vous êtes (futur) investisseur et que vous souhaitez déterminer la rentabilité de votre projet immobilier, connaître le calcul précis de la rentabilité locative est indispensable. Être au clair sur les chiffres permet également d’optimiser revenus et placement plus facilement. On vous explique.

Qu'est-ce que la rentabilité locative ?

Votre projet immobilier a des objectifs précis. Et pour y parvenir, il vous faut, dans un premier temps, les définir et comprendre les contours et la définition de la rentabilité locative. Explications. Pourquoi investir dans l'immobilier ? Tout le monde a une, voire plusieurs, bonne(s) raison(s) d'investir dans l'immobilier. Quelle est la vôtre ?

  • Anticiper votre retraite : c'est certainement l'un des arguments les plus avancés par les investisseurs. Réaliser un investissement locatif permet de préparer au mieux la retraite et de pallier une éventuelle perte de revenus. En misant sur la pierre en étant toujours en activité, vous créez un filet de sécurité pour l'avenir.
  • Constituer un patrimoine immobilier : nombreux sont les particuliers qui veulent se créer un patrimoine stable, fiable, pérenne et rentable. C'est évidemment le cas de l'immobilier, valeur sûre depuis de nombreuses années.
  • Léguer un patrimoine : vos enfants sont la prunelle de vos yeux ? Vous souhaitez leur léguer un patrimoine facilement sur le long terme ? Les mécanismes liés à l'investissement locatif vous permettent de le faire aisément.
  • Réduire vos impôts : en choisissant le dispositif adéquat, vous pouvez bénéficier d'une belle réduction d'impôt en investissant dans l'immobilier. La loi Pinel ou le dispositif Censi-Bouvard par exemple offre de belles opportunités et une réduction d'impôts de plusieurs milliers d'euros.
  • Préparer un lieu de vie futur : il est possible d'investir dans l'immobilier avec l'idée de récupérer le bien ensuite pour l'habiter. Un exemple ? Vous achetez un logement neuf en loi Pinel dans la ville dans laquelle vous souhaitez vivre dans quelques années. Vous le louez pendant 6, 9 ou 12 ans, si bien que votre locataire amortit une partie du prix de l'appartement neuf. Une fois la période de location obligatoire terminée, vous avez bénéficié d'un amortissement par le locataire mais aussi d'une belle réduction d'impôts. Cerise sur le gâteau, vous pouvez vivre dans le logement pour commencer une nouvelle vie.

Définition de la rentabilité locative

Venons-en au fait à présent : quelle définition donner à la rentabilité locative ? Nous l'avons dit, pour définir la rentabilité locative, il est important de se fixer des objectifs et d'avoir en tête que tous les investissements ne seront pas rentables de la même façon et au même niveau. Ainsi, un appartement étudiant en plein cœur de Paris ne présente pas le même potentiel qu'une maison familiale à la campagne. Logique.


Vous devez ensuite faire la différence entre la rentabilité de l'investissement sur le long terme et le rendement. Ce dernier est calculé sur la base de cash-flow mensuels. Vous commencez donc à comprendre que la rentabilité locative est celle qui vise à déterminer si le placement s'auto-finance et que l'équation arrivera finalement à 0, si l'investisseur est à perte ou si, l'investissement apporte une plus-value finale. Le taux de rentabilité traduit donc ce que le particulier devrait gagner si son projet immobilier se passe comme prévu. Il est aussi possible qu'un investissement rentable sur le long terme appelle des efforts financiers au quotidien pendant quelques années. Il faut là encore faire une différence majeure : celle de l'effort rentable et celle de l'effort supportable. L'investissement locatif peut en effet offrir une rentabilité sur le long terme sans toutefois être supportable au quotidien pour l'investisseur.

Le calcul de la rentabilité locative

Venons-en au fait à présent : le calcul de la rentabilité locative. Si vous envisagez de devenir ou si vous êtes déjà investisseur, lisez bien les lignes qui vont suivre.

Comment calculer la rentabilité brute de votre investissement locatif ?

Voici un calcul simplissime à appliquer. Pour obtenir le taux de rentabilité brute de votre placement, il vous suffit de respecter la formule suivante : Rendement locatif brut = ((loyer mensuel hors charge *12) : Prix d'achat du logement) * 100 Simple non ? Mais attention : le calcul de la rentabilité brute permet de donner une première idée sur le projet mais il n'est en aucun cas révélateur de la rentabilité finale de l'investissement locatif. Il n'est pas un indicateur fiable sur lequel vous pouvez baser toute votre stratégie.

Comment calculer la rentabilité nette de votre investissement locatif ?

Ne commettez pas l'erreur de vous attarder uniquement sur les revenus que va générer votre placement. L'impact des dépenses annexes est très important. En clair, la rentabilité brute est très différente de la rentabilité nette. Pour bien comprendre la différence, voici les éléments à intégrer dans votre calcul final, celui de LA rentabilité nette :

  • Les frais de gestion locative : il est fort possible que vous souhaitiez déléguer la gestion locative de votre logement. En la confiant à un professionnel, vous avez l'esprit tranquille et vous gagnez du temps. Pour leurs services, les professionnels facturent entre 6 et 10% du montant des loyers hors charges perçus mensuellement. D'une manière générale, évitez les tarifications à la carte qui manquent souvent de clarté. Vous avez besoin d'un professionnel de la gestion locative ? Faites appel au Neuf Gestion, régie locative de Médicis Immobilier Neuf.
  • Les frais liés au crédit immobilier : même si les taux sont bas, vous allez certainement rembourser un crédit immobilier, emprunt souscrit pour financer votre bien. Vous devez donc intégrer dans le calcul de la rentabilité nette la mensualité et ses intérêts pour déterminer si l'équilibre est respecté. Une prise en compte qui vous permettra également d'évaluer l'effort financier demandé par votre projet d'investissement locatif.
  • Les charges locatives : si le locataire paye certaines charges liées au bien (entre 70 et 80%), le propriétaire en assume également une partie. Certaines sont déductibles, d'autres non. Impossible de les oublier dans votre calcul.
  • Les taxes et impôts locaux : en fonction du statut que vous choisissez pour votre investissement locatif (SCI, LMNP… pour n'en citer que deux en exemple), le mode de déclaration des revenus fonciers n'est pas le même. Cela influence donc grandement la rentabilité du projet. Vous devez également prendre en considération le paiement des impôts locaux. Si la taxe d'habitation est assumée par le locataire, la taxe foncière est quant à elle à charge du propriétaire.

Quelle rentabilité espérer pour votre investissement immobilier neuf ?

Vous avez désormais compris l'intérêt de parfaitement maîtriser la rentabilité brute et la rentabilité nette de votre investissement locatif. Mais savez-vous vraiment sur quel pourcentage de rentabilité vous pouvez tabler en fonction de votre placement ?

Les rentabilités moyennes à connaître pour un investissement immobilier neuf

Voici des ordres de grandeur moyens et approximatifs en fonction du type d'investissement visé :

  • Pour un achat immobilier neuf en loi Pinel dans une grande ville, la rentabilité nette estimée est comprise entre 1 et 2%.
  • Pour un achat immobilier neuf en loi Pinel dans une ville moyenne, la rentabilité nette estimée est comprise entre 2% et 3%.
  • Pour un achat immobilier neuf en loi Pinel dans une petite ville éligible, la rentabilité nette estimée est comprise entre 3% et 4%.

À votre avis, quel élément fait considérablement varier ce pourcentage de rentabilité ? Le prix d'achat du logement bien sûr !

Nos astuces pour optimiser vos revenus locatifs

Pour finir, voici quelques conseils concrets pour optimiser vos revenus locatifs :

  • Éloigner la vacance locative au maximum en sélectionnant un marché porteur et en sélectionnant le bien en fonction de la cible locative visée.
  • Confier la gestion locative de votre logement à un professionnel de l'immobilier. Il saura vous décharger des chronophages tâches liées au quotidien de votre bien tout en optimisant vos revenus locatifs.
  • Fixer le loyer de votre investissement avant même de l'acheter. Il est important d'être au clair sur vos possibilités. Une erreur d'estimation peut vous coûter cher en rentabilité mais pas seulement. En effet, en fonction des villes, vous êtes soumis à l'encadrement des loyers. C'est le cas à Paris et à Lille par exemple. Étudiez le marché locatif à la loupe et renseignez-vous sur les dispositifs en vigueur dans votre localité.

Vous êtes investisseur ou futur investisseur et vous vous interrogez sur la rentabilité de votre investissement ? Vous souhaitez trouver le placement le plus rentable ? Contactez les experts Médicis Immobilier Neuf qui vous aideront à réaliser l'investissement adapté à votre profil et à vos besoins.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers