Tout savoir sur le crowdfunding immobilier

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Le crowdfunding immobilier ou financement participatif immobilier donne la possibilité d’investir dans la pierre avec un petit budget. De plus en plus plébiscité par les particuliers, ce type d’investissement appelle cependant quelques connaissances pour espérer une belle rentabilité et ne pas risquer la désillusion. Mode d’emploi.

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ?


Apparu en 2010 aux États-Unis, le crowdfunding immobilier est arrivé en France en 2011. Il n’a cessé depuis de susciter l’intérêt et de se développer. Pour faire simple, il s’agit d’une composante de la grande famille du financement participatif. Dans les faits, un investisseur souscrit des titres ou réalise un prêt pour financer une opération immobilière. Une fois le projet sorti de terre, il perçoit un bénéficie en fonction de sa mise de départ et récupère cette dernière.


L’avantage principal de crowdfunding immobilier est la possible rentabilité élevée de 10%*. A contrario, désavantage majeur, si le projet immobilier connaît quelques déboires, l’investisseur doit se préparer à subir une perte de capitale, qu’elle soit partielle ou totale.

Le fonctionnement du crowdfunding immobilier


Le crowdfunding immobilier est le plus souvent utilisé pour le financement de programmes immobiliers neufs. L’argent récoltes sur les sites de financement participatif permet aux promoteurs de lever les fonds nécessaires à la réalisation de leurs projets. Avec cet apport, les banques sont ensuite plus enclines à leur prêter le montant indispensable à la construction.
Lorsque le bâtiment est sorti de terre, les investisseurs touchent leur mise de départ et des intérêts.


Aujourd’hui, le crowdfunding immobilier sert également à financer des rénovations de bureaux, de bâtiments complets ou encore de logements.

La rentabilité d’un investissement en crowdfunding immobilier


Comme dans tout placement, le rendement n’est pas toujours identique. En fonction du risque affiché par l’opération mais aussi de la durée d’immobilisation des fonds de l’investisseur, elle peut osciller entre 8 et 15%. D’autres plateformes choisissent quant à elles de proposer une rémunération fixe.

Crowdfunding immobilier : quel investissement de départ ?


Le ticket d’entrée pour participer à un projet de crowdfunding immobilier est généralement compris entre 1 000 et 2 000 euros. Mais certains sites et plateformes ont abaissé ce montant ces derniers temps à 500 voire 100 euros dans certains cas.

Les risques du crowdfunding immobilier


En échange d’une rentabilité élevée, le crowdfunding immobilier n’est pas sans risque. Pour ne pas voir de mauvaises surprises, un particulier doit se tourner vers une plateforme de financement participatif enregistrée à l’Orias. Cette dernière doit également disposer d’un statut de conseiller en investissements participatifs ou d’intermédiaire en financement participatif.


Il faut ensuite rester réaliste. Le rendement théoriquement affiché n’est qu’une information, il peut être moins élevé à l’arrivée. L’investisseur est donc susceptible de perdre une partie, voire la totalité, de son ticket d’entrée. La construction peut en effet voir survenir des sinistres qui feront grimper la note pour les promoteurs. Autre imprévu, des logements qui ne se vendent pas. Et sans vente, pas de rentrée d’argent et encore moins de bénéfices. Le promoteur ne peut alors pas rembourser ses investisseurs.


Pour investir via une plateforme de crowdfunding immobilier, il est donc vraiment important de se renseigner sur le projet, sur la bonne santé du promoteur, sur le potentiel de commercialisation de la construction…


*9,4% de rendement moyen au 1er semestre 2016 selon le baromètre Fundimmo du crowdfunding immobilier

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers