Logement : 5 millions d'adultes chez leurs parents

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

La génération Tanguy était-elle celle des années 2020 ? A en croire une récente étude, ils sont plus de 5 millions, ces adultes qui vivent aujourd’hui chez leurs parents. Parmi eux, plus de 900 000 n’ont eu d’autre choix que de s’installer à nouveau dans leur chambre d’adolescent. Zoom sur un phénomène de société dont les causes sont évidemment liées au logement et aux prix de l’immobilier. Mais pas seulement…

Après la génération Tanguy, la génération Boomerang fait parler du logement


Comédie de prime abord, le film « Tanguy » est pourtant une réalité pour de nombreux (jeunes) adultes. Quand la fiction rattrape la réalité, ce n’est pas toujours aussi amusant que devant son écran… Nous connaissions donc la génération Tanguy, ces adultes qui ont du mal à quitter leurs parents, la génération Boomerang a elle aussi fait son apparition, phénomène de plus en plus présent en France.


La génération Boomerang est en fait composée des adultes obligés de revenir chez leurs parents alors même qu’ils les avaient quittés. Selon les derniers chiffres publiés par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress), ils sont même 920 000 adultes à être retournés chez leurs parents. 

Pourquoi les adultes de la génération Boomerang reviennent chez leurs parents ?


Si les enfants redeviennent des colocataires de leurs parents une fois adultes, il y a des raisons qui expliquent cela :


• 26% achèvent leurs études et/ou sont en quête d’un emploi.
• 24% sont en cours d’études.
• 20% font face à une rupture ou à un deuil.


A ces 920 000 adultes, il faut également en ajouter 3,8 millions qui n’ont quant à eux jamais quitté le domicile familial. La raison première ? Le manque de moyens pour trouver leur propre logement.


Qu’elles soient davantage des Boomerang que des Tanguy ou inversement, la Drees a dévoilé le portait robot de ces presque 5 millions de personnes. Selon l’étude « Vivre chez ses parents ou chez une autre personne à l’âge adulte », 57% sont des hommes, 7 sur 10 sont de jeunes adultes (entre 18 et 24 ans) avec un âge médian de 22 ans.


Contrairement aux idées reçues, 58% de ces adultes ne sont plus étudiants, contre 42% étudiants vivant encore chez leurs parents.


Enfin, un tiers occupe un emploi alors que 19% est au chômage. Dernier paramètres marquant, 60% des adultes vivant chez leurs parents ont un diplôme de niveau bac ou supérieur.

Les prix de l’immobilier comme frein des générations Tanguy et Boomerang


La principale raison qui pousse ou oblige les adultes à rester chez leurs parents est évidemment financière. Ils manquent d’argent pour le logement et les prix de l’immobilier, qu’il s’agisse de la location ou de l’achat, sont trop élevés pour qu’ils puissent les assumer. 75% des adultes mentionnés manquent tout simplement de moyens pour délaisser le cocon familial.


Cependant, un tiers seulement quitterait le logement de leurs parents s’ils en avaient les moyens. 1,2 million affirment que même si leurs finances s’amélioraient, ils n’ont aucune envie de possder leur propre logement. En cause, la peur de prendre son indépendance doublée des incertitudes économiques.


Indépendance ou au chaud dans le foyer familial ? Quelle est votre choix ? Qu’en pensez-vous ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers