Prix de l'immobilier : difficile de négocier

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Lors d’une transaction, l’acheteur peut tenter une négociation pour faire baisser le prix du bien. S’il y a quelques années une très forte différence entre le prix de l’immobilier de base et le prix final était observée, la tendance a changé depuis quelques temps. Pour 2019, les premiers indicateurs montrent une marge de négociation affaiblie. La cause ? Les vendeurs affichent directement leur bien au bon prix pour faire face à la concurrence. Une vérité flagrante sur les maisons pour lesquelles la marge de négociation est à son plus bas niveau historique.

Quelques chiffres sur la marge de négociation des prix de l’immobilier


Si l’on prend l’ensemble des logements vendus en France en janvier 2019, la marge de négociation est de 4,3% tous logements confondus d’après le baromètre LPI-Seloger. Elle monte à 4,9% pour les maisons et 3,7% pour les appartements, ce qui peut s’expliquer par la différence de superficie donc de prix de l’immobilier. En effet, baisser de 10 000€ un logement de 40 m² affiché à 200 000€ ne revient pas au même pourcentage que 10 000€ sur 150 m² à 500 000€ !


Plusieurs facteurs peuvent influencer cette marge de négociation. Le premier est évidemment le marché local, si un bien est complétement décorrélé du prix au m² par rapport à son secteur, il sera évidemment négocié à la baisse. La tension du marché, dans une ville où peu de biens sont disponibles par exemple peut également avoir une influence. Enfin, la date de mise en ligne du logement peut avoir une incidence : plus un bien reste longtemps sur la toile ou dans une agence, plus l’acheteur aura tendance à vouloir négocier.

Des marges de négociation différentes selon les régions


Les champions de la négociation pour les appartements sont en région PACA ; la moyenne pour janvier 2019 est de 7,1% (contre 4,5% pour les maisons). Le podium est complété par la région Champagne-Ardenne avec en moyenne 6,9% d’écart entre le prix de vente et le prix initial.


Le top 5 inclut la Bretagne (6,5%), le Poitou-Charentes (5,2%) et l’Auvergne (4,9%). En revanche, si vous cherchez à acheter un appartement dans la région Centre, vous n’aurez quasiment aucune marge de négociation puisqu’elle est seulement de 0,5% en moyenne ! La région Pyrénées est également peu propice à la négociation des appartements avec une marge de 1,2%.


Pour les maisons, c’est en région Poitou-Charentes que vous pourrez le plus négocier, avec une marge moyenne de 9,1% (contre 5,2% pour les appartements). La Champagne-Ardenne n’est pas en reste avec 8,3%. Le top 5 est ensuite complété par l’ouest de la France avec les Pays de la Loire (7,4%), la Bretagne (6,5%) et la Haute Normandie (6,2%). En revanche, ne vous attendez pas à négocier si vous achetez en Alsace ou le prix ne varie que de 1,4%.

Vous l’aurez compris : avant d’acheter ou de vendre se renseigner sur le marché local est indispensable. C’est d’ailleurs l’un des facteurs qui a sans doute contribué à faire baisser les marges de négociation. Les biens étant soumis à une forte concurrence grâce à la internet, il parait difficile d’afficher un prix de l’immobilier plus élevé que le marché sous peine d’être sanctionné par un très faible nombre de visites.

Avez-vous déjà négocié lors d’une vente ou de l’achat d’un bien ? Dites-le-nous en commentaire !

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers