Prix de l'immobilier au Royaume-Uni : l'impact du Brexit

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
Les prix de l'immobilier au Royaume-Uni observent un sérieux ralentissement. Conséquence du Brexit, ils ont augmenté de seulement 0,5% en 2018. Dans un climat d'attentisme et d'incertitudes économiques, acheteurs et investisseurs sont de plus en plus frileux. Quelles tendances, quelles prévisions pour le marché outre-Manche ? On fait le point. 

Zoom sur les prix de l'immobilier au Royaume-Uni


Alors qu'ils avaient progressé de 2,6% en 2017, les prix de l'immobilier au Royaume-Uni sont à l'arrêt ou presque. La hausse sur les 12 mois 2018 est de 0,5% selon les chiffres de Nationwide, banque nationaliste nationale. Plus encore, ils sont même en baisse de 0,7% au mois de décembre 2018. Un contexte qui n'avait plus été observé depuis 2013. Plus les mois passent, plus les prix de l'immobilier ont du mal à conserver leur dynamisme : +4,5% en 2016, +2,6% en 2017, +0,5% en 2018, -0,7% en décembre 2018.

Les acheteurs ne sont plus au rendez-vous sur le marché. Les intentions d'achat immobilier sont de moins en moins nombreuses quand les logements proposés à la vente diminuent également. Les vendeurs eux-mêmes sont dans l'expectative. 

Pourquoi les prix de l'immobilier baissent au Royaume-Uni ?


Alors que le marché était florissant et porteur il y a encore quelques temps, les incertitudes économiques sont en grande partie à l'origine de ce retournement de situation. Le Brexit est responsable de ce climat morose : "Il est probable que le récent ralentissement est attribuable à l’impact sur le moral des acheteurs de l’incertitude économique", explique Robert Gardner, économiste chez Nationwide. Particuliers et professionnels attendent d'en savoir plus sur les contours du Brexit en mars prochain.

Et pourtant, le marché immobilier aurait tout pour retrouver des couleurs. Les salaires augmentent dans le pays, les taux de crédit immobilier sont très avantageux et le taux de chômage est historiquement bas. Les indicateurs semblent donc au vert, de ce côté-là, pour encourager la reprise du marché. 

Des prix de l'immobilier au Royaume-Uni inégaux selon les territoires


L'étude de la Nationwide met également en avant une forte disparité des prix de l'immobilier en fonction des villes et des zones géographiques. Dans le nord-ouest et dans le Yorkshire, les hausses sont encore bien présentes, le Brexit ne se fait pas (encore ?) sentir.

Mais attention, le prix moyen des logements est aujourd'hui deux fois plus élevé dans le sud que dans le nord.

Autre donnée marquante de l'étude, les prix de l'immobilier à Londres sont en baisse. Ils ont reculé de -0,8% au cours du dernier trimestre 2018 et sur une année. Plus encore, voilà six trimestres qu'ils sont en perte de vitesse. Un constat qui en dit long sur la méfiance des acheteurs et des investisseurs. 

Quelles tendances pour les prix de l'immobiliers au Royaume-Uni en 2019 ?


Face à ce contexte, quelles sont les perspectives pour 2019 ? Selon la Nationwide, il est difficile de prévoir avec certitude des tendances pour l'année en cours. Le regain de vitalité va principalement dépendre "de la rapidité avec laquelle ces incertitudes économiques s'apaiseront" selon Robert Gardner. Une faible hausse nationale des prix serait tout de même à prévoir dans les douze prochains mois.
 
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers