Les bons collèges font grimper les prix de l’immobilier

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

On le sait, la proximité des transports en commun, de certaines infrastructures ou encore l’emplacement stratégique d’un secteur peut faire grimper les prix de l’immobilier. Mais d’autres critères influent également sur le tarif d’un bien. C’est le cas des meilleurs collèges publics de France dans le rayonnement engendre un surcoût entre 7 et 27% plus important en fonction des villes.

Les prix de l’immobilier passés au crible


Alors que les grandes vacances scolaires débutent à peine, le site MeilleursAgents pense déjà à la rentrée ! Il a analysé les prix de l’immobilier dans 9 grandes villes françaises. La particularité de l’enquête ? Se focaliser sur le coût de la pierre à proximité des meilleurs collèges publics de France. Et le résultat est sans appel, les biens sont plus chers dans un rayon de 300 mètres autour de ces établissements. Au global, les acheteurs doivent débourser entre 7 et 27% de plus pour s’offrir un logement à deux pas d’une structure renommée.


Pour publier des données fiables, MeilleursAgents a étudié le marché immobilier dans un rayon de 300 mètres autour des 25% de collèges qui affichent le taux de réussite le plus élevé au brevet. Les villes de Strasbourg et Marseille sont donc absentes de ce classement.

Les prix de l’immobilier aux abords des collèges renommés


Certaines villes affichent des surcotes plus abordables que d’autres. Autour des meilleurs collèges publics de Bordeaux, Lille et Lyon, il faut débourser +7%, +8% et +9% pour s’offrir un logement. À Paris, la différence est de +17%, quand elle atteint les +22% et +27% à Montpellier et Toulouse.


Face à ce constat, le site MeilleursAgents s’interroge : quel est le facteur déterminant de la hausse des prix de l’immobilier dans ces secteurs ? La demande élevée sur le marché ou la population aisée qui s’y installe ? Il semblerait que les deux données soient corrélées, mais que, dans tous les cas, elles révèlent une forte inégalité des chances entre les collégiens français.

Des prix de l’immobilier parfois vertigineux


Si la différence moyenne aux abords des collèges, à logement égal, est comprise entre 7 et 27%, elle peut parfois atteindre des sommets. Dans le 7ème arrondissement parisien par exemple, le prix au m² est de 13 156 euros à côté du lycée Victor Duruy, soit +51% en comparaison du prix de l’immobilier moyen à Paris.


Heureusement, le contraire est également possible. Près de Lille, les parents des collégiens de l’établissement Guy Mollet peuvent se loger aux abords du collège pour -20% en comparaison des prix de l’immobilier moyens à Lille. Pour scolariser leurs enfants et devenir propriétaires à des tarifs raisonnables, les Parisiens peuvent se tourner vers le secteur du collège George Courteline et ses 7 991€ le m² ou celui de Jean de La Fontaine et ses 8 358€ le m².


Et vous, qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêt à payer le prix fort pour habiter à proximité des meilleurs établissements scolaires ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers