Menu

Le trottoir, un enjeu de la ville intelligente

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Il est un espace de la Smart City qui ne profite pas de la gloire liée à sa fonction. Lieu de vie, de passage, lieu surexposé et à l’utilité incontournable, le trottoir est bien implanté dans la ville intelligente. On lui ajoute des lampadaires connectés, des caméras de vidéoprotection en-dessus, des réseaux multiples et même le déploiement de la 3G en-dessous, sans qu’il ne s’oppose. Mobilier immuable, le trottoir est un objet malaimé qui est pourtant un pilier de la ville. Un article dédié qui opèrera à coup sûr une prise de conscience quant aux enjeux de nos trottoirs.

Une place de choix pour le trottoir dans la Smart City

Selon Raphaël Languillon, chargé d’études senior à la Fabrique de la Cité, « le trottoir est un objet pertinent pour interroger le devenir et le déploiement spatial du numérique dans l’espace urbain ». Une mine d’or en devenir que les collectivités ont tout intérêt à exploiter.

Petite histoire du trottoir

A l’occasion d’une conférence organisée l’an passé autour du « trottoir, espace de plug and play de la Smart City », la présidente du cabinet Ibicity Isabelle Baraud-Serfaty a rappelé que le trottoir a derrière lui une longue histoire qui vaut la peine de s’y arrêter : « Le trottoir est né à Londres au début du XIXe siècle pour fluidifier la circulation des piétons et améliorer l'hygiène à une époque où le cheval était omniprésent. Il s'est rapidement imposé dans les métropoles comme le lieu d'implantation des réseaux urbains : égouts, gaz puis électricité…. C'est le symbole même de la ville des infrastructures. Désormais c'est celui de la ville des plateformes. » Nous y reviendrons…

Du simple trottoir dans la ville intelligente au curb management

Avant de débuter la lecture de cet article, il y a fort à parier que le trottoir était la dernière de vos préoccupations. Et pourtant, il fait aujourd’hui l’objet de nombreuses attentions dans la Smart City. La bordure plus particulièrement cristallise les innovations. Cet espace entre la chaussée et le trottoir, appelé curb en anglais, peut être facilement exploité. Une pensée, une vision, qui a même donné naissance au curb management en Amérique du nord. C’est peu dire sur l’importance du trottoir dans la Smart City.


Pour Isabelle Baraud-Serfaty, maîtresse de conférences à Sciences Po Paris et présidente de Ibictiy, il faut actuellement « repenser la valeur de la bordure de trottoir, vue comme une source de coût par beaucoup de collectivités, et qui devient aujourd’hui un actif stratégique. »

Le trottoir, l’espace le moins cher et le moins impactant de la Smart City

Le trottoir est le support sur lequel se déploie allégrement le numérique. Et pour cause, considéré comme un espace de « plug and play » ou « branchement et fonctionnement » dans la ville intelligente, il est à la fois « le moins cher et le moins impactant » pour Alain Guillaume, responsable développement et marketing chez Omexom.


Le moins cher car il n’appelle pas de versement d’une rente comme un bâtiment privé par exemple et le moins impactant puisque le trottoir ne vient en aucun cas mettre à mal le fonctionnement de la ville. Simple et efficace !

Le trottoir, un enjeu pour le déploiement du numérique dans la Smart City

Il était juste là, ce trottoir qu’on ne voyait pas, « on n’y a pas réfléchi tout de suite. On était axé déplacements, données, comme si la donnée allait s’affranchir des infrastructures et tout résoudre. L’équation réside peut-être dans cette infrastructure intelligente, structurante pour la mobilité », explique Emmanuel Mussault, directeur du programme Smart City chez Michelin.
Le trottoir est en effet le socle qui accueille le déploiement des technologies et des usages dans la Smart City. Pour n’en citer que quelques-uns, on pense notamment à la micromobilité ou à la (télé)surveillance.
Plus encore, le trottoir interroge sur de futures possibilités, comme celle évoquée par le directeur délégué Ile-de-France chez Enedis France, Nicolas Machtou, à savoir « le branchement provisoire sur l’espace public, via des prises sorties du sol facilement, le temps d’un concert ou d’un autre événement culturel par exemple ».

Le trottoir des infrastructures laisse sa place au trottoir des plateformes dans la Smart City

« On peut considérer qu’avant, le trottoir symbolisait la ville des infrastructures. Les réseaux se sont structurés en même temps que les trottoirs : égouts, gaz, eau, électricité… Aujourd’hui, le trottoir symbolise la ville des plateformes. C’est un basculement », explique Isabelle Baraud-Serfaty. Une véritable transformation est en cours.

Intégrer les nouveaux symboles du trottoir dans la Smart City

Le New York Times titrait récemment « Si vous voulez regarder l’avenir des villes, regardez le trottoir ». Le trottoir est ainsi le symbole de la ville plateforme, de la ville de demain, devenu terrain de jeu des entreprises et start-ups qui rivalisent d’ingéniosité pour exploiter cet espace. Terrain de jeu oui, mais aussi espace en tension qui doit être pensé et régulé en fonction de ses nouveaux enjeux et de ses nouvelles fonctions.


Il faut dire que le trottoir est désormais le lieu privilégié des innovations dans la ville intelligente. Vous n’en êtes pas encore convaincu ? Savez-vous que Google a nommé l’une de ses filiales dédiées à la Smart City « Sidewalk Labs » littéralement traduit par le « Laboratoire du trottoir ». Incontournable nous disions…


Sur ce trottoir qui attire à lui le feu des projecteurs sont développés des projets mobilité, des projets liés aux commerces, aux services mais également au déploiement du numérique avec des capteurs servant à la captation des données, mine d’or de la Smart City.

Le trottoir, l’artère vitale de la Smart City

Sans grande surprise, les gestionnaires de réseaux ont été pionniers en matière d’exploitation du trottoir. Ils y ont installé la fibre optique, des chambres techniques… connectant toujours davantage la ville intelligente sous couvert de ses artères, ses trottoirs.


Mais la connexion et l’implantation ne s’arrêtent pas là. Le mobilier urbain situé sur les trottoirs, on pense notamment aux lampadaires ou aux poteaux d’éclairage public, sont progressivement équipés d’émetteurs Wifi. « Demain il [le trottoir] sera le lieu privilégié pour implanter les "small cells" de la 5G nécessaires à l'avènement du véhicule autonome" affirme Alain Guillaume, chargé de la Smart City chez Omexom.

Le trottoir, objet de convoitise dans la ville intelligente

Si le trottoir a longtemps été chasse gardée des gestionnaires de réseaux, ce n’est plus le cas. Nombreux sont les acteurs qui le convoitent. Les fournisseurs de mobilier urbain par exemple rivalisent d’ingéniosité pour penser et proposer des équipements parfaitement adaptés à cet espace de la ville intelligente. On peut ici citer l’horodateur connecté, l’abribus intelligent…


Les fournisseurs de mobilier urbain ont ensuite été suivis par les start-ups. On assiste ainsi à l’émergence de trottoirs performants qui produisent de l’énergie à Toulouse ou d’arbres solaires à Nevers pour ne citer que quelques innovations.

Comment adapter le trottoir aux enjeux et au développement de la Smart City ?

« Ces services génèrent de la valeur mais aussi toujours plus de de flux. Pour faire face aux conflits d'usage, les villes doivent le réguler ou le repenser », affirme Emmanuel Mussault, chargé de la Smart City chez Michelin.


La multiplication des trottinettes électriques n’est qu’une partie visible du problème puisque, dans les années à venir, les usages du trottoir devraient être encore plus intensifs. Les innovations et recherches nous laissent d’ores et déjà penser que les drones et autres robots livreurs vont investir la ville très prochainement.


« Les approches diffèrent très fortement d'un pays à l'autre. À Paris, les trottinettes sont par exemple interdites de trottoirs et doivent circuler sur la route. À Singapour c'est le contraire », explique Emmanuel Mussault.


L’idée première de la Smart City est donc de repenser son urbanisme et ses espaces de circulation. Il n’est pas rare de voir aujourd’hui dans les grandes villes des trottoirs élargis et des espaces de circulation pour les voitures réduits. La préférence va vers la mobilité douce et la végétalisation en lieu et place de la polluante circulation individuelle.


Mais entre la conception des règles, la vision idéale, l’utopie de la Smart City et la réalité, il y a parfois tout un monde. Faire respecter les règles est une autre histoire, davantage encore quand il s’agit de réguler les flux. Comment faire alors ? Des sociétés proposent aujourd’hui d’exploiter le trottoir et plus particulièrement le curb pour réguler l’usage des trottinettes. Ces sociétés principalement basées aux Etats-Unis font appel à des techniques d’imagerie comme l’image laser Lidar pour définir une maquette visuelle du trottoir. La technique associe ensuite usages et réglementations. Grâce à cette cartographie, un zonage est envoyé aux plateformes qui ont ensuite la possibilité d’orienter les usagers, ceux en trottinette notamment, pour aiguiller leur itinéraire ou stationner leur véhicule dans des espaces autorisés. La transmission des coordonnées GPS permettra quant à elle aux collectivités de surveiller le respect des règles.

Quelques exemples de trottoirs intelligents dans la Smart City

Pour terminer, nous vous proposons un tour d’horizon de quelques trottoirs intelligents installés dans le monde entier.


Commençons notre découverte par le trottoir intelligent qui produit de l’électricité. Comment ? Grâce aux piétons qui marchent sur quinze dalles installées non loin de la place Wilson. Ces mêmes dalles sont équipées d’un mini générateur qui fournit de l’électricité pour un lampadaire dans un premier temps. Cet équipement novateur a été installé il y a quelques années à Toulouse.


Autre pays, autre ville, direction Londres pour découvrir une nouvelle forme de trottoir intelligent. C’est en 2017 que les piétons ont commencé à produire de l’énergie simplement en marchant pour alimenter l’éclairage tout en générant des chants d’oiseaux mais aussi en actionnant un mécanisme capable de purifier l’air.


Google a également imaginé un trottoir équipé de pavés chauffants et de leds traçant le chemin pour les piétons et cyclistes une fois la nuit tombée.


Le trottoir intelligent est également celui qui permet de circuler librement et sans difficulté. Cela peut paraître évident ainsi dit, mais avez-vous déjà constaté combien certains trajets sont freinés voire gênés par des trottoirs mal pensés : lampadaire au milieu du trottoir, armoire électrique, panneau de signalisation… cheminer à pied est parfois vraiment compliqué, plus encore avec une poussette, une valise ou encore en fauteuil roulant. C’est pourquoi le trottoir intelligent se définirait peut-être simplement par le fait d’être pratique et linéaire pour les piétons. Un principe respecté dans certaines rues et ruelles d’Aix-les-Bains ou à Nervers par exemple.


Perçus comme éco-responsables par certains ou comme une intrusion dans la vie privée par d’autres, ces trottoirs intelligents ont bien des avantages si l’on omet qu’ils sont bardés de capteurs et capables de collecter un nombre insensé de données. Reste à trouver le juste milieu pour satisfaire tout le monde.


Une chose est sûre, le trottoir est aujourd’hui un véritable enjeu de la ville intelligente, un espace de vie et de développement que personne n’a intérêt à négliger.


Cet article vous a-t-il ouvert les yeux sur l’importance du trottoir ? Comment voyez-vous le trottoir intelligent de demain ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers

4.9/5
437 avis clients