Pourquoi les Français ont peur des logements connectés ?

Mis à jour le 0 Marché de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture
Le baromètre Qualitel-Ipsos 2018 dévoile le ressenti des Français sur les logements connectés. S'ils sont d’accord sur le fait que les objets connectés améliorent leur confort et leur quotidien, ils n'en restent pas moins frileux quant à équiper leur logement. Quels sont leurs freins vis-à-vis de la domotique et surtout que recherchent-ils aujourd'hui ?

Logements connectés, des freins à lever

Les Français connaissent mais n'investissent pas forcément

 
L'association Qualitel publie les résultats de la 2ème édition du baromètre Qualitel-Ipsos dont un ensemble de questions vise à sonder les Français (3 400 personnes interrogées) sur les enjeux liés au logement et notamment aux logements connectés. La question suivante a été posée : « Les services connectés vont-ils vraiment devenir incontournables ? ». Il semble que plus de la majorité des personnes interrogées sait de quoi on parle puisque 93% des Français ont « déjà entendu parler de logement connecté » et 68 % « voient de quoi il s'agit » quelle que soit la population en termes d'âge, de revenu... Pour autant, le logement connecté ne connaît pas un développement fulgurant comme on pourrait l'attendre. 3 logements sur 10 seulement possèdent au moins un équipement connecté.

Les Français privilégient l'utilité

 
Même si le nombre de logements connectés ne cesse de progresser en France, pourquoi existe-t-il un si grand écart entre le fait de s'intéresser aux évolutions technologiques liées au logement et un équipement réel ? L'enquête Qualitel-Ipsos met en avant le manque de conviction des Français vis-à-vis de la domotique. Deux freins principaux sont exprimés. Le premier est celui du rapport entre le coût et l'utilité.  En effet, le coût des objets connectés reste dissuasif. Les Français investissent si l'équipement est utile, si cela répond à un besoin de protection des personnes et du domicile, de même si cela permet un bénéfice visible. Et malgré leur utilité, le taux d'équipement reste faible sur ces services. A titre d'exemple, 21% sont équipés pour être alertés en cas d'intrusion, 15 % pour avoir accès à des images de vidéosurveillance et 12% pour piloter le chauffage.

Les Français, technophobes ?

 
Deuxième frein après le coût, les effets des ondes sur la santé et la méfiance au niveau de l’utilisation des données. 54 % des Français ont peur des ondes Wi-Fi et électromagnétiques que pourraient émettre les objets connectés pour eux-mêmes et leurs proches. Une crainte plus élevée si le nombre de personnes au foyer est plus important et notamment des enfants. En effet, pour un foyer de 4 personnes ou plus, 61% craignent les ondes alors que dans le cas d'une personne seule, ce taux est de 45%.
 
La deuxième phobie « technologique » est la peur de voir des informations privées récupérées par des entreprises dans un but commercial ou par des personnes malveillantes. Les taux parlent d'eux-mêmes. 75% craignent l'utilisation malveillante et 73% la récupération pour un usage commercial. Les Français ne veulent pas que l'on connaisse leurs habitudes de vie ou de consommation.

Logements connectés, pas à n'importe quel prix et pas n'importe comment

Réservés aux ménages les plus aisés

 
Les logements connectés ont évolué proposant des solutions concrètes plus écologiques, plus intelligentes. D'ailleurs, les logements les plus récents sont davantage connectés. 30% des logements de moins de 5 ans comportent au moins deux équipements connectés alors que le taux est de 17% pour les logements de plus de 5 ans. Aujourd'hui, les logements connectés restent réservés aux ménages les plus aisés. Sur la même base de deux équipements connectés ou plus dans le foyer, le taux d'équipement est de :
 
• 16% pour un revenu de moins de 3 000€ nets par mois,
• 23% pour un revenu compris entre 3 000€ et 5 000€ nets par mois,
• Et 35% pour un revenu de plus de 5 000€ nets par mois.

Des logements connectés, « juste ce qu'il faut »

 
Les Français ne veulent pas forcément plus de technologie. 52% considèrent qu'il y a juste ce qu'il faut de technologie dans leur quotidien. 7% seulement expliquent qu'il n'y en a pas assez.
 
On pourrait penser que ce sont les seniors qui raisonnent ainsi mais les jeunes ne sont pas plus en demande que leurs aînés. Pour preuve, 53 % des moins de 24 ans estiment avoir juste ce qu'il faut dans leur quotidien. Les Français ne sont pas tous prêts à accueillir n'importe quel équipement connecté. Par exemple, les enceintes connectées ne connaissent pas le succès attendu. Les Français ne sont pas non plus attirés par des « robots » qui impliqueraient des interactions avec des personnes.

Les besoins des Français en matière de logements connectés

 
Pour l’instant, les équipements dans lesquels les Français investissent correspondent à des besoins concrets de sécurité, d’économie et de maintien à domicile. Et quand ils s’équipent, les taux de satisfaction sont plus élevés : 60% des Français équipés d'un dispositif les alertant en cas d'inactivité suspecte chez une personne handicapée ou âgée sont satisfaits, contre 42% pour ceux qui ne l'ont pas ; 80% des Français qui sont équipés d'un pilotage à distance de leur chauffage sont satisfaits de leur confort thermique, contre 74% pour ceux qui n’en possèdent pas.
 
Les avantages des logements connectés sont nombreux mais les Français ne sont pas encore prêts à sauter complètement le pas. Les logements neufs sont équipés mais dans l’ancien, il est plus difficile d'y arriver. Certes il y a le coût, la méfiance mais il y a également l’état d’esprit des Français qui raisonnent d’abord et avant « objets connectés utiles et pratiques » et non « gadgets » plus que dans d’autres pays. Cela freine le décollage de la domotique en France et impacte le développement des villes connectées intelligentes.
 
Et vous, que pensez-vous des logements connectés ? Convaincu ou sceptique ?
TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers