Immobilier neuf : le bâtiment, une entité vivante ?

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Considérez-vous que votre logement, que le bâtiment dans lequel vous évoluez est vivant ? Vivant au sens large du terme et pas seulement programmé par le biais de votre Google Home ou d’Alexa que vous gérez comme et quand bon vous semble. Et si le bâtiment de demain était une entité vivante capable de grandir, de respirer, de guérir et même de se reproduire. L’idée semble de prime abord saugrenue, on vous l’accorde. Et pourtant, c’est bien l’idée posée, proposée même par les chercheurs des Universités de Newcastle et de Northumbria en Grande-Bretagne. Pour l’occasion, ils ont même créé un centre de recherches dédié à 100% à ce que pourrait être l’immobilier neuf de demain, réponse à la crise climatique qui touche le monde entier. Explications des façons d’envisager la construction du futur selon les chercheurs et biologistes de ces universités.

Des programmes immobiliers neufs qui grandissent

Depuis quelques années, les matériaux naturels utilisés pour la construction se multiplient. On pense au bois, au calcaire coquillier, à la paille, au chanvre… Mais cette palette de possibilités pourrait être beaucoup plus vaste, élargie par le mycélium par exemple. Il y a de fortes chances que vous n’ayez jamais entendu parler de cette matière qui est tout simplement l’appareil végétatif des champignons. Et pourtant, le magazine Scientific American le présente comme LE matériau du futur, celui qui grâce à quelques copeaux de bois seulement (voire un peu de marc de café), peut pousser rapidement et facilement. À la clé, toujours plus de matériaux naturels et de qualité pour l’immobilier neuf.


Et ce matériau a déjà commencé à conquérir le monde du bâtiment. Une installation prénommée « Hi-Fi » à New York a vu le jour sur la base de briques de mycélium. Cette tour de 13 mètres de hauteur est un projet précurseur qui pourrait donner naissance à des idées plus folles encore. L’une d’elles, utiliser le mycélium vivant dans le bâtiment pour permettre au bâti de pousser et d’évoluer au gré des années. Actuellement, le projet dirigé par Lynn Rothschild à la NASA étudie cette possibilité avec un objectif en tête : créer l’opportunité d’habitats capables de se reproduire eux-mêmes… sur d’autres planètes bien sûr !

Le pouvoir d’autoguérison des constructions neuves

Avec les changements climatiques de plus en plus impressionnants, les répercussions sur les bâtiments sont nombreuses, à commencer par les fissures dans le béton. Et lorsqu’une construction se fissure, les problèmes ne sont pas loin. Les infiltrations d’eau mettent à mal la solidité du bâti et les renforts de la structure, en métal le plus souvent, rouillent et fragilisent l’ensemble. Un tableau que tout le monde souhaite éviter, d’autant plus si les programmes immobiliers neufs du futur avaient la capacité de se guérir eux-mêmes. Comment ? Par quelle prouesse ? Grâce à un béton pensé pour s’autoguérir. Les chercheurs de l’université de technologie de Delft aux Pays-Bas sont menés par Henk Jonkers dans la mise au point de ce matériau futuriste. Pour donner la possibilité au béton de se guérir, des spores bactériennes sont intégrées dans le mélange initial. Si des fissures se forment et que l’eau s’infiltre, les bactéries s’activent et le béton devient tout simplement vivant par le biais de ce savant processus chimique. Les cristaux de calcite prennent naissance et guérissent le béton. Simple non ? Cette technique pourrait permettre de prolonger considérablement la durée de vie des bâtis, de plusieurs dizaines d’années certainement. Et c’est bien ce que l’on recherche aujourd’hui : penser la construction dans toutes ses dimensions et lui permettre de « vivre » dans de bonnes conditions le plus longtemps possible tout en préservant l’environnement.

Des biens immobiliers neufs respirants

Des logements, des constructions, des bureaux qui respirent, qu’est-ce que cela peut-être ? Aujourd’hui, lorsque le souffle et l’air viennent à manquer en intérieur, rien de plus simple : on ouvre les fenêtres. Oui mais voilà, avec le temps, les périodes de fortes chaleurs voire de canicule sont de plus en plus nombreuses. Alors les climatiseurs se multiplient partout dans le monde. Les gratte-ciel vitrés sont artificiellement refroidis en été et réchauffés en hiver par le biais de ces systèmes coûteux et surtout très énergivores. Non, la climatisation mécanique n’a définitivement plus la cote, si pratique soit-elle.


Quelles sont alors les autres solutions proposées ? Direction l’Institut de technologie du Massachusetts aux États-Unis pour le découvrir. Menée par Hironshi Ishii, une équipe de chercheurs a mis au point un matériau à la forme variable, capable de s’adapter en fonction de la présence d’eau ou non. Il intègre des couches de spores bactériennes et d’autres de latex. Quand il est sec, le matériau se contracte et sa forme change. Dans un premier temps, cette méthode, ces matériaux polymorphes ont plus particulièrement été dédiés à l’industrie textile avec pour objectif de créer des vêtements réagissant à la transpiration.


Mais les équipes des Universités de Newcastle et de Northumbria en Grande-Bretagne se sont emparées de l’idée pour l’appliquer au secteur du bâtiment. Elle travaille donc à la création de membranes en capacité de transpirer pour faire grimper le taux d’humidité en intérieur. L’air pourra ainsi mieux circuler dans les parois du bâti et réguler sa chaleur efficacement, à l’image de notre propre système de régulation interne de la chaleur/transpiration.

Les bonnes bactéries dans le bâtiment vivant de demain

Combien dépensez-vous chaque année en produits ménagers ? Des produits capables de nettoyer, désinfecter, assainir votre intérieur en un coup de chiffon. Mais savez-vous que nous sommes constamment entourés de microorganismes, partout, chez nous, à l’extérieur, dans notre corps, dans l’air que nous respirons… Jamais le grand ménage de printemps ne pourra venir à bout de ces derniers ; et c’est tant mieux ! Il est en effet prouvé que les enfants qui grandissent à la campagne manifestent moins d’allergies que les petits citadins. Être en contact avec de bonnes bactéries seraient donc bénéfique pour notre système immunitaire. Propre oui, mais pas trop propre !


C’est en partant de ce constat que des chercheurs de l’University College de Londres ont pensé des surfaces dédiées principalement à la cuisine dites bio réceptives. C’est-à-dire ? Des matériaux capables de faire croître des bactéries résistantes aux insectes vecteurs de maladies. Une cuisine probiotique bonne pour notre système immunitaire en somme.

Des programmes immobiliers neufs dotés d’un estomac

À l’image du corps humain, le bâtiment est une entité qui vit et qui appelle et rejette de très grandes quantités de matériaux et d’énergie. Il a besoin d’énergie pour vivre et ses déchets sont expulsés. Il est donc, soyons lucides, très énergivore et polluant pour peu que l’on reste sur ce schéma.


C’est ainsi que les déchets ménagers prennent leur place et leur importance dans les projets de demain. C’est le cas du projet européen Living Architecture qui planche sur la création d’une pile à combustible microbienne formée grâce aux déchets domestiques et capable ensuite de générer de l’énergie. Ces mêmes piles pourraient dans un proche avenir s’inscrire dans un dessein plus vaste à savoir le traitement des microbes dans le bâti. Pour cela, les piles prendraient leur place dans des briques qui assureraient à la fois le rôle de structure et celui d’estomac dans la construction. Un brin métaphysique mais très logique !


Plus concrètement, les déchets décomposés (énergie chimique) seraient directement transformés en énergie électrique.


Vous avez-là un bel aperçu de ce que pourrait être le bâtiment vivant de demain. Convaincu(e) ? Reste à déterminer la durée de vie d’un tel bâti pour en estimer le véritable intérêt. Nuance là encore, nos propres bâtiments actuels sont voués à la démolition, démolition très polluante et plus coûteuse encore. Un ratio bénéfices/risques que ne manqueront pas de révéler les chercheurs à l’œuvre sur le sujet.


Et vous, votre logement, vous l’aimez comment ? Frigo connecté qui fait ses courses tout seul ou capable de se guérir instantanément ?!

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers